Publié par Dreuz Info le 24 juillet 2014

jew-grab-money-kinky-hair-hooknose-grin
Je m’appelle Mickaël. Le 18 juin 2014, j’ai passé mon Bac Français. Petit détail :je suis juif.

J’avais révisé tous les personnages de roman au programme cette année: Rastignac (Balzac), Julien Sorel (Stendhal), Octave Mouret (Zola), Bel Ami (Maupassant), etc.

Quand j’ai lu la description du personnage sujet du Commentaire de texte (14/20 points), j’ai eu un choc: « qu’est ce qu’une caricature de Juif vient faire à mon Bac Français ? »

Bac français 2014, séries technologiques – Commentaire

Objet d’étude : Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours.

Vous ferez le commentaire du texte C (texte de Cohen) en vous aidant du parcours de lecture suivant :

Vous étudierez tout d’abord le portrait d’un personnage à la fois comique et repoussant.

Vous montrerez ensuite comment ce personnage hors norme prend une dimension mythique et légendaire.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

[message_box title= » » color= »yellow »]

Le premier qui arriva fut Pinhas Solal, dit Mangeclous. C’était un ardent, maigre et long phtisique à la barbe fourchue, au visage décharné et tourmenté, aux pommettes rouges, aux immenses pieds nus, tannés, fort sales, osseux, poilus et veineux, et dont les orteils étaient effrayamment écartés. Il ne portait jamais de chaussures, prétendant que ses extrémités étaient « de grande délicatesse ». Par contre, il était, comme d’habitude, coiffé d’un haut-de-forme et revêtu d’une redingote crasseuse — et ce, pour honorer sa profession de faux avocat qu’il appelait « mon apostolat ».

Mangeclous était surnommé aussi Capitaine des Vents à cause d’une particularité physiologique dont il était vain. Un de ses autres surnoms était Parole d’Honneur — expression dont il émaillait ses discours peu véridiques. Tuberculeux depuis un quart de siècle mais fort gaillard, il était doté d’une toux si vibrante qu’elle avait fait tomber un soir le lampadaire de la synagogue. Son appétit était célèbre dans tout l’Orient non moins que son éloquence et son amour immodéré de l’argent. Presque toujours il se promenait en traînant une voiturette qui contenait des boissons glacées et des victuailles à lui seul destinées.On l’appelait Mangeclous parce que, prétendait-il avec le sourire sardonique qui lui était coutumier, il avait en son enfance dévoré une douzaine de vis pour calmer son inexorable faim. Une profonde rigole médiane traversait son crâne hâlé et chauve auquel elle donnait l’aspect d’une selle. Il déposait en cette dépression divers objets tels que cigarettes ou crayons.
Albert Cohen, Mangeclous, chapitre I, 1938.

[/message_box]

Ce Mangeclous n’était pas au programme ! Qui c’est ce Cohen qui écrit un texte antisémite en 1938 ?? Il se tire une balle dans le pied (je n’aurais peut-être pas dû écrire ça dans mon devoir).

Comment s’appelait cette auteur juive française qui écrivait des textes antisémites et qui a fini à Auschwitz? *

Impossible de m’en souvenir…

La consigne…lire la consigne, pas paniquer : « un personnage à la fois comique et repoussant » : ça doit être le grand 1: l’embêtant, c’est que je n’arrive pas à voir le côté comique de la chose. Les Juifs aiment l’argent, les Juifs sont riches, c’est ce qui a tué Ilan Halimi. Qui choisit les sujets du Bac?

Et je dois montrer en quoi ce Juif est repoussant : je vais écrire qu’il est …sale :un an de révision de Français pour ça…

Bon, c’est clairement une caricature antisémite, donc en grand 2, je vais relever que le personnage est juif (évident, ça parle de synagogue) et relever tous les clichés antisémites.

En quoi est-il « mythique et légendaire », ce Juif crasseux, menteur et avare? j’en sais absolument rien.

Les antisémites doivent s’amuser plus que moi : « les Juifs, aimer l’argent? mais est-ce vraiment un mythe? »

En rentrant, j’ai regardé un corrigé du sujet : surprise, le mot « juif » n’est même pas cité, le correcteur ne s’est pas mouillé.

Voila comment j’ai foiré mon écrit du Bac Français, heureusement que j’ai eu 16 à l’oral.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mickaël, avec l’aide de Joëlle, de Paris pour Dreuz.info.

* elle s’appelait Irène Nemirovsky

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous