Publié par Michel Garroté le 16 juillet 2014

Taubira-Leclere-2

Michel Garroté, réd en chef –- A l’époque des faits, en octobre 2013, j’avais déploré, par écrit, sur dreuz.info, les propos, l’attitude et le comportement d’Anne-Sophie Leclere à l’égard de Christiane Taubira. J’avais notamment souligné à quel point le niveau des débats, au FN en particulier et en France en général, était tombé bas. En gros, Anne-Sophie Leclere a comparé en 2013 Christiane Taubira à un singe. On le voit, ça volait bas.

Mais aujourd’hui, mercredi 16 juillet 2014, j’apprends qu’Anne-Sophie Leclerea été condamnée, hier, mardi 15 juillet 2014, à neuf mois de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité, pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe. Condamner une personne à neuf mois de prison fermepour avoir comparé une ministre de la Justice à un singe, c’est énorme de la part d’un pays qui, par ailleurs, est réputé pour son laxisme vis-à-vis de la délinquance franco-musulmane. Jusqu’à hier, j’avais considéré Anne-Sophie Leclere comme une personne stupide, idiote, inculte, inexpérimentée et gaffeuse.

Mais sa condamnation à neuf mois de prison ferme, et, non pas, à neuf mois de prison avec sursis, cette condamnation éveille en moi une certaine compassion pour Anne-Sophie Leclere, une commerçante de 33 ans entrée en politique en 2013. Si la justice française voulait susciter un élan de sympathie pour Anne-Sophie Leclere, si la justice française voulait susciter de nouvelles adhésions au Front national, alors, la justice française a réussi son opération. Je n’éprouve toujours pas de sympathie pour le Front national. En revanche, comme je l’ai écrit plus haut, j’éprouve une certaine compassion pour Anne-Sophie Leclere.

Taubira-Leclere-1

Réactions des médias français

Or donc, ce matin, les médias français annoncent qu’une ex-candidate du Front national aux élections municipales de mars 2014 a été condamnée, hier, mardi 15 juillet 2014, à neuf mois de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité, pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe. Le tribunal de Cayenne, le chef-lieu de la Guyane française, saisi d’une plainte par un mouvement guyanais, est allé au-delà des réquisitions du parquet en prononçant cette peine, assortie d’une amende de 50.000 euros. Il a également condamné le Front national à 30.000 euros d’amende. En réaction, Le FN évoque dans un communiqué des condamnations révoltantes et fait part de son intention d’interjeter appel. Il doit s’agir des condamnations les plus importantes prononcées depuis longtemps en matière de droit de la liberté d’expression, dénonce le FN dans son communiqué.

Le FN qualifie le procès de chausse trappe au motif qu’il n’est pas parvenu à trouver à Cayenne un avocat susceptible de le défendre et que sa demande de récusation du président du TGI guyanais, pour appartenance au syndicat de la magistrature, n’a pas été entendue. Le FN annoncece mercredi son intention de faire appel. Le 17 octobre 2013, un reportage de la chaîne de télévision France 2 avait montré cette ex-candidate, Anne-Sophie Leclere, encartée au Front national depuis 2012, qui s’efforçait de monter une liste pour les élections municipales dans une commune de l’Est de la France.

Interrogée alors sur un photomontage qu’elle avait placé sur sa page Facebook et qui montrait d’un côté un petit singe et de l’autre la ministre de la Justice, avec les légendes « à 18 mois » et « maintenant », Anne-Sophie Leclere, une commerçante de 33 ans, l’avait assumé, assurant que ça n’avait rien à voir avec du racisme. Cette photo, pour elle, c’était de l’humour. L’image avait été postée sur sa page Facebook et elle l’avait supprimée quelques jours après. Ce n’était pas elle l’auteure, s’était défendue Anne-Sophie Leclere. « C’est totalement disproportionné. J’ai été très choquée d’apprendre ce jugement, a-t-elle réagi mercredi en annonçant qu’elle allait faire appel. Les criminels sont condamnés et ont un bracelet et moi on me donne de la prison ferme », a-t-elle déclaré. Anne-Sophie Leclere avait été exclue du Front national le 3 décembre 2013.

Rappel des faits

Revenons à octobre 2013. Anne-Sophie Leclere, candidate du Front national dans les Ardennes, déclarait dans un reportage d’Envoyé spécial préférer voir la ministre de la Justice Christiane Taubira dans un arbre plutôt qu’au sein du gouvernement. Elle estimait que Christiane Taubira avait plus sa place dans un arbre que place Vendôme. Les propos étaient donc d’Anne-Sophie Leclere, candidate du Front national aux élections municipales à Rethel dans les Ardennes. La jeune femme apparaissait dans l’émission Envoyé spécial sur France 2, consacrée aux nouveaux visages du FN.

Dès le lendemain matin, le secrétariat général du parti annonçait dans un communiqué la suspension de la candidature d’Anne-Sophie Leclere au scrutin de 2014 et sa convocation devant les instances disciplinaires du parti. Florian Philippot observait : « quand on a déjà désigné 715 têtes de liste, il peut y avoir une erreur de casting. Ce qui m’intéresse, c’est la réactivité : on ne tergiverse pas », a dit le bras droit de Marine Le Pen. « Je viens d’avoir Marine Le Pen au téléphone et elle m’a dit : s’il faut le faire dix fois, on le fera dix fois », avait-il insisté, refusant les « leçons de partis qui gardent leurs brebis galeuses ».

Dans l’émission, Anne-Sophie Leclere attaquait la ministre de la Justice, la qualifiait de sauvage, lui trouvait un sourire du diable. Celle qui avait partagé sur Facebook un photomontage comparant Christiane Taubira à un singe se justifiait : « A la limite, je préfère la voir dans un arbre que la voir au gouvernement comme ça ». Raciste primaire, demandait la journaliste ? « Non », estimait la candidate aux municipales. « J’ai des amis qui sont noirs ». « Un singe, ça reste un animal. Un Noir, ça reste un être humain, J’ai des amis qui sont noirs et c’est pas pour ça que je leur dit que c’est des singes ».

Réaction de Christiane Taubira

Christiane Taubira, a estimé mercredi que le tribunal de Cayenne, qui a lourdement condamné l’ex-candidate FN qui l’avait comparée à un singe, avait jugé « selon le Code pénal » et non selon la « fantaisie » des magistrats. « En deux ans, vous ne m’avez jamais entendu commenter la moindre décision de justice. Pas une seule fois. Je ne ferai pas d’exception », a déclaré Christiane Taubira à la presse dans la cour de l’Elysée, à la sortie du Conseil des ministres. « Ce verdict rappelle simplement ce qui est prévu par le Code pénal comme sanction sur de tels délits », a-t-elle quand même déclaré, commentant ainsi la décision de justice.

Réaction de la Licra

Pour Alain Jakubowicz, président de la Licra, la condamnation d’Anne-Sophie Leclere à neuf mois de prison ferme et 50.000 euros d’amende pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe n’est pas disproportionnée. « C’est un jugement rendu par défaut, ce qui signifie que l’accusée ne s’est pas présentée. Dans ce cas, les tribunaux ont tendance à être plus sévères », explique-t-il. Selon lui « les juges de Cayenne ont voulu dire ça suffit. La justice est là pour envoyer un message à nos concitoyens : on ne peut pas tout faire dans ce pays et le racisme et l’antisémitisme sont des délits qui doivent être condamnés sévèrement ». Mais il reconnaît que la condamnation du Front national à 30.000 euros d’amende serait, elle, « discutable, sur le plan juridique ».

Réaction de Philippe Bilger

Pour Philippe Bilger, le tribunal de Cayenne a perdu toute mesure : « Quand j’ai appris la nouvelle, d’abord je n’y ai pas cru. Saisie par une association guyanaise, cette juridiction a perdu toute mesure et a frappé de stupéfaction tous ceux qui judiciairement ont encore un peu de sens commun. Le fait que cette affaire a été jugée à Cayenne n’a pas été pour rien vraisemblablement dans cette outrance. S’agissait-il de rendre justice ou de complaire à Christiane Taubira, ce qui en l’occurrence constituait une démarche alternative ? ».

« Est-il nécessaire de souligner que pour des infractions beaucoup plus préoccupantes pour la tranquillité publique et l’intégrité des personnes, on connaît peu de jugements de ce type, surtout à l’encontre de prévenus n’ayant jamais été condamnés comme Anne-Sophie Leclere ? Est-il même utile de rappeler que la justice pénale n’a de réelle légitimité que si elle sait mettre en relation, en lien le plus grave avec le moins grave, l’inacceptable avec le préjudiciable, les mots avec les actes ? Qu’on songe aux procédures ayant impliqué des politiques et qu’on examine la décision de Cayenne à leur lumière ! On ne pourra que relever alors à quel point cette dernière a prétendu marquer le coup par une justice pour l’exemple, ce qui est la pire des justices ».

Réaction de Riposte laïque

Pour mémoire, le tribunal avait été saisi d’une plainte du mouvement guyanais Walwari, fondé par Taubira et son ancien mari, destinée à « dénoncer le fond idéologique d’extrême droite du parti de Marine Le Pen ». Cette femme a diffusé, sur Facebook, un montage des plus douteux, pas très subtil, qui a été condamné par son parti. Elle l’avait par ailleurs rapidement retiré. Par le passé, nombre d’hommes politiques avaient été dessinés en singes, y compris Jean-Marie Le Pen, sans que cela n’émeuve grand monde.

A notre connaissance, ce montage, qu’elle a repris d’un autre site, ne met absolument pas en danger la vie de Christiane Taubira, ni sa sécurité. Pas davantage que la page une de Minute, qui, se voulant humoristique, avait titré que Taubira avait la banane. Selon nos informations, jusqu’à ce jour, cette commerçante n’a commis aucun autre délit, elle a toujours travaillé, et respecté les lois de la République. Et pourtant, elle prend un verdict plus sévère que celui de nombre de multirécidivistes violents. Au-delà de la prison, qui peut croire au sérieux d’un verdict qui la condamne à 50.000 euros d’amende. Quel citoyen français, pressuré par les impôts et les taxes de ce régime, peut-il mettre sur la table une somme pareille ? D’autre part, comment expliquer que Charb, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, n’ait, lui, jamais été inquiété pour ce dessin, qui date d’octobre 2013 ?

Ce jugement, ahurissant, pose plusieurs questions. Comment a-t-on pu laisser ce procès se dérouler à Cayenne ? Les conditions d’un tribunal impartial, au vu du sujet traité, étaient-elles réunies ? La Garde des Sceaux approuve-t-elle ce verdict ? La classe politique va-t-elle se réfugier dans un silence prudent ? Le FN va-t-il lâcher son ancienne militante ? Cela signifie-t-il que si une association, à Mayotte, pays dont la population est musulmane à 95%, mais qui, grâce à Sarkozy, est le 101e département français, une association musulmane dépose plainte contre un contributeur de RL, celui-ci sera jugé par un tribunal local, avec la même objectivité que celui de Cayenne.

Le message, brutal, de ce verdict résume, à lui tout seul, toute la dérive de la justice, accélérée sous Taubira. Cela sent, de la part de ces magistrats de Cayenne, et de leur condamnation disproportionnée, une instrumentalisation politicienne à l’égard des engagements de l’accusée, mais aussi un aspect revanchard malsain, presque raciste, contre un passé colonial, qu’on retrouve chez celle qui est leur ministre. On peut présumer sans risque de se tromper qu’ils ne seront pas désavoués par la hiérarchie judiciaire mur des cons, malgré ce verdict dont l’injustice sera flagrante, aux yeux de millions de nos compatriotes, sans que ceux-ci partagent pour autant le montage effectué par Anne-Sophie Leclere.

Finalement, à quoi se résume la justice Taubira ? Tolérance zéro pour les Gaulois, encore davantage s’ils votent mal, et culture de l’excuse maximale pour la diversité, les racailles, les violeurs, les égorgeurs. Nous avons vraiment une justice de plus en plus pourrie, au service du Grand remplacement. Et cela se voit de plus en plus. Jusqu’à quand cela peut-il durer ?

Taubira-Leclere-3

Réaction du Front national

Le « mouvement Walwari » (association indépendantiste créée en Guyane par Christiane Taubira) a cru pouvoir citer devant le tribunal correctionnel de Cayenne Mme Anne Sophie Leclere pour le délit d’injure envers la même Mme Taubira après que Mme Leclere l’ai caricaturée sur Facebook. Cette association a cru aussi pouvoir citer pour la même infraction le Front national. Le Front national a demandé au premier président de la Cour d’appel de Cayenne la récusation de M. Stéphane Rémy, le président du tribunal correctionnel, au motif de son appartenance au Syndicat de la Magistrature. Le premier président a rejeté cette demande sans même faire mention de l’argument soulevé par le FN tenant à l’existence du « mur des cons » et au fait que la présidente du SM est mise en examen pour injure envers le Front national.

Le Front national a ensuite tenté de trouver à Cayenne un avocat susceptible de le défendre. Il n’y est pas parvenu (Mme Leclere, compte tenu de son très petit niveau de vie, ne s’y est même pas essayée…). On mesure déjà l’iniquité de ce procès qui oblige ces deux défendeurs à comparaitre à des milliers de kilomètres. C’est dans ces conditions de chausse-trappe que s’est déroulé ce procès et que des condamnations révoltantes viennent d’être prononcées : 9 mois de prison fermes contre Mme Leclere, 30.000 euros d’amende contre le Front national et 50.000 euros de dommages et intérêts au profit du « mouvement Walwari ». Il doit s’agir des condamnations les plus importantes prononcées depuis longtemps en matière de droit de la liberté d’expression.

Evidemment, le Front national interjette appel de cette décision (devant la cour d’appel de Cayenne). Le Front national fera valoir que le droit français a expressément exclu la responsabilité pénale d’une personne morale pour les délits relatifs à la liberté d’expression. Le procureur de Cayenne avait relevé cette impossibilité de déclarer coupable le Front national du délit d’injure. Tout ceci n’a pas arrêté, à l’évidence, les juges du tribunal de Cayenne. Le Front national fera aussi valoir qu’il n’a pas injurié Mme Taubira, qu’il n’a donné aucun moyen à Mme Leclere de le faire, qu’il a d’ailleurs exclu définitivement cette Mme Leclere. Clairement, au tribunal de Cayenne, les règles ne sont pas appliquées, il faut dénoncer avec vigueur ces violations incroyables de notre état de droit.

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

[email protected]

  

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

35
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz