Quantcast
Publié par Michel Garroté le 4 août 2014

MGA-8

Cher Monsieur Fabius,

« Massacre ». Le mot est écrit, lundi 4 août 2014, par vous, Monsieur Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, dans un communiqué de presse. Vous avez acéré votre plume, au 28ème jour de l’opération israélienne « Bordure protectrice », qui a provoqué la mort de 1800 Palestiniens dans la bande de Gaza et de 64 soldats israéliens. Monsieur Fabius : le chiffre de 1800 Palestiniens dans la bande de Gaza est totalement fantaisiste. Ce chiffre a été donné par le Hamas.

Or, le Hamas a l’habitude de multiplier par deux le nombre de victimes. Il y a donc 900 tués dans la bande de Gaza. 50% des victimes sont des terroristes du Hamas. Il y a donc 450 civils tués dans la bande de Gaza. 450, Monsieur Fabius, 450. Le droit « total » d’Israël à la sécurité « ne justifie pas » le « massacre » de civils à Gaza, a écrivez-vous. Il y aurait un droit « total » à se défendre, mais sans tirer sur les secteurs où se trouvent les terroristes du Hamas ? Selon vous, une « solution politique » entre Israël et les Palestiniens « devra être imposée » aux deux parties. Imposée ? A quel titre ? Et Par qui ?

« Combien de morts faudra-t-il encore pour que s’arrête ce qu’il faut bien appeler le carnage de Gaza ? », écrivez-vous, Monsieur Fabius, dans votre communiqué. « Massacre », « carnage », la totale quoi. Rappelant la « tradition d’amitié entre Israël et la France », vous soulignez néanmoins le fait que le droit à la sécurité de l’Etat hébreu « ne justifie pas qu’on tue des enfants et qu’on massacre des civils ».

Alors que plusieurs cessez-le-feu ont avorté (à qui la faute) ces dernières semaines entre le Hamas et Israël, Monsieur Fabius, vous estimez que la solution politique au conflit israélo-palestinien « devra être imposée par la communauté internationale, puisque les deux parties, malgré d’innombrables tentatives, se sont malheureusement montrées incapables d’en conclure la négociation ».

Imposée par la communauté internationale ? En clair, Monsieur Fabius, par l’ONU ? Par ses casques bleus qui échouent déjà au Liban et ailleurs ? Par l’OTAN ? Par l’armée française ?

Monsieur Fabius vous ajoutez enfin que « le Hamas porte évidemment une responsabilité écrasante dans cet engrenage macabre qui sert surtout les extrémismes, mais celle-ci non plus ne justifie pas ce que le Secrétaire général des Nations unies a qualifié de crimes ». Alors le Hamas, c’est juste des « extrémistes » ? Mais les « crimes », selon vous Monsieur Fabius et selon l’ONU, c’est Israël ?

L’ONU et les médias n’ont qu’à quitter Gaza

Les installations de l’ONU à Gaza sont-elles ciblées par l’armée israélienne ? Les médias racontent que l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) dresse un bilan très sombre du sort réservé par l’armée israélienne à ses installations, dont beaucoup sont censées constituer, nous dit-on, des refuges pour la population palestinienne.

Je suis impressionné par l’énorme publicité médiatique dont bénéficie l’UNRWA, tandis que l’on massacre abondamment en Irak, en Syrie, en Ukraine, en Afrique et ailleurs. Si l’on veut devenir célèbre, mieux vaut travailler à Gaza pour l’UNRWA ou pour un média que couvrir les événements ou sauver des vies en Irak, en Syrie, en Ukraine, en Afrique et ailleurs. Vous me suivez là ?

Selon cette agence de l’ONU, 101 installations auraient été endommagées, dont plusieurs à de multiples reprises. L’UNRWA dispose de 245 écoles dans la bande de Gaza. Les palestiniens dans la bande de Gaza sont au bord du gouffre, a déclaré de son côté Pierre Krähenbühl, chef de l’agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens. A vrai dire, ils sont depuis longtemps dans le gouffre et cela à cause du Hamas, mais bon, je ne vais pas pinailler…

Dans ce contexte, la vidéo d’un des responsables de l’Agence onusienne pour l’aide aux réfugiés palestiniens tourne en boucle sur les réseaux sociaux. En effet, Chris Gunness, interviewé sur Al Jazeera, craque en direct alors qu’il est interrogé. Il y a des moments où les larmes sont plus éloquentes que les mots, a ensuite commenté Chris Gunness sur Twitter.

Pour ce qui me concerne, les larmes de crocodiles des journalistes étrangers accrédités à Gaza et les larmes de crocodiles des fonctionnaires de l’ONU basés à Gaza (UNRWA etc.) commencent à m’irriter sérieusement. Les journalistes étrangers accrédités à Gaza n’ont pas le droit de filmer ce qu’ils veulent où ils veulent, sous peine de se faire assassiner par les clowns hallucinés du Hamas.

Lorsqu’un fonctionnaire de l’ONU fait une déclaration à la presse, il est généralement affublé d’un nervi barbu du Hamas qui surveille ce qu’il raconte. Le Hamas utilise volontairement les installations de l’ONU à Gaza pour tirer ses missiles et ses roquettes, en espérant que la riposte israélienne tue des civils.

Je n’ai pas entendu Messieurs Pierre Krähenbühl et Chris Gunness déclarer aux médias que les « combattants » du Hamas sont de grands criminels. Peut-être ai-je mal entendu. J’ai vu sur une chaine de télévision allemande des bâtiments sur lesquels est écrit : « UNRWA – Hamas – Gaza ». Peut-être ai-je mal vu. Mais comme tout cela commence à m’irriter sérieusement, j’ai une proposition : l’ONU et les médias n’ont qu’à quitter Gaza.

Gaza – « 1800 » (?) palestiniens morts en 28 jours – Ce n’est pas beaucoup

Dans le cadre de la lutte contre le Hamas, Netanyahu a déclaré qu’Israël était déterminé à atteindre son but d’un calme prolongé : « L’opération va continuer et sera intensifiée jusqu’à ce que son but soit atteint : le retour du calme pour les citoyens israéliens pendant une longue période ».Le calme sur le long terme ne peut être obtenu que par la démilitarisation de la bande de Gaza devenue le Hamastan. Pour l’instant, Israël ne projette pas de réoccuper la bande de Gaza. Mais si le Hamas continue ses attaques contre les civils israéliens, le gouvernement israélien va sérieusement étudier cette option.

Car, contrairement aux règles internationales de la guerre, le Hamas a réquisitionné, par exemple, un grand hôpital dans la ville de Gaza comme de facto le siège de son Quartier Général. A l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza, la foule qui affluait, s’est mise à jeter des chaussures et des œufs au ministre de la Santé. Le ministre a été chassé avant d’atteindre l’hôpital, qui est devenu le siège de facto du Quartier Général des dirigeants du Hamas, que l’on peut croiser dans les couloirs et les bureaux.

Pendant la trêve de jeudi dernier, un groupe d’hommes dans une mosquée au nord de la bande de Gaza a dit qu’ils étaient retournés nettoyer le verre de vitres brisées dans le bombardement de la veille. Mais on pouvait voir qu’ils déplaçaient des petites fusées à l’intérieur de la mosquée. l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les Secours et les Travaux pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient, a déclaré avoir découvert 20 roquettes cachées dans une école.

Compte tenu de ce qui précède, 1800 palestiniens morts en 28 jours à Gaza, ce n’est pas beaucoup. Le chiffre de 1800 Palestiniens dans la bande de Gaza est totalement fantaisiste. Ce chiffre a été donné par le « ministère de la santé » Hamas. Or, j’insiste encore une fois, le Hamas a l’habitude de multiplier par deux le nombre de victimes. Il y a donc 900 tués dans la bande de Gaza. 50% des victimes sont des terroristes du Hamas. Il y a donc 450 civils tués dans la bande de Gaza en 28 jours. Ce n’est pas beaucoup.

Les médias occidentaux, notamment européens, et, surtout, francophones, montrent principalement des civils gazaouis qui pleurent leurs morts. Bien. Mais pourquoi ne montrent-ils pas tout le reste ? Parce qu’ils ont peur de se faire massacrer par le Hamas & Consorts ?

Pourquoi ne parlent-ils jamais des millions de chrétiens déplacés, torturés et assassinés par des islamistes en Syrie, en Irak, au Liban et encore ailleurs en terre d’islam ? Pour ne pas « heurter » la « sensibilité » des musulmans d’Europe ? Pourquoi condamnent-ils Israël qui ne fait que défendre ses civils contre les tirs de roquettes et de missiles perpétrés par des terroristes, des criminels, des maffieux ?

La démilitarisation de la bande de Gaza

Il n’est plus pensable que des terroristes puissent continuer à tirer des missiles sur des civils israéliens. C’est notamment le réseau des innombrables tunnels du Hamas & Consorts qu’il faut cette fois détecter et détruire, si l’on ne veut pas devoir recommencer une nouvelle opération terrestre dans la bande de Gaza dans un ou deux ans.

Le Hamas a par exemple utilisé le quartier de Shuja’iya dans nord de la bande de Gaza pour y cacher ses armes, creuser des tunnels et construire des centres de commandement. Il construit ces sites terroristes au cœur de la population civile afin de l’utiliser comme bouclier humain. En 13 jours, plus de 140 roquettes ont été tirées sur Israël depuis ce quartier devenu l’une des bases terroristes de la bande de Gaza. Depuis le début de l’Opération Bordure Protectrice, les soldats de Tsahal ont découvert une dizaine d’ouvertures de tunnels dans ce quartier. Ces tunnels sont utilisés par le Hamas pour infiltrer et attaquer Israël.

A propos de ces tunnels, il faut noter qu’ils ont été construit avec du ciment importé, officiellement, pour construire des logements privés et des bâtiments publics. Ceux qui dénoncent le soi-disant embargo israélien de la bande de Gaza peuvent aujourd’hui constater que le ciment n’a pas été placé sous embargo israélien et qu’il a servi à fabriquer les tunnels du Hamas & Consorts à trente mètres de profondeur.

Un simple cessez-le-feu à Gaza laisserait au Hamas le temps de réarmer et de renouveler ses activités terroristes. En revanche, la démilitarisation de la bande de Gaza mettrait fin aux activités terroristes du Hamas. Quel but est le plus logique, le cessez-le-feu ou la démilitarisation de la bande de Gaza ? Un simple cessez-le-feu serait de facto une victoire pour le Hamas. Il donnerait au Hamas le temps et l’espace de respiration dont il a besoin pour faire passer plus d’armes, réparer ses tunnels terroristes, et lancer de nouvelles attaques terroristes contre Israël. Il ne durerait que pour mieux prolonger la guerre.

Le Hamas a également des drones armés. Il a d’énormes dépôts d’armes et des laboratoires de fabrication de bombes. Il a des tunnels en béton où les terroristes se cachent et où passent les armes qui sont introduites en contrebande. En mars de cette année, la marine israélienne a intercepté un navire d’armes iranien à destination de Gaza. Cachées sous des sacs de ciment de fabrication iranienne il y avait des dizaines de roquettes M-302 sol-sol d’une portée de 75 à 150 km (la distance entre la bande de Gaza à Tel-Aviv est de 60 km). La cache d’armes comprenait également près de 200 obus de mortier, et 400’000 cartouches de munitions. En 2009 et à nouveau en 2011, Israël a bombardé les convois d’armes transportées du Soudan à Gaza.

S’ils étaient civilisés les pays occidentaux soutiendraient Israël

L’Iran reste le grand allié du Hamas & Consorts. En fait, l’Iran est peut-être l’unique pays avec lequel le Hamas & Consorts puissent encore vraiment compter (le Qatar se contente de payer les salaires des fonctionnaires de l’Administration Hamas). Tous les analystes concordent pour dire que l’Iran a envoyé d’énormes quantités de missiles, y compris d’une portée de 200 km, et, autre matériel de guerre, à Gaza, ainsi que les techniques nécessaires pour développer localement la construction de missiles de courte et moyenne portée.L’aide militaire iranienne a été canalisée, depuis des années, à travers le Soudan, et, depuis le Soudan, via la péninsule du Sinaï, pour être envoyé, depuis la péninsule, à Gaza, dans 1’500 tunnels que l’armée égyptienne essaie maintenant, dit-elle, de détruire.

Si l’objectif d’Israël est d’évacuer le Hamas & Consorts de la bande de Gaza et de mettre fin à leur contrôle, alors une opération terrestre est inévitable. Car les infrastructures militaires et les usines de fabrication de missiles du Hamas & Consorts sont cachées sous des écoles, des maisons, des mosquées et des hôpitaux. On ne peut pas tout bombarder depuis les airs. Il faut intervenir au sol.Le Hamas & Consorts ont pour principal, ou, même, pour seul objectif, de viser les civils en Israël. L’Etat hébreu fait tout pour les protéger. Le Hamas & Consorts, eux, font le contraire. Ils utilisent leurs propres civils pour protéger leurs terroristes.

L’opération israélienne Bordure protectrice a permis de détruire 3’000 roquettes et missiles sur les 10’000 que détiennent le Hamas & Consorts. En clair, il reste 7’000 roquettes et missiles à détruire (sans oublier les tunnels, les infrastructures militaires et les usines de fabrication de missiles mentionnés plus haut). Les terroristes du Hamas & Consorts ont tiré des missiles Fajr-75 en direction de l’aéroport israélien Ben Gourion, près de Tel-Aviv. Ils ont été interceptés par le bouclier antimissile israélien Dôme de Fer.

Des missiles ont frappé une station d’essence dans la ville israélienne d’Ashdod. La station-service a pris feu ce qui a provoqué des explosions. Huit civils israéliens ont été blessés dont un est dans un état grave. Depuis le début de l’Opération Bordure Protectrice, des centaines de roquettes et de missiles ont été tirés par lesterroristes du Hamas & Consorts sur Israël, y compris sur Jérusalem, Tel Aviv, et, même, Haïfa, dans le nord de l’Etat hébreu. 124 roquettes et missiles ont été interceptés par le Dôme de Fer. 431 roquettes et missiles ont atteint leurs objectifs.

Dans la bande de Gaza, certains missiles dernier cri, les M-302 iraniens, peuvent frapper à 150 voire 200 kilomètres. Le Djihad islamique de Gaza est aussi en possession de roquettes iraniennes Fajr 3 et 5 (45-70 km), de roquettes de fabrication chinoise WS-1 E (40 km) ou encore de missiles R-160 (160 km). Le Hamas possède des missiles Grad (20 km) et fabrique ses propres roquettes, les M-75 (75-100 km). Avec ces armes de différentes portées, les mouvements palestiniens peuvent atteindre la quasi-totalité du territoire israélien.

L’Opération Coulée de Plomb – Israël subissait déjà la mauvaise foi des médias

Il y a quelques années, lors de l’Opération Coulée de Plomb, le colonel britannique Richard Kemp avait déjà souligné – à l’époque – que l’armée de défense d’Israël a fait davantage pour la sauvegarde des droits des civils en zone de combat que toute autre armée dans l’histoire des guerres. Israël l’a fait alors qu’elle affrontait un ennemi qui plaçait délibérément ses forces militaires derrière le bouclier humain de la population civile. Le Hamas, comme le Hezbollah, sont experts dans l’art de dicter aux médias ce qu’ils diront. L’un et l’autre ont toujours des gens prêts à accuser les soldats israéliens de crimes de guerre.

Le colonel britannique Richard Kemp : Ils excellent à mettre en scène et à déformer des incidents. L’armée de défense d’Israël est confrontée à un défi auquel les Britanniques n’ont pas à faire face à un tel degré. Il s’agit du préjugé automatique, pavlovien, qu’ont en commun beaucoup de médias du monde entier, ainsi que de nombreuses organisations des droits de l’homme, selon lequel les soldats de l’armée de défense d’Israël ont nécessairement tort et qu’ils violent les droits de l’homme. La vérité est que l’armée de défense d’Israël a mis en œuvre des mesures extraordinaires pour signaler aux civils de Gaza les zones qu’elle prenait pour cibles, en lançant plus de deux millions de tracts et en établissant plus de 100 000 communications téléphoniques.

Le colonel britannique Richard Kemp : Beaucoup de missions qui auraient pu neutraliser les capacités militaires du Hamas ont été suspendues pour éviter des pertes civiles. Durant le conflit, l’armée de défense d’Israël a permis l’entrée dans Gaza d’énormes quantités d’aide humanitaire. Fournir une aide susceptible de tomber aux mains de votre ennemi est normalement tout à fait impensable pour un expert en stratégie militaire. Pourtant, l’armée de défense d’Israël a pris ce risque. Malgré tout cela, des civils innocents ont été tués. La guerre est chaos et erreurs multiples. Des erreurs ont été commises par les Anglais, les Américains et d’autres armées, en Afghanistan et en Irak ; beaucoup d’entre elles peuvent être imputées au facteur humain.

Le colonel britannique Richard Kemp : Mais les erreurs ne sont pas des crimes de guerre. Plus que quoi que ce soit, les pertes civiles ont été la conséquence de la manière de combattre du Hamas. Le Hamas a délibérément tenté de sacrifier ses civils. Israël n’avait d’autre choix que de défendre sa population, pour empêcher le Hamas de l’attaquer par des tirs de roquettes. Et je le dis à nouveau : l’armée de défense d’Israël a fait plus pour la sauvegarde des droits des civils en zone de combat que toute autre armée dans l’histoire des guerres, concluait le colonel britannique Richard Kemp.

Cordialement,

M. Garroté réd chef  www.dreuz.info

michel.garrote@romandie.com

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz