Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 août 2014


Fahrid*, multi-récidiviste, conduisait sans permis et sans assurance depuis des années. Fréquemment arrêté, toujours relâché, il a fauché une mère et son enfant sur un passage piéton, en 2012.

«Je pensais que j’avais perdu ma famille. Ma femme était inconsciente. Ma fillette, couverte de sang, avait de la peine à respirer» raconte Paul, le père de la petite fille, qui est arrivé une minute après que Fahrid, roulant trop vite en scooter et sans permis de conduire, eut fauché mère et gamine de 4 ans à Lausanne, en juillet 2012. «J’étais certain qu’elles étaient mortes.»

Cela vous semble familier ?

C’est le résultat d’une justice laxiste. A croire qu’elle fait de son mieux pour créer un climat de méfiance envers les musulmans.

Fahrid, récidiviste, a été condamné plusieurs fois, mais rien ne l’arrêtera tant que la justice ne le mettra pas en prison pour protéger la population.

Quand il était mineur, permis de conduire retiré, Fahrid achetait des voitures avec lesquelles il circulait sans plaques d’immatriculation et sans assurance parce qu’il ne respecte que la loi d’Allah, et il provoquait des accidents.

• En février 2012, sur la route de Berne, au nord de Lausanne, il fait une embardée de 110 mètres. Il s’enfuit en taxi.

• 4 mois plus tard, en juin 2012, dans la vallée de Joux, il force un contrôle de police. Poursuivi, il fuit à 150km/h, traverse des villages, et par miracle, ne fait aucun mort. Il percute finalement des piliers en béton et fuit à pied.

• Le mois suivant, en juillet 2012, une maman et sa fille traversaient la rue sur un passage piéton de l’avenue de Béthusy à Lausanne, lorsque Fahrid, toujours aussi indifférent à la vie des Kouffirs (incroyants), a grièvement blessé à la tête, au foie et aux reins la fillette de 4 ans, et fait perdre conscience à sa mère.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Aujourd’hui, après être passée par des soins de morphine pendant plus d’une semaine, la fillette «a régressé » expliquait la mère au tribunal, visiblement impatient de relâcher (pour qu’il puisse bientôt recommencer) un Fahrid qui déclarait, cynique : «Je vous demande pardon. Je suis vraiment désolé. Je regrette ce qui s’est passé.»

Après l’accident, la petite fille « était angoissée, faisait des cauchemars. Elle ne voulait plus pénétrer dans le moindre véhicule avec des roues: taxi, bus, automobile.» explique encore sa mère.

Fahrid, 23 ans, a seulement été placé en détention provisoire pendant trois mois, vite oubliés.

Il connaîtra son sort judiciaire dans les jours qui viennent, mais il échappera d’ores et déjà à la sévérité de Via sicura, entré en vigueur après ses délits.

Ma conclusion : chers amis suisses : croisez les doigts pour que votre route ne passe pas par celle de Fahrid : quand la justice est faible, il n’y a plus que la chance pour vous protéger.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

* prénom modifié

Source : http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/26992595

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

9
0
Merci de nous apporter votre commentairex