Publié par Jean-Patrick Grumberg le 29 août 2014

Voici ce que 40 ans d’Education nationale gangrénée par la gauche ont produit (et l’arrogance des fonctionnaires de ce dinosaure impuissant, dissimulée sous un impertinent sentiment de supériorité n’a jamais été aussi fort) :

BwFIG9cCYAAK5c0.jpg-large

Mais rassurez-vous, la nouvelle ministre Najat Vallaud-Belkacem va y mettre de « l’aurdre ».

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Déjà, la nouvelle ministre ne se préoccupe que de satisfaire les syndicats, qui réclament toujours plus de fonctionnaires et se moquent éperdument des résultats ou des élèves.

Déjà, la bataille fait rage sur la quantité de créations de postes promis, mais la qualité n’est plus au programme : plus de sanction, plus de discipline, plus de notes. L’histoire est peu à peu dépouillée de l’identité française et remplacée par l’identité africaine et maghrébienne. La recherche de l’excellence, déjà suspecte et mal vue dans les années 90, est devenue le signe de la collaboration avec les faces de craies.

Et si 91% des profs estiment que leur métier s’est dégradé, les raisons qu’ils avancent (salaires, effectifs, fatigue, classes surchargées, absence de reconnaissance) montrent que l’ensemble du système tourne toujours et encore, depuis 40 ans, autour des intérêts et préoccupations de l’enseignant, de l’injection de l’idéologie marxiste dans les programmes, mais jamais autour de l’élève.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous