Publié par Michel Garroté le 19 août 2014

Mahomet-1

Michel Garroté, réd en chef –- L’apologétique musulmane a cru voir dans le syriaque Mnahmânâ, qui traduit le grec Paraclet, le nom de Muhammad, ce qui est linguistiquement inadmissible : racines n-h-m et h-m-d respectivement.

Puis, l’apologétique musulmane a pensé que le grec paraklètos était une mauvaise lecture pour périklutos — qui signifie illustre, renommé, et qui est la signification de Muhammad — ce qui soit reviendrait à traiter une langue indo-européenne comme une langue sémitique où priment les consonnes.

Soit découlerait de l’accusation d’« altération » des textes lancée par le Coran contre les Juifs et les Chrétiens (Marie-Thérèse Urvoy ; pour plus de détails, voir les liens vers trois excellentes sources en bas de page, notamment la première source qui reproduit une récente interview avec Marie-Thérèse Urvoy).

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd chef  www.dreuz.info

[email protected]

Sources :

http://www.islamisation.fr/archive/2014/08/17/les-origines-chretiennes-syriaques-des-mots-cles-du-coran-la-5429773.html

http://www.capucins.net/coran-aujourdhui/-Mahomet-.html

http://www.notredamedekabylie.net/DesktopModules/DnnForge%20-%20NewsArticles/Print.aspx?tabid=73&tabmoduleid=271&articleId=413&moduleId=374&PortalID=0

 

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex