Publié par Michel Garroté le 28 août 2014

Iran-nuclear-6

Michel Garroté, réd en chef –- La négociation sur le nucléaire iranien, prolongée pour six mois en juin dernier, reste de fait bloquée, en raison de désaccords fondamentaux sur les sujets les plus importants. Il n’y a pas d’évolution de la position des Iraniens sur la plupart des sujets discutés avec l’Allemagne, la Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie.

Ces pays négocient – sans succès – avec l’Iran, un accord devant garantir que les ayatollahs iraniens ne cherchent plus à se doter de la bombe nucléaire, en échange de la levée des sanctions internationales. Les parties réunies disent depuis des mois avoir commencé la rédaction d’un document final, tout en reconnaissant la persistance de nombreuses divergences. En réalité, seules quelques parties secondaires et le titre du document final ont commencé à être rédigés, laissant de côté les questions essentielles. En clair, des désaccords fondamentaux empêchent tout accord réel et concret.

Le plus important désaccord concerne l’enrichissement d’uranium, qui permet, à un degré élevé, d’obtenir le combustible pour des bombes nucléaires. L’Iran insiste pour conserver sa capacité d’enrichissement. Ce qui revient à dire que les ayatollahs feignent de négocier afin de gagner du temps tout en continuant leur programme nucléaire offensif. La négociation n’a même pas abordé, de façon sérieuse et définitive, la question essentielle du nombre de centrifugeuses iraniennes utilisées pour l’enrichissement de l’uranium.

En 2013, l’Administration Obama, l’Union européenne et les médias occidentaux avaient allégué qu’il s’agirait d’un accord « historique ». Aujourd’hui, en août 2014, force est de constater qu’Obama et Madame Ashton ont été bernés par l’ayatollah Rohani et par l’ayatollah Khamenei. Comble du ridicule, on nous a annoncé en juin qu’une prolongation de la négociation, pendant six mois, est possible, d’un commun accord.

Six mois durant lesquels les ayatollahs feindront de négocier, afin de gagner – encore une fois – du temps, pour continuer leur programme nucléaire offensif. Ce qui nous mènera à janvier 2015. Avec le risque réel que la théocratie intégriste de Téhéran devienne – si elle ne l’est pas déjà – une menace nucléaire existentielle, notamment pour Israël. Le conflit généré par l’Etat Islamique (EI) en Syrie et en Irak ne doit pas nous faire oublier, au moins ici sur dreuz.info, la menace létale iranienne qui pèse toujours sur Israël et à terme sur nous tous.

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex