Quantcast
Publié par Salem Ben Ammar le 4 septembre 2014

65437[1]

Les musulmans qui se disent modérés font tomber le masque pour enlever toute ambiguïté sur leur rapport à l’islam.

Ils ne peuvent pas s’identifier à une religion sous prétexte qu’elle leur a été léguée par leurs parents.

Ce qu’ils croyaient être l’islam est une pure hérésie intellectuelle, une vue de l’esprit, une illusion d’optique, un mirage dans le désert arabique.

Il n’y a qu’un seul et unique islam. Un islam pour tous et non pour chacun.

L’islam de Mahomet est celui que pratiquent scrupuleusement et fidèlement les vrais et bons musulmans : le Hamas, Daëch, Ennahdha, al Qaïda, Ansar Charia, les Talibans, Boko Haram, les Frères musulmans, les wahhabites.

Il n’y a pas de demi-mesure dans la foi.

L’islam à la carte n’existe pas. Il n’y a pas d’islam fragmenté, compartimenté, un super marché où chacun trouve le produit à son goût. Il n’y a pas de demi-mesure dans la foi.

L’islam est entier, il ne tolère aucun remodelage, aucune personnalisation ou façonnage. Il est un tout, un ensemble dont les composantes interagissent entre elles et se confondent pour constituer un bloc homogène et hermétique à toute forme d’introduction d’un élément étranger, susceptible d’en modifier le fonctionnement et d’altérer la mécanique.

Mahomet le voulait immuable et intemporel, de peur que le moindre grain de sable n’en dévoile la fragilité et ne remette en cause son semblant de religion.

D’où sa hantise obsessionnelle de laisser aux musulmans la moindre liberté de manoeuvre, d’exercer leur libre-arbitre, d’adapter l’islam à leurs capacités personnelles, et aux exigences de leur environnement social, humain, politique ou économique.

Pour Mahomet, il n’y a qu’une seule voie, tariq, chara’a, celle que tous les musulmans doivent emprunter s’ils ne veulent pas finir cramés en enfer.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

En se proclamant modérés, ces musulmans qui ont mis un point d’honneur d’en finir avec leur hypocrisie maladive ont pris conscience que leur boussole intellectuelle est défectueuse, que leur chemin est une anti-thèse de celui de Mahomet, qui voue une sainte horreur aux musulmans qui ne sont pas dans la voie de l’islam, et ne sont à ses yeux que des apostats dissimulés.

Soit on est musulman et on applique les principes fondamentaux de sa religion, soit on ne l’est pas et on prend la porte de sortie : la mort.

Il ne faut donc jamais affubler les musulmans du masque de la modération, car ces musulmans n’existent pas en tant que tels.

Le vrai musulman est celui qui s’enivre du sang de ses victimes et se nourrit de leur chair. L’islam de la terreur et des conversions au fil de l’épée.

En y renonçant, les musulmans égarés plus que modérés sonnent le glas de l’islam.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz