FLASH
[12:25] Ilhan Omar soupçonnée d’avoir organisé un racket pour des votes à Minneapolis  |  L’EPA notifie le gouverneur californien Newsom que l’interdiction des voitures avec moteurs à explosion d’ici 2035 est « peut-être illégale »  |  La « Coalition des pasteurs noirs » déchire Kamala Harris pour avoir célébré le « lumineux » fondateurs de Black Lives Matter (qui détruit les quartiers noirs)  |  NYC se prépare au confinement alors que 8 quartiers connaissent une augmentation alarmante du nombre de cas de coronavirus  |  Règlement de comptes tribal : 6 corps, dont 1 blessé, retrouvés dans une fosse d’épuration d’un village palestinien  |  Le suspect de l’attaque au couteau à Paris voulait venger les caricatures du prophète  |  Le parlement arménien condamne l' »attaque militaire à grande échelle » de l’Azerbaïdjan  |  La crise égypto-palestinienne agumente alors qu’Abbas se rapproche de la Turquie, du Qatar et du Hamas  |  La police de Portland refuse de communiquer l’identité d’un violent émeutier antifa pro-Biden accusé de 4 crimes parce qu’il a 17 ans  |  Les forces de sécurité égyptiennes ont éliminé 2 terroristes à Qalioubiya  |  Le chef de la milice irakienne justifie les attaques contre l’ambassade américaine en la qualifiant d' »envahisseur »  |  Les États-Unis déplacent leur ambassade de Bagdad à Erbil  |  Un Américain condamné à 30 ans de prison pour avoir voulu décapiter notre amie Pamela Geller  |  Des soldats de l’armée israélienne ont appréhendé en Judée des terroristes avec des cocktails Molotov  |  Nigeria : Au moins 30 morts dans un attentat islamiste contre le convoi du gouverneur régional  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Hervé Roubaix le 7 septembre 2014

0907_Ed_Comm

Durant la guerre de Gaza, Tsahal a découvert et détruit 32 tunnels, dont 14 débouchaient directement en Israël.

Selon Haaretz, et bien qu’il n’existe encore aucune preuve formelle, ces tunnels sont similaires aux petits tunnels mortels creusés entre la Corée du nord et la Corée du sud sous la zone démilitarisée dans les années 50, puis durant la guerre de Corée.

Pour tout dire, les tunnels de Gaza ne sont pas une nouveauté. En 2001, les Palestiniens ont commencé à utiliser des tunnels remplis d’explosifs pour attaquer les postes de contrôle situés près de la frontière. Puis le Hamas a utilisé un tunnel pour tuer plusieurs israéliens et kidnapper Gilad Shalit en juin 2006.

« Après avoir pris le contrôle total de Gaza en 2007, le Hamas a commencé son projet à long terme de construction d’un réseau de tunnel, qui a souvent été comparé au réseau complexe des tunnels Viet Cong dans la jungle Siamoise, explique Gabriel Scheinmann, directeur du Centre de politique juive et docteur en relations internationales à l’Université de Georgetown, dans The National Interest de septembre/ octobre. Ces tunnels en béton (toit et murs) semblent relativement simples, mais ils ont de nombreuses entrées et sorties, et sont assez larges pour qu’un ou deux terroristes puissent courir dedans. Nombre d’entre eux sont interconnectés, ce qui permet une meilleure stratégie de défense durant les opérations de guérilla, mais également à des fins offensives lors d’attaques sur le territoire israélien. »

Au mois d’août 2010, le secrétaire de la défense américain Robert Gates déclarait : “le fait est que la Corée du nord continue de se livrer au traffic de missiles et d’armement vers d’autres pays du monde – le Burma, l’Iran, le Hezbollah, le Hamas— et ils continuent de développer leur programme nucléaire.”

Plus récemment, The Telegraph, évoquant une vente d’arme entre la Corée du nord et le Hamas, révélait une relation bien plus profonde entre les deux. « Sous la surface, le vaste réseau de tunnels destiné à conduire des attaques terroristes surprises sur le sol israélien laissent entendre que la Corée du nord a un rôle bien plus néfaste encore », expliquait le journaliste.

Cela fait trente ans que Pyongyang entretient une relation militaire avec la partie du Moyen Orient qui est hostile à l’Amérique explique Victor Cha, professeur au département d’étude gouvernement et affaires étrangères de l’université Georgetown et directeur des études asiatiques. Il est également conseiller Senior auprès du Centre d’études internationales et stratégiques.

Cela fait trente ans que la Corée du Nord fournit la Syrie et l’Iran, qui représentent à eux seuls la plus grosse part de leur marché d’armement.

Mais il y a plus …

De nombreux membres du Hezbollah ont été entrainés en Corée du nord, dont son secrétaire général Hassan Nasrallah, son général en chef Mustafa Badreddine, et Ibrahim Akil, chef des services de sécurité et de renseignement. En 1989, juste avant qu’il devienne leader suprême, Ali Khamenei s’est également rendu à Pyongyang.

Et les cargos nord coréens transportant des missiles arrivent toujours régulièrement à leur port, en Iran.

L’aide nord coréenne est de plusieurs types détaille Victor Cha : la technologie des missiles, l’expertise des tunnels, et la prolifération nucléaire.

1- La Corée du nord vend des missiles à l’Iran, à la Syrie, au Hamas et au Hezbollah. En juillet 2009, l’UAE a saisi un cargo transportant plus de 2 000 détonateurs de roquettes Grad 122mm — du type que le Hamas a utilisé contre Israël dans le dernier conflit — ainsi que des circuits électriques, et de grandes quantités de combustibles solides. La même année, les autorités Thaïlandaises confisquaient 35 tonnes d’armes nord coréennes destinées à l’Iran, lorsqu’ils saisirent un avion cargo qui avait demandé une autorisation d’atterrir d’urgence à Bangkok. La prise consistait en 3 multiples lance roquettes de 240mm M-1958s, des tubes lance roquettes, 24 roquettes de 240 mm du type nord coréen du lance missile d’épaule iranien Fajr-3, et des composants pour des missiles surface/ air.

 

Un système de tunnels qui ressemble fortement aux configurations des zones démilitarisées qui séparent le nord et le sud coréen

2- Le régime de Pyongyang a un long historique d’exportation de son savoir-faire en matière de construction de tunnels. Un savoir faire peu répertorié dans les médias. En plus du Burma et de l’Iran, il a aidé le Hezbollah a développer son réseau de tunnels et de bunkers au sud Liban. On se reportera à cet effet aux conclusion du juge fédéral américain, qui a conclut à la responsabilité de l’Iran et de la Corée du nord dans les dégâts causés à Israël lors de l’attaque de missiles de 2006 :

“L’assistance de [la Corée du Nord] à la construction d’un réseau sophistiqué et fortifié de tunnels dans la région située au sud de la rivière Litani bordant Israël a été essentielle. La structure s’est révélée d’une importance capitale pour le Hezbollah durant le conflit de 2006. La configuration et les paramètres du système de tunnels ressemble fortement aux configurations rencontrées dans les zones démilitarisées qui séparent le nord et le sud coréen.”

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Des nord coréens déguisés en “employés domestiques” de diplomates iraniens au Liban ont aidé le Hezbollah a construire ses tunnels. Selon un rapport, ces formateurs ont également permis l’intégration de ces tunnels dans les opérations militaires, notamment sur la façon de cacher des armes dans les bunkers et la façon d’utiliser les tunnels dans des situations tactiques. Deux entités nord coréennes, Korea Mining Development Trading Corporation et Green Pine Associated Corporation, ont fait l’objet de sanctions des Etats Unis et des Nations unies et ont été suspectées d’exporter leur savoir faire en matière de tunnels.

« Les officiels du Hamas n’ont pas besoin d’aller en Corée du nord, ni les Coréens de venir à Gaza où ils seraient vite détectés, explique Victor Cha, il leur suffit de recevoir leur formation soit en Iran, en Syrie ou au Liban. La Corée du nord a beau être le « fabricant », le fournisseur initial, son équipement et savoir faire sont vendus « au prix du détail » en Iran ou en Syrie. »

3- Probablement plus inquiétant encore, la Corée du nord est plus que disposée à exporter son savoir faire en matière nucléaire à l’Iran et ses alliés. En 2012, une délégation nord coréenne se rendait à Téhéran et signait un accord de coopération scientifique, indique Victor Cha. L’accord est semblable à celui signé avec la Syrie en 2002, une association aux connotations nucléaire, puis Pyongyang s’investissait dans les travaux du réacteur nucléaire d’Assad à Al-Kibar, (lequel fut bombardé par Israël 2007). Les contacts à haut niveau entre la Corée du Nord et l’Iran sont parfaitement documentés et connus, ce qui ne semble pas déranger l’Occident dans ses discussions diplomatiques avec le régime des mollahs. Et bien que la Corée du nord a fait des promesses verbales qu’elle n’armera pas des pays non équipés, dit Victor Cha, il suffit de regarder tous les endroits où elle a vendu sa technologie militaire pour comprendre qu’elle n’a pas hésité un seul instant à partager son savoir faire avec le Hezbollah ou le Hamas.

Qui d’ailleurs peut penser que le vaste réseau de tunnels du Hamas n’a pas bénéficié de l’aide extérieure, directement ou indirectement de la Corée du nord ou par l’Iran ?

La semaine dernière, Haaretz interviewait le colonel de réserve Yossi Langotsky, un géologue qui, il y a dix ans, avait recommandé une solution au problème des tunnels.

Langotsky : « …à cause du sous sol rocheux, les tunnels doivent être creusés comme les modèles que nous voyons en Corée du nord – et il faut, en raison du bruit, creuser à plus de 140 mètres de profondeur. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz