Publié par Michel Garroté le 11 septembre 2014

Ukraine-crash-MH-17-1

Poker menteur – Chacun balance sa petite théorie

Michel Garroté, réd. chef — Un premier rapport intermédiaire sur le crash du vol MH17 a été rendu public le mardi 9 septembre par le bureau d’enquête néerlandais pour la sécurité. Gérard Feldzer, ancien commandant de bord, et conseiller aéronautique et transport, a analysé, sur rfi.fr, les conclusions de ce rapport. Et certains des commentaires de Gérard Feldzer sont assez éloignés de ce que l’on peut lire dans la plupart des médias (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : A chaque fois qu’un missile est tiré, d’où qu’il vienne, il est repéré immédiatement par des satellites. Et on a du mal à croire que les Américains ne puissent pas fournir la preuve de ce qu’ils avancent en disant qu’ils ont la preuve que le missile est tiré par les séparatistes pro-russes, et des Russes qui, également, surveillent de près ce genre de missile. La seule question aujourd’hui, c’est une question politique, diplomatique : qui a eu intérêt à tirer d’une part ? Et, s’il s’agit d’une erreur, ce qui est le plus probable, qui l’a commise ?

Ce n’est pas la première fois non plus que l’armée ukrainienne a descendu un avion civil. Cela est déjà arrivé il y a quelques années, lors d’un entraînement, à la suite d’une erreur. Donc aujourd’hui, tant qu’on n’a pas la preuve formelle des uns et des autres, moi je doute que ce soit les Russes eux-mêmes, de la frontière russe, parce qu’ils ont suffisamment de compétence pour identifier un avion civil, un avion ennemi ou un avion ami. Ces systèmes de radar, qui identifient l’avion, envoient un signal, et il y a un signal de réponse, comme une sentinelle, qui répondrait aux mots secrets. S’il n’y a pas de reconnaissance, à ce moment-là, le missile part vers cette cible. Il y a bien eu des gens autour de ces engins qui ont manipulé et qui ont assisté au départ de cette fusée. Ça finira peut-être par sortir, conclut Gérard Feldzer (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Ce n’est pas tout. Les militaires ukrainiens disposaient d’une grande quantité de systèmes de missiles sol-air Buk avec au moins 27 lanceurs, capables d’abattre des avions à réaction à haute altitude, dans la région de Donetsk où l’avion de ligne malais s’est écrasé. Les séparatistes pro-russes n’ont saisi aucun lanceur de défense aérienne des Forces Armées Ukrainiennes à Donetsk, a dit le Procureur Général ukrainien, Vitaliy Yarema. Après que l’avion de ligne ait été abattu, les militaires ukrainiens ont rapporté au président ukrainien que les séparatistes pro-russes ne disposaient pas de systèmes de missiles de défense aérienne Buk et S-300. Au moment du crash, un conseiller auprès du Ministère ukrainien des Affaires Intérieures, M. Anton Geraschenko, a déclaré : « Un avion de ligne commercial voyageant d’Amsterdam à Kuala Lumpur vient d’être abattu par un système anti-aérien Buk. 280 passagers et 15 membres d’équipage ont été tués ». Comment a-t-il pu être au courant de cette information de nature militaire avant qu’une enquête ait été menée sur le terrain ?

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd. chef www.dreuz.info

http://www.rfi.fr/afrique/20140909-ukraine-partie-poker-menteur-autour-causes-crash-mh17-poutine-porochenko-russie-osce/

 

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz