Publié par Michel Garroté le 23 septembre 2014

attentats-11-septembre

Michel Garroté, réd. Chef — Hervé Gourdel, le ressortissant français enlevé dimanche en Algérie, est, selon une vidéo mise en ligne hier lundi, aux mains des Soldats du Califat (Jound al-Khilafa). Ce groupe terroriste, dirigé par Abdelmalek Gouri, alias Khaled Abou Souleimane, a annoncé la semaine dernière avoir quitté al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dont il était l’un des commandants, pour adhérer à l’Etat Islamique (EI).

Cela dit, les réseaux terroristes musulmans sont innombrables, certains n’étant que peu connus. Ainsi, il y a un groupe terroriste syrien qui inquiète actuellement les services de renseignements américains et ce n’est pas l’Etat Islamique (EI), relève The New York Times. Le nom de ce groupe peu médiatisé est Khorasan.

De son côté, dans un article publié le 22 septembre, le site d’information Quartz indique que l’origine du nom de l’organisation (basée en Syrie), est une référence à un territoire, le Khorasan, qui inclut l’Afghanistan et l’Iran. Si Khorasan est, comme l’EI, issu d’al-Qaïda, le groupe reste ancré dans sa propre hiérarchie et se consacre aux attaques terroristes sur le sol occidental, contrairement à l’EI qui combat en Irak et en Syrie. Le leader de Khorasan, Muhsin al-Fadhli, était impliqué dans les attentats du 11 septembre 2001.

Muhsin al-Fadhli fait partie des commandants d’al-Qaïda qui étaient au courant des attentats, avec Ben Laden, souligne de son côté The Washington Post, qui affirme que Khorasan, issu d’al-Qaïda, a conclu un partenariat avec des fabricants de bombes yéménites et veut un nouveau 11-Septembre.

Nicolas Rasmussen, directeur adjoint du Centre américain de lutte contre le terrorisme, explique, quant à lui, que les efforts répétés de Khorasan pour dissimuler des explosifs dans les avions montrent à quel point ils persévèrent à réaliser des attaques de grande envergure contre l’Occident et à quel point leurs connaissances des systèmes de sécurité occidentaux et leurs efforts pour s’y adapter sont grands.

D’après The New York Times, Muhsin al-Fadhli travaille activement au côté d’une cellule de combattants afghans et pakistanais en Syrie. Ces derniers recrutent des extrémistes musulmans munis de passeports américains et européens, partis faire le djihad, afin qu’ils puissent par la suite réaliser des attaques dans leurs pays d’origine.

Le fait que les groupes terroristes musulmans sont nombreux n’est pas nouveau. Rien qu’en Irak, Al-Qaida, à lui seul, regroupe, depuis des années, les mouvements suivants : Tenzheem Qa’adah al-Jihad ; Ansar Al-Tawhid ; Al-Jihad Al-Islami ; Saraya Al-Ghoraba ; Kitaeb Al-Ahwal ; Jeish al-Taiifa al-Mansoura ; et d’autres mouvements encore.

Que des sous-groupes quittent — ou ne quittent pas — al-Qaïda ne change pas grand-chose au problème global du terrorisme islamique. G. W. Bush l’avait compris. Obama et Hollande, eux, feignent de l’ignorer.

Michel Garroté, réd. Chef www.dreuz.info

 

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz