Quantcast
FLASH
[24/05/2019] Attentat Lyon : au moins treize personnes ont été blessées  |  Explosion à Lyon après un colis piégé, le parquet anti-terroriste saisi  |  [23/05/2019] En Ile-de-France majoritairement immigrée, 10 200 hommes et femmes sont séropositifs sans le savoir, selon les estimations de l’Institut national de la santé  |  Inde : victoire historique du parti conservateur de Modi aux législatives  |  Le président du directoire du journal Le Monde, Louis Dreyfus, convoqué le 29 mai par la DGSI  |  Marine Le Pen devra rembourser 300 000 € au Parlement européen, dans l’affaire des assistants parlementaires des députés européens FN  |  Hérault : Une dizaine de tombes du cimetière de Bédarieux dégradées et vandalisées  |  [22/05/2019] Centrafrique : une religieuse franco-espagnole, âgée de 77 ans, a été égorgée  |  [21/05/2019] Effet Trump. Nouveau sondage : la confiance du public dans le marché de l’emploi atteint 71% – plus haut de toute l’histoire des Etats-Unis (Gallup)  |  La poupée Barbie a eu 60 ans cette année (elle ne les fait pas)  |  L’Europe ne succombera pas aux ultimatums de l’#Iran, déclare le ministre français des Finances Bruno Le Maire  |  Il semble que #Trump va changer son slogan. #MAGA devient Keep America Great  |  [20/05/2019] Israël : les militaires de rang officiers et supérieurs ne doivent plus utiliser que des iPhone car ils ont un meilleur niveau de sécurité que tous les concurrents  |  mardi 21 mai, manifestation pro-Israël devant l’Ambassade d’Islande (52 avenue Victor-Hugo, 16e) à 19 heures. N’hésitez pas à venir nombreux avec des drapeaux Israéliens  |  Suisse : plus de 63 % des électeurs ont accepté de durcir et aligner les lois du pays sur les règles de l’UE en matière d’armes à feu  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 29 septembre 2014

unnamed-2
Le 31 mai dernier, au eu lieu à Vienne, en Autriche, une réunion dont on a fort peu parlé dans les grands médias occidentaux. Elle était pourtant très intéressante.

Elle était financée par Konstantin Malofeev, un milliardaire russe très proche de Vladimir Poutine. Elle reposait sur les idées d’Aleksandr Douguine, le concepteur de la doctrine « eurasienne » qui sous-tend les projets et les actions de l’actuel maître du Kremlin.

Les idées de Douguine ont été définies, de manière appropriée, par le politologue conservateur américain Robert Zubrin comme relevant du « national bolchevisme », qui est au bolchevisme façon Lénine ce que le national socialisme fut au socialisme.

Elles reposent sur l’évocation d’un danger planétaire, défini comme le « libéralisme » (peu ou prou ce que Karl Popper a appelé « société ouverte », ce que Friedrich Hayek a appelé « société de droit », et ce que Michael Novak a appelé « capitalisme démocratique »), et sur la nécessité de maintenir face au « libéralisme » un continent monde qui serait l’Eurasie, et dont la matrice aurait pour lieu la Russie. Ce continent monde eurasien a été décrit par Douguine comme sans cesse en guerre contre un monde maritime qui a aujourd’hui largement les traits de l’Amérique.

Donnez votre avis, enrichissez le débat, participez aux commentaires, en vous abonnant ici

Un conglomérat traditionaliste collectiviste et racialiste, et hostile à la liberté individuelle

Se trouve prôné dans ce cadre (où on voit l’influence de gens tels que Halford John Mackinder et Karl Haushofer) un conglomérat où se retrouvent étatisme économique (façon Zwangwirtschaft du temps du Troisième Reich), traditionalisme collectiviste et racialiste, et hostilité à la liberté individuelle.

La doctrine « eurasienne » sous-tend les projets et les actions de l’actuel maître du Kremlin, disais-je. Et elle était au coeur de la réunion du 31 mai.

On trouvait à cette réunion des représentants de nombre de partis et mouvements de l’extrême droite européenne, tels Heinz-Christian Strache, le président du FPÖ autrichien, Volen Siderov, président du mouvement Ataka de Bulgarie, mais aussi Aymeric Chauprade, conseiller géopolitique de Marine Le Pen, très proche des idées de Douguine et partisan d’un rapprochement avec la Russie poutinienne et avec l’Iran des mollahs. On y trouvait aussi Marion Maréchal Le Pen.

Ces présences n’ont rien de surprenant. Cela fait des mois, sans doute des années, que des membres de l’extrême droite européenne sont séduits par la doctrine « eurasienne » et Poutine.

En mai 2013, Valerio Cignetti, dirigeant néo fasciste italien de Fiamma Tricolore et Bruno Gollnish, qu’il n’est nul besoin de présenter, étaient invités à la Douma, à Moscou. Gabor Vona, dirigeant du parti hongrois Jobbik, a pris le même chemin peu après. Fin 2013, la Ligue du Nord italienne a, lors de son Congrès, reçu des gens identiques et des représentants de Russie unie, le parti de Poutine.

Une Alliance européenne des mouvements nationaux, présidée par Bruno Gollnish jusqu’en 2012, présidée depuis par Bela Kovacs (de Jobbik), présentement incriminé par la justice à Bruxelles pour espionnage au profit de la Russie, et dont le vice-président est Nick Griffin, du British National Party, existe depuis 2009 et est elle- même très proche de Russie Unie et de Poutine.

Se constitue ainsi une forme d’internationale néo fasciste qui gagne du terrain

Ce qui doit être regardé en face est que se constitue ainsi une forme d’internationale néo fasciste qui gagne du terrain grâce à la crise économique, politique, culturelle et morale qui imprègne l’Europe, et grâce à l’effondrement intellectuel qui accompagne cette crise.

Ce qui doit être vu est que cette internationale rencontre des circonstances favorables dans un contexte planétaire marqué par l’affaiblissement délibéré des Etats Unis que met en place méticuleusement Barack Obama aujourd’hui.

Ce qui doit être souligné est qu’une nébuleuse prend forme où les effets des discours inhérents à cette internationale se disséminent.

Des thèses circulent en Europe, et particulièrement en France, qui parlent de la nécessité de renouer des liens plus profonds avec la Russie, sans que soit évoqué par ceux qui tiennent ces discours la réalité politique et stratégique de la Russie aujourd’hui. Des accusations de la mondialisation et de la finance « transnationale », circulent aussi.

Des révisions de l’histoire suggèrant que la fin du nazisme serait due au « sacrifice » de la Russie

Des révisions de l’histoire passent ici ou là, suggérant que la fin du nazisme et de la Deuxième Guerre Mondiale serait due, surtout, au « sacrifice » de la Russie sous Staline, et oubliant tout à la fois le pacte germano-soviétique, le fait que Staline a défendu essentiellement son totalitarisme contre un autre totalitarisme, le fait que l’essentiel de l’armement « soviétique » a été fourni par l’administration Franklin Roosevelt, et le fait que le nombre de morts russes a été le fruit amer et immonde de l’irrespect absolu pour la vie humaine qui caractérisait Staline.

Si, comme Winston Churchill l’avait suggéré dès 1943, le Royaume Uni et les Etats Unis avaient décidé d’en finir avec le Troisième Reich en pénétrant par les Balkans, la défaite d’Hitler aurait pu être suivie par celle de Staline. Winston Churchill n’a pas été écouté. Les conséquences ont été douloureuses et longues. Hélas.

Si on ajoute à la menace islamiste la menace « eurasienne », on peut dire que les valeurs qui ont permis la fécondité et la prospérité du monde occidental n’ont jamais été aussi menacées depuis des décennies.

Et je me dois de tempérer les élans de ceux qui seraient tentés en France par le parti politique auquel appartiennent Aymeric Chauprade, Marine Le Pen, Marion Maréchal Le Pen, et Bruno Gollnish.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz