Publié par Jean-Patrick Grumberg le 1 septembre 2014

4521663

L’observatoire syrien pour les droits de l’homme (SOHR) a recensé et documenté la mort de 47 enfants de moins de 16 ans, durant les dernières 36 heures, sous les bombes syriennes à Aleppo, Da’el, al-Sabahya, Bab al-Neirab, Benish, Jabala, et al-Hebet.

Le 6 août, une ONG du nom de Save The Children investissait plusieurs dizaines de milliers de Livres Sterling pour publier dans la presse anglaise (le Guardian, le Times, le Daily Telegraph et l’Independant) les noms des 373 enfants tués à Gaza.

C’est dramatique, des enfants qui meurent. Sous les bombes. Durant les conflits. Même si leurs palestiniens de parents ont ensuite fait la fête en célébrant dans la pieuse joie coranique leur martyre.

Ce qui me dérange est que tous les enfants ne semblent pas intéresser l’ONG Save The Children, qui a considéré que les enfants syriens ne méritent pas les quelques centaines de Livres Sterling nécessaires pour publier leurs noms.

Ce qui me dérange est que sur Mediapart, des blogueurs se sont déchainés contre Israël et jusqu’à Edwy Plenel. Quelques ordures, dont l’une se cache sous le pseudo Stephane M dont Mediapart a été contraint de retirer un article abject, restent silencieux quand il s’agit des enfants syriens abattus froidement.

Ce qui me dérange encore est la bonne conscience des grandes consciences : Pascal Boniface qui dénonce un crime majeur d’Israël, forcément d’Israël, seulement d’Israël ; Asher Schechter qui dans Le Courrier International s’interroge sur l’indifférence et le manque d’empathie de la société israélienne envers les enfants palestiniens tués, mais ne s’intérroge pas sur l’indifférence et le manque d’empathie du monde occidental envers les enfants syriens tués ; Sébastien Boussois, dans un Libération toujours avide de recevoir certaines complaintes et pas d’autres, qui se lamente des promesses non tenues de la Déclaration des Droits de l’Enfant de 1959 des Nations unies, et se bouche les yeux pour ne pas voir les enfants terroristes du Hamas. Marie Le Douaran, dans l’Express encore, ou Le Monde qui fait ses gros titres des enfants morts palestiniens, et jamais rien pour les petits syriens, tout en s’auto-gratifiant d’une irréprochable « neutralité » journalistique.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ce qui me dérange, ce sont les journalistes de Rue89, de Marianne, de France 2, France inter ou France 3, pleurant les enfants palestiniens tués, mais dont les yeux restent désespéremment secs pour les enfants syriens.

Ce qui me dérange enfin, c’est de lire les commentateurs déplorer qu’Israël a encore perdu la guerre médiatique, comme si Palestiniens et Israéliens se livraient une bataille des mots, des informations et des images au travers des médias.

Rien n’est plus faux !

Israël n’est pas engagé dans une guerre médiatique, ce sont les médias qui sont en guerre contre Israël, qui trient les informations, publiant l’une sans poser de question et doutant de l’autre, et se sont irrévocablement placés du coté romantique de la « résistance » armée du Hamas, du coté des terroristes, ADN de gauche révolutionnaire oblige.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

9
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz