Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 septembre 2014

12268_10204751728862670_6015923470771253226_n

Jean Philippe Morel, élu local au Grand Dijon et Longvic, président du Parti radical 21 et de Bourgogne, s’en prend à ceux qui, sur les réseaux sociaux, ricanent de la double nationalité de la ministre Najat Vallaud-Belkacem, et affirme que « Attaquer la Ministre de l’éducation nationale sur ses origines n’est pas digne du débat républicain. » Il est vrai qu’attaquer les Français de souche sur leur origine, en revanche, est du meilleur ton.

Par mes origines et ma culture, je ne cautionne pas, ne justifie pas, n’excuse pas, et ne comprends pas le racisme, que je vomis, ni le sexisme et la misogynie, que je réprouve tout en le comprenant fort bien. Ceci est assez vrai pour que je soutienne des femmes qui en seraient les cibles et dont je ne partage pas les idées politiques, qu’elles s’appellent Le Pen, Sinclair ou Belkacem.

Ceci étant établi, la remarque de Morel mérite tout de même une réponse, et puisque personne ne s’y colle, je vais le faire.

Le retour de bâton d’une population humiliée

Les attaques en tous cas certaines, dont la ministre est la cible, sont en effet nauséabondes.

Mais elle ne sont rien d’autre que le retour de bâton d’une population humiliée, qu’il n’est pas digne du débat républicain d’avoir présenté comme homophobe lorsqu’elle manifestait par million contre le mariage pour tous, raciste lorsqu’elle s’inquiète de voir peu à peu la France être « maghrébisée » dans le déni des médias, et populiste lorsqu’elle demande à être protégée des voyous que Madame Taubira rend à la rue.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les Français qui assistent à la grande messe en l’honneur de l’identité africaine (une chance pour la France qui tarde à être démontrée) et se voient traités de « droite extrémisée, entretenant un fond de sauce identitaire et anti-musulman » lorsqu’ils rappellent que eux aussi ont une identité qu’il souhaitent préserver sans se faire insulter de beauf réac, d’extrême droite, d’identitaires, en ont ras le bol.

Et vous, Morel, sauf erreur, ne les défendez jamais contre ces attaques, et n’invoquez pas la privation du « débat républicain » à une population à qui l’on n’a pas demandé si elle voulait ce changement d’identité et de peuple, cette immigration exogène envahissante.

Aujourd’hui c’est la jeune ministre, dont la négation de l’introduction de la théorie du genre à l’école après avoir été prise la main dans le sac, qui sert de bouc émissaire.

Votre remarque, Jean Philippe Morel, démontre combien le chemin à parcourir est difficile, pour les élus dont vous êtes, afin de remettre les Français au centre du débat, et leur apporter les preuves – pas les parlotes – qu’on s’intéresse à eux entre deux élections, trop habitués à la religion du politiquement correct.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex