Publié par Frank Khalifa le 11 septembre 2014
iraq_3008097k
Yasidis pourchassés par l’Etat islamique

Pourquoi l’Occident se fourvoie dans son empathie djihadiste
– Par Frank Khalifa,
Docteur en Sciences juridiques et politiques de l’Université des Sciences sociales de Toulouse. Professeur certifié hors classe d’économie gestion, Auteur de « Difficile laïcité, Sources et enjeux* » aux éditions l’Harmattan, Paris 2014.

L’Histoire ne se répète pas ; elle se poursuit et s’accélère.

La décapitation de l’américano-israélien Steven Sotloff aurait pu être ce point d’orgue dans l’avancée inexorable de l’Etat Islamique et de ses sbires, en Syrie et en Irak, ou ailleurs avec Boko Haram (littéralement « le péché de l’éducation occidentale » en Haoussa) ou le Hamas (littéralement « violence »).

Mais, l’entité islamique possède désormais un territoire conséquent et constitue ce concentré de haine qui aspire des monstres venus des quatre coins du monde occidental pour répondre à l’appel au Djihad.

Le génocide des Yasidis, minorité kurdophone, la fibulation et la vente de jeunes filles musulmanes, la mutilation sexuelle et la décapitation de chrétiens, l’enterrement d’enfants vivants, l’empalement de têtes décapitées, le tout au son de versets coraniques et habilement enregistré dans des vidéos qui envahissent les réseaux sociaux pour mieux terroriser les esprits, ne semblent pourtant pas affoler le quotidien embourgeoisé de « l’homo occidentalus ».

Pis encore…

L’absence totale de manifestations bruyantes de la part des communautés musulmanes, outre celles qui, par l’attaque de la synagogue de la Roquette et la mise au pilori de la seule démocratie du Moyen-Orient, je veux dire Israël, ont déshonoré la France, la Place de la Bastille et l’Europe, vous glace le dos.

Pourquoi en est-on arrivé là ?

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Comment l’Occident, lieu des droits de l’homme, est-il à ce point tétanisé et manque-t-il d’initiatives rapides et concertées pour mettre fin à ces scenarii de bouchers abjects et assoiffés de sang ?

Je vais tenter une explication, non pas pour convaincre, mais pour ne pas être le complice de notre déshonneur national, européen et international.

Une faille très importante et explicative de l’aveuglement actuel

Il y a quatre ans, j’entamais une réflexion de longue durée sur le concept de « laïcité » au travers de Spinoza, Hobbes, Locke, Rousseau, Kant, Mendelssohn et du mouvement des Lumières en général, et je découvrais alors une faille très importante et explicative de l’aveuglement actuel de « l’homo occidentalus ».

Plus de quatre années d’écriture marquées entretemps par les terribles attentats de Montauban et de Toulouse. Ainsi, je faisais le lourd constat, nonobstant quelques musulmans courageux qui expriment leur indignation sur la toile, que l’islamisme guerroyant (un euphémisme !) constituait la menace principale des démocraties et plus largement des Etats de droit, parce que rampant et tentaculaire.

Combien a-t-il été désagréable de voir ces occidentaux bien-pensants et blasés se dérober de l’épreuve de la question. Laïques ou croyants, l’islamisme nous interpellait sur le plan ontologique et notre dérobade face à la libération de la parole plus antisémite que raciste, car antisioniste, ainsi que le « deux poids, deux mesures » d’intellectuels et hommes politiques trop pusillanimes pour être les chantres de la vraie liberté d’expression, ont permis d’assister à ces spectacles horrifiants et intimidateurs.

Le juif du monde, dernier rempart à abattre avant la prise de l’Occident

En effet, l’échec est interne au regard des multiples ruptures du pacte social incarnées par des états démocratiques qui n’arrivent plus à protéger leurs citoyens identifiés par les islamistes de tous bords, au travers de l’importation du conflit israélo-palestinien, comme les représentants du pire ennemi présumé de l’islam à savoir, l’Etat d’Israël, mieux encore, le juif du monde, dernier rempart à abattre avant la prise de l’Occident.

Pis encore…

L’échec est international. Des reporters véreux et cupides, trop heureux de dévoyer à leur profit la culture actuelle de l’instantanéité, ne prennent même plus la précaution de gommer leur propres ombres sur leurs clichés, lors du zoom d’enfants morts, victimes collatérales de frappes aériennes, déplacées quelques rues plus loin pour les besoins de mises en scène macabres et de nouveaux clichés encore plus dégoutants dans leur exploitation journalistique.

Comment ces fils des droits de l’homme peuvent-ils trahir le souffle de générosité du legs de la Révolution française dont les principes ont largement inspiré tous les grands traités et conventions internationales tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 ou encore la Convention européenne des droits de l’homme du 4 novembre 1950 ?

L’Occident est encore (jusqu’à quand ?) le lieu des droits de l’homme. Cependant, il est le lieu du « plus jamais cela ! » qui est finalement cette paille enfoncée dans son œil et qui l’empêche de voir cette faille créée par et dans son propre universalisme massificateur et tyrannique, à savoir la dérive angélique d’un cœur qui a eu raison de sa raison.

Mais, est-ce l’angélisme américain du « Yes we can » qui, après avoir fait de l’Afghanistan et de l’Irak les terreaux de l’islamisme, a conduit les Etats-Unis dans sa stratégie actuelle d’endiguement savamment jouée et orchestrée par Obama ?

Est-ce l’angélisme de la France et de l’Angleterre qui a permis à la Libye d’être ce no man’s land propriété des islamistes d’où sont parties les milliers d’armes destructrices vers le Soudan et certainement Gaza ?

Est-ce l’angélisme européen qui a permis l’allocation de fonds communautaires à destination de l’Autorité palestinienne, qui a reversé des salaires conséquents aux prisonniers palestiniens, tueurs de civils, enfermés dans les cellules israéliennes jusqu’à leur libération négociée, et leur récidive avec l’assassinat de trois écoliers auto-stoppeurs ?

Les Etats-Unis et l’Europe n’ont pas échappé à la défaite de leur propre loi et à la victoire illusoire des droits de « l’homo occidentalus » et d’une opinion publique trompée.

L’islamisme a tété au sein de l’hydre antisémite qui a désormais pignon sur rue aux Etats-Unis et dans l’Europe des droits de l’homme.

L’Occident a cédé aux chants des sirènes de l’empathie « djihadiste ».

Derrière les juifs, il y a les chrétiens et l’Occident, mais les révolutions arabes menées par les islamistes n’ont pas le même parfum que celui de la Révolution de 1789…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Frank Khalifa pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous bénéficiez d’une remise de 5%, et vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz