Publié par Hervé Roubaix le 2 octobre 2014

sweden-3

Stockholm, 20 septembre 2014 :

Une jeune femme de 21 ans sort du métro, le soir à Örnsberg, un quartier situé au sud de la ville, quand elle est attaquée par un inconnu. Elle le mord et se met à crier si fort que les gens du quartier sortent dans la rue, et attrapent le violeur, qui tentait de s'échapper en courant, un homme de 31 ans "de type européen du sud" parlant "suédois avec un accent".

La Suède possède la triste place de second pays au monde pour le nombre de viols, juste derrière l'Afrique du sud.

Le criminologue suédois Jerzy Sarnecki, dans une interview pour Friatider ce 2 octobre, reconnait - fait rare en Suède où la critique de l'immigration est socialement peu appréciée - que "les immigrants son bien plus susceptibles de violer les suédoises". Selon lui, si les immigrants sont sureprésentés dans les actes de viol, c'est en raison d'une "différence de classe sociale" (!).

Mais 85% des jeunes suédoises déclarent craindre de sortir seules le soir ou de ne plus du tout s'y risquer. 85% des Suédoises ne représentent pas la classe sociale supérieure.

Richard Jomshof, membre du parti Démocrate suédois et membre du parlement depuis 2010, expliquait à Avpixlat en janvier dernier qu'il existe un lien statistique entre l'immigration et le viol, ajoutant que "déclarer que le viol de femmes non musulmanes est ancré dans la culture islamique et fait partie des enseignements de l'islam est un langage tout simplement rude et généralisateur."

Donnez votre avis, enrichissez le débat, participez aux commentaires, en vous abonnant ici

A Stockholm, pendant les 7 premiers mois de l'année 2013, selon les statistiques officielles, plus de 1 000 suédoises ont été violées. La statistique de l'état ne précise plus l'origine des violeurs. Mais plus personne ne l'ignore, en Suède.

Les statistiques de 2014 ne sont pas encore disponibles, mais l'évolution de 500% du nombre de crimes et délits permet de l'anticiper :

picture769578

Selon les conclusions du Brå - Centre d'information sur les délits et d'infractions pénales suédois, le nombre de viols de jeunes filles de moins de 15 ans est passé de 200 en 1995 à près de 1400 en 2008.

De 1985 à 1989, quand le Brå publiait encore les statistiques selon l'origine des délinquants, 39% des viols étaient commis par ce qu'ils appellent des "Suédois ethniques" (les Suédois sont plutôt blonds et châtain clairs), 38% par des immigrés, 13% par des mineurs immigrés, et 10% par des immigrés sans papiers.

Au total, les immigrants étaient les auteurs de 62% de la totalité des viols, alors qu'ils ne représentaient pas même 2% de la population totale masculine adulte du pays :

Screen Shot 2014-10-02 at 12.29.14 PM

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les chiffres officiels sur les périodes 1985-1989 et 1997-2001 donnaient également ceci : les immigrés étaient les auteurs de 77.6% des viols, et les suédois ethniques, 22.4% :

Screen Shot 2014-10-02 at 12.29.55 PM

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

22
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz