Publié par Sidney Touati le 16 novembre 2014
Ighzer Amokrane, Ouzellaguen, Algerie
Ighzer Amokrane, Ouzellaguen, Algerie

 

Dans le combat séculaire que se livrent Occident chrétien et Islam, tous les coups sont permis pour parvenir à triompher de l’adversaire. Le désir de domination, la volonté de faire la guerre, portent souvent le masque de la « paix », de l’amour, de la tolérance.

Pour décrire cet étrange mécanisme, Hegel mettait en avant la notion de « ruse de l’histoire ». L’histoire serait ainsi le théâtre d’un double jeu permanent : les intentions les plus louables cacheraient des visées contraires, le but poursuivi n’étant jamais celui annoncé, celui au nom duquel on agit officiellement.

[quote]On est passé d’une domination arrogante, brutale, teintée d’un paternalisme condescendant, à une amitié obséquieuse, inconditionnelle, voire servile[/quote]

Les relations Occidents-Monde musulman1 depuis cinquante ans, sont une illustration parfaite de cette « ruse de l’histoire ». En l’espace d’un siècle, on est passé d’une domination arrogante, brutale, teintée d’un paternalisme condescendant, à une amitié obséquieuse, inconditionnelle, voire servile.

Mais la volonté de dominer et de détruire l’autre, a-t-elle pour autant disparue ?

Les pays musulmans à l’examen des faits

Pour répondre à cette question, abandonnons les intentions des uns et des autres, et portons notre attention sur les faits et uniquement sur eux.

A s’en tenir aux seuls faits, le constat est sans appel : au terme d’une période de cinquante années marquée par l’affirmation jamais démentie d’une politique fondée sur l’amitié Franco-arabe2, le monde arabe, et d’une manière plus large, le monde musulman est dans de très nombreux endroits, livré à la guerre civile, menacé par le chaos islamiste.

Quelle est la cause majeure de cette situation ?

Maroc
Maroc

Les conséquences désastreuses de la politique arabe de la France et de l’Europe

En principe, soutenu par de si puissants amis, le monde arabo-musulman aurait dû connaître un formidable progrès. Ne dispose-t-il pas de richesses et de ressources abondantes ?

[quote]La « politique-arabe-du-Général-de-Gaulle » a enfanté un monstre consistant à soutenir toutes les dictatures arabes[/quote]

Or, il n’en est rien. L’attitude amicale de la « France » sacralisée sous le vocable quasi mystique de la « politique-arabe-du-Général-de-Gaulle » a enfanté un monstre. Cette politique a consisté à soutenir toutes les dictatures arabes et dans le même temps, à désigner Israël comme unique responsable du malheur arabe. Cette politique a conduit à livrer sans vergogne des peuples entiers à la domination de maîtres impitoyables et d’idéologies mortifères.

Comment expliquer que les « mouvements de libération nationale » ont conduit à mettre dans des fers cent fois plus redoutables la plupart des peuples qui aspiraient à se libérer de la tutelle des Etats colonialistes ?

L’attitude d’un Jean-Paul Sartre et de sa « tribu », farouches et impitoyables artisans de l’indépendance de l’Algérie, sont exemplaires de cette attitude ambivalente à l’égard des anciennes colonies arabes de la France.

Le cas de l’Algérie est éloquent

Une fois « libéré de la domination coloniale », le sort du peuple algérien devient subitement indifférent à ses défenseurs d’hier. Après 1962, nul ne se soucie3 du respect des libertés publiques et individuelles. Le nouveau pouvoir peut opprimer à sa guise, dès lors qu’il habille son despotisme avec une rhétorique inspirée de la vulgate marxiste. Qu’importe les prisons dans lesquelles le nouveau régime entasse les opposants… la page de l’Algérie est tournée… Sartre et sa tribu se mobilisent (entre le Dôme et le Café de Flore essentiellement) pour « libérer » d’autres peuples. Par exemple le peuple Cubain, ou le peuple vietnamien, ou le peuple Cambodgien !

[quote]Oh ! Belle liberté en vérité que ces peuples ont conquise en installant Castro, Ho-Chi-min ou les Khmers rouges à la tête de leurs Etats ![/quote]

Les peuples musulmans auront eux aussi leur lot de « libérateurs » : Nasser, Ben-Bella ou Boumédiene, Kadhafi, Assad père et fils, Khomeiny et enfin, cerise sur le gâteau, Sadam Hussein le grand ami de la France !

On se dispensera d’évoquer l’Afrique Noire, pour éviter d’avoir la nausée face aux conséquences de l’œuvre accomplie sinon par, du moins avec la complicité active de l’Occident ! Ici, on massacre en silence… dans l’indifférence générale… »circulez, y’a rien à voir !  » Le but secret est sans doute atteint – la destruction massive. L’Occident peut donc partir, posant un panneau sur cette Afrique sanguinolente : silence on tue.

D’une dictature, l’autre

Mais les « amis du monde Arabo-musulman » ne se soucient guère des réalités ; ils n’examinent jamais les conséquences dommageables de leur prise de position. Dans leur scénario idéologique délirant auquel ils s’accrochent avec l’énergie du désespoir, l’Etat Juif a pris la place de la France ou des Etats coloniaux d’hier. Le vieux combat peut donc continuer.

Leur lutte contre le colonialisme leur ayant apportée gloire et position sociale, ils poursuivent avec le même cocktail idéologique. Même si entre temps, le monde a radicalement changé, même si le mur de Berlin est tombé, eux poursuivent le même combat dans des termes identiques à ceux d’hier. Ils sont comme la vieille dame du film « Good bye Lénin ». Ils continuent à croire en leurs idoles.

Ils dénoncent Israël comme unique coupable et persistent dans leurs errements, engageant ainsi les peuples qui ont la naïveté de les croire, non dans la quête de liberté nouvelle, mais dans une nouvelle impasse, dans une nouvelle forme de servitude. Car le propre de cette « vieille garde idéologique » est de mener un éternel combat pour la servitude des peuples, leur unique ennemi étant la démocratie libérale. La preuve :

• Leur combat contre le colonialisme a conduit à l’instauration de dictatures « laïques ».

• Leur combat contre le « sionisme » conduit quant à lui à l’instauration de dictatures totalitaires islamiques et antisémites.

Cette vieille garde ultra réactionnaire sur le fond, va trouver en Obama un allié de poids. L’œuvre de destruction massive peut commencer sur une vaste échelle.

La démocratie exclue sine die du monde musulman

Pour Obama, le monde arabo-musulman doit être livré à lui-même. Il faut, clame-t-il, que l’Occident renonce définitivement à son rêve impérialiste d’un monde de l’Islam démocratisé.

Qu’est devenue cette nébuleuse d’Etats musulmans sous son règne ? Est-elle en paix ? Connait-elle un développement économique et culturel sans précédent ? Connait-elle une situation meilleure à celle qu’elle a connue sous le règne de ses prédécesseurs en général et de l’ « horrible bush » en particulier ?

Il suffit d’observer ce que sont devenus des pays comme la Syrie, l’Egypte, l’Irak, la Tunisie, la Lybie… pour conclure que la politique d’Obama est une catastrophe pour ces pays.

La ruse de l’histoire est ici totale : Obama, l’homme qui devait sauver le monde musulman, ne contribue-t-il pas « objectivement »4, par sa politique aveugle, fondée sur le déni, à le détruire totalement ?

Le postulat politique d’Obama se décline en deux principes :

1) soutenir l’Islamisme et les Frères musulmans, du moins ne rien faire pour s’opposer à eux (non-interventionisme).

2) accabler Israël !

Résultat concret après quelques années de mise en œuvre de cette politique : ce que ni le socialisme-national délirant de Nasser, ni la mégalomanie des dictateurs n’étaient parvenus à obtenir, Obama allait le réaliser en quelques années : conduire la plupart des Etats arabo-musulmans à la ruine, livrer leurs peuples au « chaos ».

Ce postulat entraine deux corolaires :

Corolaire n° 1 : construire des logements est un crime plus grand que le meurtre et l’assassinat de masse

Tandis que les victimes arabes et africaines des massacres islamiques se comptent par centaines de milliers, voire par millions, les amis autoproclamés du monde musulman hurlent au scandale devant la construction de quelques logements à Jérusalem est !

Le massacre de centaines de milliers de pauvres gens n’est rien face à la construction de logements.

« Au secours Lénine ! Ils sont devenus fous ! »

Corolaire n°2 : Vendre des légumes et des fruits est bien plus condamnable que vendre des armes de guerre

L’Occident qui a failli mourir de la haine antisémite, a repassé le flambeau au monde arabo-musulman en 1945. Les mêmes causes engendrant toujours les mêmes effets, le chaos qui a failli détruire l’Europe est en train de détruire le monde musulman.5 Pour ce dernier, pas de Plan Marshall, pas de démocratie en vue. Des armes et rien que des armes ! Les peuples arabes sont invités à tuer, à s’entretuer. Mais attention ! Pas de confusion ! Pour la bienpensance antisioniste, les balles américaines ou Françaises sont bonnes. Elles sont moralement bonnes ! Elles bombardent généreusement, semant la mort sans retenue mais uniquement des « méchants ». Les bombes des occidentaux ont une vertu majeure : elles sélectionnent automatiquement les « terroristes » des « civils ». Elles sont exceptionnelles ! Elles sont programmées pour ne tuer que des islamistes armés ! Mêmes ceux qui se cachent parmi les civils !

Voilà pourquoi il est bon de vendre des armes ou de bombarder sans relâche, mais qu’il est très mauvais de vendre des fruits ou des légumes israéliens …

Un jour, le monde arabo-musulman, du fond du désespoir absolu dans lequel ses « bons amis » contribuent à le plonger, réalisera à quel point Obama et les dirigeants européens l’ont instrumentalisé, ridiculisé, humilié, avili.

Ce jour-là, les peuples feront ce que font tous les peuples trompés : ils se jetteront dans le vide pour entraîner leur « amis-bourreaux » avec eux dans la catastrophe.

Ils auront enfin compris qu’on les a leurrés en agitant en permanence sous leurs yeux le chiffon rouge de la haine d’Israël. Les Juifs ne seront plus leur cible.

Et ce jour n’est plus très loin.

En conclusion, aux yeux des occidentaux marchands d’armes et leurs porte-paroles patentés (Mélenchon  & c°), il est monstrueux qu’Israël livre des légumes et des fruits, ou construise des immeubles, mais il est bon que l’Occident livre des armes et bombardent à longueur de journée leurs « protégés arabo-musulman ».

Voilà quel est le vrai visage des amis autoproclamés du monde musulman et comment ils œuvrent à sa destruction.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sydney Touati pour Dreuz.info.

Sydney Touati est avocat fiscaliste, auteur de plusieurs ouvrages dont La face cachée de l’affaire Tapie*, aux éditions Tatamis, 10 euros.

1 On évoque souvent le « monde Arabe ». On parle ainsi de « politique Arabe de la France »… quoique ce mot fourre-tout recouvre des situations très différentes, parfois sans rapport avec les Arabes à proprement parler.

2 Il convient de préciser qu’en matière de politique arabe, c’est la France qui donne le ton en Europe… et dans de nombreux pays arabes !

3 A l’exception notable de Vidal-Naquet qui prêche quasiment seul dans l’indifférence générale.

4 « Objectivement camarade ! » j’emprunte cette expression à la bienpensance…

5 Car l’antisémitisme est certes dommageable pour les Juifs, mais il est toujours mortel pour ceux qui le véhiculent !

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie suivant la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz