Publié par Michel Garroté le 5 novembre 2014

bisexuel

Michel Garroté réd chef  —  Pour ce qui me concerne, ce n’est qu’à travers la culture judéo-chrétienne que la partie ouest de l’Europe  —  devenue non seulement athée, mais aussi christianophobe et judéophobe  —  peut surmonter durablement ses divisions. La culture judéo-chrétienne est la seule forme de métapolitique que les européens de l’ouest possèdent en commun.

La crise actuelle de l’Union européenne, surtout dans les pays européens de l’ouest, cette crise n’est que la conséquence inévitable de l’abandon de son projet judéo-chrétien initial, au profit d’un athéisme égocentrique qui, curieusement, ne tolère plus qu’une seule religion, à savoir l’islam qui n’est pas précisément une religion européenne.

A ce propos, j’aimerais revenir sur un événement récent survenu au Vatican : la tenue d’un Synode pour la famille. Ce Synode « pour », et, par moments, « contre » la famille, s’est en partie, et en partie seulement, mais en partie tout de même, éloigné de la famille telle qu’on l’envisage dans la culture judéo-chrétienne. Dans ce contexte, je publie ci-dessous deux analyses, celle de l’excellent vaticaniste américain Georges Weigel ; et celle du Préfet de la Congrégation de la Foi, le cardinal Gerhard Müller.

L’excellent vaticaniste américain Georges Weigel, a récemment publié son analyse, d’une part, sur le récent Synode sur la famille qui s’est tenu au Vatican, et d’autre part, sur la situation actuelle au sein de l’Eglise catholique (voir lien vers source en bas de page). Georges Weigel : « Selon les termes utilisés au Vatican, une session de Synode d’évêques prévue spécialement est un ‘Synode extraordinaire’, à la différence d’un Synode ordinaire qui a lieu tous les trois ans environ. Ce Synode extraordinaire de 2014, qui avait pour fin de préparer le Synode ordinaire de 2015, fut le témoin d’événements extraordinaires ».

« Le Synode attira l’attention d’une quantité de médias impressionnante. Malheureusement trop de cette attention était due à la perception erronée du Grand Moment Tant Attendu de la capitulation de l’Eglise, la dernière grande institution à tenir tête face à la révolution sexuelle. Ce qui aurait dû attirer l’attention des médias : des évêques africains témoignant du pouvoir libérateur de la monogamie et de la fidélité au mariage toute la vie durant – fut hélas expédié sans ménagements, alors que les femmes dans le tiers monde sont les principales bénéficiaires de la vérité sur le mariage reçu de Dieu ».

« Le Synode démontra l’extraordinaire confiance en eux des évêques d’églises mourantes, qui donnent avec aise des conseils de pastorale aux églises qui tiennent debout. Beaucoup d’évêques et de théologiens se comportèrent comme si la préparation de Vatican II était de retour. Ils ont présidé à la chute du catholicisme en Europe de l’ouest ces 50 dernières années, mais cela ne semblait pas les accabler. Les jours heureux étaient revenus. Le Synode était également extraordinaire, si l’on en croit les médias, pour sa démonstration publique et ‘sans précédent’ de discorde parmi les cardinaux ».

« Ceux qui trouvent ceci sans précédent pourraient relire l’Epître aux Galates (2,11), où Paul ‘réprimanda’ Pierre les yeux dans les yeux. Ou méditer sur les arguments des évêques nord africains durant la controverse Donatiste. Ou étudier la querelle entre l’évêque Cyprien de Carthage, un docteur de l’Eglise, et le Pape Stéphane. Ou lire les débats de la première session de Vatican II. Les controverses en 2014 étaient en effet notables, en ce que des hommes intelligents à la base, dont la position avait été bien démolie par des spécialistes, furent incapables de se rendre à l’évidence qu’ils avaient tort. Mais à bien y penser, cela non plus n’est pas vraiment nouveau ».

« Le Synode était extraordinaire pour sa grande confusion théologique dévoilée par des grands de l’Eglise qui devraient vraiment mieux s’y connaître. La question du développement de la doctrine fut spécialement mal traitée par certains. Bien sûr c’est avec le temps que l’Eglise développe une meilleure compréhension d’elle-même et une meilleure pratique pastorale. Mais quoiqu’en dise le grand John Henry Newman dans sa discussion classique et moderne, tout développement authentique est en continuité organique avec le passé ; ce ne peut pas être une rupture avec le passé. Pas plus qu’il n’y a de place dans la doctrine catholique pour une reformulation des mots du Seigneur, et la fidélité au texte de l’Ecriture n’est pas vu comme du ‘fondamentalisme’ ».

« Le Synode était extraordinaire dans sa démonstration qu’un nombre excessif d’évêques et de théologiens n’ont toujours pas saisi la Loi de Fer de la chrétienté dans la modernité : les communautés chrétiennes qui maintiennent une main ferme sur leurs principes moraux et doctrinaux peuvent fleurir au milieu des acides culturels de la modernité ; les communautés chrétiennes dont les principes moraux et doctrinaux deviennent poreux (et ensuite invisibles) s’étiolent et meurent. Une dernière chose : pourquoi aucun représentant de l’Institut Pontifical Jean Paul II sur le Mariage et la Famille n’était invités au Synode sur la famille ? », conclut Georges Weigel.

De son côté, le Préfet de la Congrégation de la Foi, le cardinal Gerhard Müller, a récemment déclaré (voir lien vers source en bas de page) : « Il y a malheureusement des représentants de l’Eglise, et même des évêques, qui se sont laissés en quelque sorte aveugler par la société sécularisée qui les a influencés au point de les entraîner loin de l’essentiel, ou des enseignements de l’Eglise fondés sur la Révélation. Malheureusement, dans la société moderne, certains médias, des organisations internationales et même des gouvernements de plusieurs pays essayent de semer la confusion dans l’esprit des gens. Dans beaucoup de pays les relations sont détruites et cela concerne aussi le modèle chrétien du mariage et de la famille ».

« La vérité sur le mariage et la famille est relativisée. Ces tendances se sont malheureusement déplacées à l’intérieur de l’Eglise et parmi les évêques, sur qui l’on essaye d’exercer des pressions… Nous avons le Christ et l’Evangile. Ceci est notre point de référence, le fondement pour le seul et correct enseignement de l’Eglise. Il y a beaucoup de moyens, mais un seul médiateur, qui est Jésus Christ, et son Evangile. La Parole de Dieu ne peut donc jamais être ignorée, en aucune façon, et ne peut être soumise à des compromis dans aucun de ses passages. Elle doit être acceptée pleinement. L’Eglise, ni avant ni après ni pendant le Synode ne peut changer ce qui vient de l’enseignement du Christ. En ce qui concerne le mariage, prioritaires sont les mots: Ce que Dieu a uni, que l’homme ne sépare pas ».

« Naturellement pour l’Eglise il y a toujours le point de départ d’une relation d’amour: d’un homme pour une femme, d’une femme pour un homme. L’Eglise se focalise sur cette relation et sur cela elle bâtit sa doctrine sociale, y compris sa doctrine morale, qui est aussi toute la science de la sexualité humaine. Il y a des situations où une personne dirige sa propre sexualité vers une personne du même sexe. Le catéchisme de l’Eglise catholique enseigne que les « personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté ». Le Pape François a dit qu’il n’est pas en train de créer quelque nouvelle doctrine de l’Eglise mais qu’il essaye de montrer que personne n’est jugé par l’Eglise s’il a une tendance homosexuelle. Personne n’essaye de discriminer ces personnes; elles sont intégralement des personnes. Mais il faut dire que l’Eglise a jugé négativement les actes homosexuels. Une partie active dans les actes homosexuels n’est pas acceptable. Ils sont contraires à la loi naturelle et ne sont pas acceptables », conclut le cardinal Gerhard Müller.

Reproduction autorisée avec mention M. Garroté réd chef www.dreuz.info

http://www.firstthings.com/web-exclusives/2014/10/an-extraordinary-synod-indeed

http://www.lastampa.it/2014/11/03/blogs/san-pietro-e-dintorni/mueller-ci-sono-vescovi-ciechi-JW9xX4UFsp3c9b1BHzx88M/pagina.html

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz