Publié par Alain Leger le 25 décembre 2014
Dominique Lesparre la photo de la honte
Dominique Lesparre la photo de la honte

Dominique Lesparre, le maire communiste de Bezons dans le Val d’Oise, avait osé, à l’extrême de l’ignominie antisémite qui ne dit pas son nom, honorer un tueur de juif.

La mairie avait érigé une stèle commémorative pour honorer le terroriste palestinien Majdi Irhima Al-Rimawi, condamné à 80 ans de prison pour sa participation à l’assassinat du ministre israélien du tourisme Rehavam Zeevi en 2001.

Le tribunal administratif a condamné la mairie à annuler cette mascarade d’incitation à la haine, dans cette ville où les deux communautés, juive et arabe, tentent d’éviter les affrontements.

C’était le 13 février 2013, le maire et le conseil municipal, à majorité communiste, avaient élevé Majdi Irhima al-Rimawi au rang de citoyen d’honneur de la ville.

Je vous laisse imaginer l’émotion de la famille Zeevi, lorsqu’elle a appris que le criminel était honoré par une ville française.

SOS Racisme, probablement très occupé à traquer ce qu’Eric Zemmour ne disait pas, n’avait pas ciller.

La communauté juive française avait immédiatement réagi, le Congrès juif européen avait jugé la décision “scandaleuse et terrifiante”.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Moshe Kantor, président du Congrès juif européen avait déploré que “le meurtre et le terrorisme sont glorifiés quand ils devraient être condamnés sous toutes leurs formes”.

Mais concrètement, c’est le BNVCA qui porta plainte, et vient d’obtenir gain de cause.

Saisi par le bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, le tribunal administratif de Cergy a rétabli le bon ordre et ordonné à la commune, dans un délai d’un mois :

[unordered_list style=”red-x”]

  • de retirer la stèle,
  • de déchoir l’islamiste rejet de l’humanité du titre de citoyen d’honneur,
  • de retirer la plaque commémorative.

[/unordered_list]

Le tribunal a motivé sa décision par le fait que la mise à l’honneur d’un criminel porte atteinte à l’ordre public, et n’est en rien justifiée par un intérêt local (l’intérêt électoral est en réalité très puissant).

La ville de Bezons, attirée par la résistance romantique des terroristes et de la mort qu’elle génère (“On n’est pas sur des actions terroristes, on est sur des actions concrètes d’aide au développement”, avait alors déclaré, Dominique Lesparre, au mépris de la réalité), a annoncé regretter cette décision.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous