Publié par Alain Leger le 17 décembre 2014

la-creche-de-la-mairie-de-beziers-n-en-finit-pas-de-faire_1213548_667x333

Depuis l’interdiction de la crèche de Noël au Conseil général de Vendée, suite à une plainte de La libre Pensée, association qui accepte de passer pour intégriste laïcarde pour cacher sa reprise en mains par une organisation trotskyste, le Parti Ouvrier Indépendant, la contre attaque s’organise. Le sujet est explosif.

[unordered_list style= »bullet »]

  • Face à l’ampleur de la polémique, l’Église de France, peu habituée à gérer ce type de crise, a rappelé que la crèche touche « la population d’un point de vue affectif bien plus large que sa signification religieuse ». Pour dédramatiser, Mgr Bernard Podvin, son porte-parole, a déclaré non sans humour que « le jour où notre société n’aura plus que la crèche à craindre est loin de se lever ».
  • Plus musclée, la réaction des santonniers, métier de tradition, ne s’est pas faite attendre. La Maison Fouque, santonnier depuis 4 générations, a appelé les Français à « soutenir et défendre la tradition provençale ».
    « Le respect de la laïcité n’est pas l’abandon de toutes nos traditions et la coupure avec nos racines culturelles », martèle la Maison Fouque, d’autant que « la crèche provençale, ne se limite pas à une pratique religieuse mais beaucoup plus généralement à une tradition provençale. »
  • « La France est un pays judéo-chrétien », a déclaré Maryse Joissains, la maire d’Aix, qui porte bien en vue une croix autour du cou et ajoute : « nous avons des traditions et une histoire. Et la crèche fait partie de l’Histoire de France. Quant à moi, je suis catholique et je l’assume. » Maryse Joissains
  • Le député UMP Christian Kert a accusé la Libre pensée d’être « les Ayatollahs de la laïcité. »
  • Bruno Genzana, conseiller général UDI, se positionnant en défense des crèches, a assuré organiser « depuis vingt ans des concerts de Noël dans son canton ».
  • A Marseille, dans la mairie des 2e et 3e arrondissement, l’élue divers gauche Lisette Narducci défend elle aussi la tradition. Depuis 19 ans, les Marseillais profitent de la crèche provençale, et elle refuse de la supprimer. Il faut dire qu’elle n’a pas reçu de lettre de rappel à la laïcité. Ni du préfet, ni de La Libre-pensée.
  • Et bien-sûr, à Béziers, Robert Ménard s’accroche tellement à sa crèche, malgré la lettre du préfet de l’Hérault l’enjoignant de retirer la crèche de Noël, qu’il a même ajouté un chandelier pour la fête de Chanoukha !

[/unordered_list]

Donnez votre avis, enrichissez le débat, participez aux commentaires, en vous abonnant ici

La société française, déjà polarisée autour de bouleversements sociétaux imposés par un gouvernement qui n’a pas changé d’axe malgré les contrefeux électoraux n’avait pas besoin de celui-là. Ou pouvait-il l’éviter, La libre-pensée s’étant lancée dans une croisade que la montée de l’islam intégriste exacerbe.

[quote]La libre-pensée est une fange de la gauche républicaniste et athée[/quote]

Raphaël Liogier, professeur de sociologie à Sciences Po Aix et directeur du Master « Religion et société » affirme que « progressivement, la laïcité, au lieu d’être un principe, a glissé vers un instrument de défense », avant d’ajouter, dans La Provence.com, que La libre-pensée « est une fange de la gauche républicaniste et athée qui fantasme une République parfaite nettoyée de tous signes religieux. Non seulement c’est impossible à faire, mais cela n’a jamais été le but de la loi de 1905. La tradition chrétienne a été là, persistante pendant des siècles. Tout ceci est le signe d’une crise identitaire où on essaie de trouver des coupables. Tout le monde suspecte tout le monde de vouloir détruire son identité. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Raphaël Liogier : « Regardez le Père Noël ! C’est à Shanghai et Téhéran qu’il y en a le plus et pourtant ces deux villes ne sont pas réputées pour être un haut lieu du christianisme ! Par ailleurs, de plus en plus de personnages décalés apparaissent dans les crèches… Encore une fois, l’esprit de 1905 n’est pas de faire table rase mais de trouver des compromis. 1905, c’est de la négociation. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex