Publié par Alain Leger le 21 décembre 2014
Bertrand Bilâl Nzohabonayo
Bertrand Bilâl Nzohabonayo

Les médias présentent Bertrand Bilâl Nzohabonayo comme un garçon jovial, gentil, qui s’était converti à l’islam depuis déjà longtemps – ce sont les mots de France info qui lui donne même du « jeune homme », alors que la motivation terroriste est aujourd’hui retenue et qu’il a poignardé trois policiers.

Mosquée Joué-Lès-Tours
Mosquée Joué-Lès-Tours

Aucun média n’a songé à enquêter du coté de sa mosquée. Une mosquée pourtant bien loin des valeurs du vivre ensemble… et qu’il fréquentait.

Sur le site de la mosquée, le ton est donné : « ..j’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah Unique et sans associé. » (les associés sont les rabbins et les moines. La référence à Allah comme étant la seule divinité digne d’adoration est un rejet explicite de tolérance envers les autres religions)

[quote]Interdiction formelle de fêter le jour de l’an[/quote]

Dans un de ses sermons, sur sa chaîne Youtube, l’imam intégriste Mohamed François interdit aux musulmans tous mélanges avec les Français non musulmans, et incite explicitement à rejeter la France, ses traditions, son peuple et même le calendrier : « Il convient de rappeler en tout premier lieu, que le Prophète nous a mis en garde de ne pas s’assimiler à des fêtes ou des traditions d’un autre peuple.»

Mohamed François
Mohamed François, imam radical de Bilâl Nzohabonayo

Mohamed François : « Le premier de l’an ne correspond en aucun cas à nos traditions religieuses. Sachez, et nous sommes là pour vous le rappeler, que le conseil de la fatwa dans les pays musulmans avec à sa tête un grand nombres de savants éminents, ont bien évidemment stipulé que la célébration d’une fête qui n’est pas la nôtre, fait de nous des innovateurs et fait de nous des gens qui appartiennent à une autre communauté. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Mohamed François: « Comment peux-tu oser fêter une fête qui n’est pas la tienne et qui ne correspond en rien à tes références religieuses ? »

Mohamed François: « Donc, Mon Frère, Ma Soeur, je te conseille ainsi qu’à moi-même la crainte d’Allah en ce 31 décembre, ne réveillonne pas, ne fas pas partie des gens qui célèbrent cette fête, par laquelle Dieu n’a fait descendre aucun texte, ni aucune preuve. »

Mohamed François: « …rappelle-toi qu’il y a trois fêtes : aïd-el-fitr, qui marque la fin du Ramadan, l’aïd oul afta, qui marque la fin du pélerinage et l’aïd oul aouzbour, la fête de la semaine. En dehors de ces trois fêtes aucune autre fête n’est légiférée en Islam, ceci est un rappel pour toi mon Frère et toi ma Soeur. »

Voilà les prêches qu’a entendu Bilâl Nzohabonayo, le terroriste qui a tenté d’égorger trois policiers au commissariat de Joué-Lès-Tours, mais aussi tous ceux qui fréquentent la Grande mosquée de Mohamed François, l’imam de la mosquée, un Français converti à l’Islam en 1989, qui a appris l’arabe  et la loi de l’islam, la charia, avec le cheikh radical algérien Abdelhamid Bouzouina expulsé du territoire français, et invite à ses prêches des imams radicaux comme Mehdi Kabir, Nader Abou Anas, Hassen Bounamcha, ou encore Hani Ramadan, le frère de Tariq, qui compare les juifs à « des serpents, une race de vipères. »

Donnez votre avis, enrichissez le débat, participez aux commentaires, en vous abonnant ici

[quote]La lignée jihadiste[/quote]

Le 26 février 2004, Abdelhamid Bouzouina fait l’objet d’un arrêté d’expulsion pour « atteinte à l’ordre public, du fait de son activité doctrinale salafiste» avec «nécessité impérieuse pour la sûreté de l’État et la sécurité publique », de l’expulser car l’imam, appelait « ouvertement à la violence et à la haine » et était le « principal vecteur de l’idéologie salafiste dans la région lyonnaise », en lien « avec des éléments très déterminés de la mouvance intégriste islamiste (…), en relation avec des organisations prônant des actes terroristes.»

Abdelhamid Bouzouina a formé Mohamed François.

Et Mohamed François est l’imam de la mosquée où Bilâl Nzohabonayo priait et écoutait le prêche de l’imam radical, qui, sur son site, va jusqu’à imposer à ses fidèles la façon de dormir : sur le coté, et interdit de dormir sur le ventre, en précisant « c’est là une façon de se coucher que Allah n’aime pas ».

[quote]De Abdelhamid Bouzouina à la mosquée de Joué-Lès-Tours à Bilâl Nzohabonayo, la boucle du jihad est bouclée[/quote]

Bilâl Nzohabonayo s’est conformé aux injonctions jihadistes du cheikh Abdelhamid Bouzouina qui appelait « ouvertement à la violence et à la haine», et le 20 décembre 2014, il entre dans le commissariat et hurle Allahu Akbaar (Allah est le plus grand)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Source : IslamEurope

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz