Publié par Christian Larnet le 3 janvier 2015

6a0111685b4b71970c0120a5e43981970c-800wi-1

Il était une fois, un gentil jeune homme conciliant et calme de 23 ans, qui était en garde à vue au commissariat de police de Metz pour une simple histoire de vol à la tire…

C’est ainsi que le pathétique et lamentable quotidien l’Est Républicain, sous la signature d’un journaliste honteux et soumis à l’islam qui ne laisse que ses initiales K. G., commente l’attentat djihadiste qui ne dit pas son nom et vient de se produire à Metz.

En garde à vue, un agent ouvre la porte de sa cellule au calme et gentil jeune homme pour le laisser se désaltérer, « et il lui a sauté dessus », explique le commissaire Dominique Rodriguez en criant « Allahu Akbar » le cri de l’islam avant de chercher à donner la mort à un mécréant, d’après une note transmise à la direction centrale de la police nationale.

Ne pouvant cacher la dimension terroriste de l’agression, ni l’origine religieuse du délinquant, qui est d’origine turque, que restait-il au dhimmi journaliste ?

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Vous avez mis dans le mille ! : « il avait des antécédents psychiatriques » écrit le quotidien ! Ils ont de l’humour, les journalistes. Avant ils les appelaient jeunes jusqu’à 40 ans, ensuite Vladimir, maintenant ce sont des zozos.

« L’agent s’est retrouvé sur le dos. Et l’individu s’est mis à l’étrangler à mains nues », ajoute le commissaire. «… Un collègue a [vu] des images de vidéosurveillance transmises à deux endroits différents [et a] envoyé une équipe pour secourir la victime. »

Il a fallu cinq hommes de la Section d’intervention pour maîtriser le jihadiste.

« D’après le médecin, qui l’a vu, il s’en est fallu de quelques secondes », pour que le gentil jeune homme n’exhausse les ordres de l’Etat islamique de tuer des mécréants, assure Michaël Philippart (SGP Police FO).

Et bien entendu, il ne viendra pas à l’idée du journaliste de se demander si l’on ne peut être Djihadiste et dérangé à la fois. En allant plus loin, on se dira que les journalistes, pour ne surtout pas froisser les islamistes, se garderont bien de déclarer que pour être Djihadiste, il faut résolument être psychiatriquement atteint.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

12
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz