Publié par Rosaly le 15 janvier 2015
c'est la faute de la société
Caricature de Wiedenroth publiée sur le blog allemand « Politically Incorrect »

(Stadtteilschule: école de quartier, Schlampe: salope, Schweine Fresser: mangeur de porc)

« Politically Incorrect » est un blog contre l’islamisation de l’Europe. Il est pro-américain, pro-israélien, pour l’application de la Loi fondamentale et le respect des Droits de l’Homme. Il est sous surveillance du Renseignement intérieur, le Bundesamt für Verfassungsschutz.

Pour Angela Merkel, l’islam fait partie de l’Allemagne.

Surnommée « die Furhrerin », par les internautes pro-Pegida pour avoir lancé un appel aux citoyens allemands à ne pas participer aux manifestations citoyennes de Pegida, car elle juge qu’il n’y avait pas de place en Allemagne pour l’incitation à la haine et à la calomnie, Angela Merkel avait récemment déclaré :

« Je dis à tous ceux qui vont à ces manifestations : ne suivez pas ceux qui appellent à y participer. Car trop souvent, leurs cœurs sont remplis de préjugés, de froideur, voire de haine.»

Pour la chancelière, ce sont les marcheurs de Pegida qui ont le cœur froid et rempli de haine et non les salafistes, les propagateurs de l’islam radical en Allemagne.

L’appel a apparemment été entendu par des milliers d’Allemands. Ils ont manifesté en masse, lundi 12 janvier contre Pegida. J’aimerais connaître la proportion d’Allemands de confession musulmane parmi ces partisans du multiculturalisme, pourtant qualifié d’échec par Madame Merkel en 2010.

Madame la Chancelière serait-elle devenue amnésique, elle qui déclarait, en 2010, lors d’un congrès des Jeunesses de sa formation conservatrice :

« Cette approche Multikulti a échoué, totalement échoué».

Pour Angela Merkel, les immigrants devaient s’intégrer et adopter la culture et les valeurs allemandes :

«Nous nous sentons liés aux valeurs chrétiennes. Celui qui n’accepte pas cela n’a pas sa place ici», avait-elle dit.

«Subventionner les immigrants» ne suffit pas, l’Allemagne est en droit «d’avoir des exigences» envers eux, avait poursuivi la chancelière allemande, par exemple qu’ils maîtrisent l’allemand et qu’il n’y ait plus de mariages forcés.

Lors d’un congrès de la CDU à Mainz, toujours en 2010, elle avait aussi ajouté :

« Quiconque souhaite vivre dans notre pays doit obéir à ses lois, souhaiter apprendre notre langue et accepter les règles de notre société et tous les articles de notre Constitution. Cela signifie tout – y compris l’égalité des droits pour les femmes – ce qui est dans notre devise. L’intégration est un enjeu vital pour l’avenir. Ceux qui veulent vivre ici doivent parler la langue allemande. »

Or que demande Pegida ?

Dans un document en 19 points, publié le 10 décembre dernier, PEGIDA listait « ses pour et ses contre ».

1. PEGIDA est pour l’accueil des demandeurs d’asile en provenance de zones de guerre ou victimes de persécutions politique et religieuse. C’est un devoir humain.

2. PEGIDA est pour l’amendement de la loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, afin d’y introduire la liste du droit et de la responsabilité pour l’intégration des migrants.

9. PEGIDA est pour la tolérance zéro envers les requérants d’asile et migrants coupables de crimes en Allemagne.

13. PEGIDA est pour le maintien et la protection de notre culture occidentale judéo-chrétienne.

16. PEGIDA est contre l’établissement de sociétés parallèles, de juridictions parallèles, comme la loi de la charia, la police de la charia, le tribunal de la charia, etc.

18. PEGIDA est contre le radicalisme religieux, peu importe qu’il soit motivé religieusement ou politiquement.

19. PEGIDA est contre les prêcheurs de haine, quelle que soit leur affiliation religieuse.

En quoi Pegida fait-il la promotion de la haine ?

Ce mouvement de citoyens ordinaires exprime tout simplement sa crainte pour l’avenir, tel qu’il se dessine actuellement, et demande aux politiques d’assumer leur responsabilité, celle de protéger leur peuple contre tout danger.

Et même l’Archevêque de Cologne, Rainer Worlki, semble clairement privilégier les manifestations des salafistes, hurlant leur volonté d’islamiser l’Allemagne et d’y instaurer la charia, aux patriotes de Pegida. Il avait ordonné au Vicaire Norbert Feldhoff d’éteindre les lumière de la Cathédrale pendant la manifestation patriote pro-Pegida du lundi 5 janvier.

« Après les manifestations honteuses de HoGeSa (Hooligans contre les salafistes), qui ont nui à l’image de notre belle ville, ce signal arrive en retard.” s’est-il justifié, (Nach den beschämenden Demonstrationen der HoGeSa (Hooligans gegen Salafisten), die das Image unserer schönen Stadt beschädigt haben, ist dies ein überfälliges Signal) dans Express.de.

Que Mgr prenne garde : les lumières de sa cathédrale pourraient s’éteindre à tout jamais, si elle était un jour transformée en méga – mosquée par ses gentils musulmans salafistes, qui, fidèles à leur belle tradition, une fois le pays conquis grâce à la collaboration d’humanistes en son genre, n’hésiteraient pas une seule seconde à l’islamiser, à en faire un lieu de culte, dédié à leur divinité lunaire.

Ce mardi 13 janvier, la chancelière Angela Merkel participera à une manifestation des organisations musulmanes allemandes à Berlin, car “l’islam appartient à l’Allemagne”, a-t-elle répété.

Non, Madame la Chancelière, l’islam n’appartient pas à l’Allemagne, ni à aucun autre pays occidental. C’est une hérésie que de l’affirmer, une trahison envers votre peuple.

Un Chef d’Etat, qui apporte ouvertement son soutien aux adeptes d’une idéologie intolérante, qui prône la soumission de son peuple, c’est hallucinant.

Les musulmans d’Allemagne exigent de plus en plus de droits du gouvernement allemand, mais refusent de s’intégrer à la société allemande. Ce scénario classique se déploie dans tous nos pays occidentaux ayant accueilli d’importantes minorités musulmanes.

Le peuple allemand, concerné par la présence de millions de musulmans non intégrés, est inquiet du futur, et cette inquiétude alimente des débats, non seulement sur l’immigration et l’intégration musulmanes, mais également sur le rôle de l’islam en Allemagne.

Mais madame Merkel n’en a cure. Seuls les citoyens allemands de confession musulmane sont dignes de sa sollicitude et de son soutien.

Il y a de quoi s’inquiéter, quand on entend le discours de ce politicien allemand, von Vural Öger d’origine turque, qui souhaite « réussir de l’intérieur les invasions ottomanes infructueuses du 15e et du 17e siècle en utilisant des hommes turcs forts et des femmes turques en bonne santé ».

[quote]Nous prendrons certainement le pouvoir. La question de savoir si cela s’accompagnera ou non d’effusion de sang[/quote]

Ou les commentaires effrayants du politicien Necmettin Erbakan du mouvement Milli Görus : « Les Européens croient que les musulmans ne sont venus en Europe que pour gagner de l’argent. Mais Allah a d’autres plans. […] Nous prendrons certainement le pouvoir. La question de savoir si cela s’accompagnera ou non d’effusion de sang demeure ouverte. »

Ou : «Dans quelques années, nous nous emparerons de ce pays» (Source : Turkishpress : Aus Deutchland wird Türkland)

Et pour réussir ce projet, la tactique habituelle est appliquée : victimisation, pleurnicherie, revendications et plaintes constantes, afin d’obtenir satisfaction.

Erdogan rêve de rétablir la puissance ottomane et ne ménage pas ses efforts pour empêcher que la diaspora turque ne s’intègre dans son pays d’accueil.

Lors d’une visite à Cologne en février 2008, Erdogan avait déclaré devant plus de 20.000 immigrants turcs que « l’assimilation est un crime contre l’humanité » et les a encouragés à résister à l’assimilation au monde occidental.

Par contre, si un citoyen européen osait affirmer : « nous sommes contre la substitution de notre peuple par un autre, aux valeurs diamétralement opposées aux nôtres ; personne n’a le droit de remplacer notre culture et notre civilisation judéo- chrétienne par l’idéologie islamique », il serait voué aux gémonies par toute la bien-pensance de gauche, de droite, du centre, et même par certains de nos prélats religieux.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Dans un manuel de stratégie intitulé «Stratégie de l’Action culturelle islamique en Occident», l’OCI affirme que « les communautés d’immigrants musulmans en Europe font partie de la nation islamique». Le document recommande « une série de mesures pour empêcher l’intégration et l’assimilation des musulmans dans la culture européenne.»

Alors se culpabiliser, nous culpabiliser, comme le font nos gouvernements, pour l’échec de l’intégration des musulmans dans nos sociétés occidentales, relève de l’auto-flagellation pure et simple.

Bat Ye’or : «Le califat est vivant et en pleine croissance au sein de l’Europe … Il a progressé grâce au déni des dangers et à l’embrouillement de l’histoire. Il a avancé sur des tapis dans les couloirs dorés du dialogue, le réseau des Alliances et des partenariats, sur la corruption de ses dirigeants, intellectuels et ONG, particulièrement à l’ONU. »

Et tandis que les belles âmes de nos « élites » débordent de tolérance, de respect, d’esprit d’ouverture envers l’autre, les musulmans en occident jubilent devant leur si belle et touchante naïveté, vue comme un signe profond de grande faiblesse, bien occidentale.

Mais quel est ce brouillard épais qui enveloppe l’esprit de ces irresponsables politiques et religieux, au point de leur faire choisir le camp de l’ennemi du bien et d’y sacrifier les peuples occidentaux ?

Des musulmans fanatiques massacrent des non musulmans au nom de leur divinité et pour venger leur prophète, mais les autorités appellent les non musulmans à la retenue et s’empressent de rassurer la communauté musulmane, toujours victime, jamais responsable. Cette attitude hypocrite, complètement biaisée par rapport à la réalité, me rappelle celle de la communauté internationale envers Israël, à qui on demande de la retenue, tandis que scuds et roquettes s’abattent sur son territoire.

Pourquoi refusent-ils d’admettre que seul l’islam pose problème, et ce partout où il s’enracine et se développe ?

Pourquoi persistent-ils dans le déni de la réalité et restent-ils sourds à la colère des peuples, qui ne supportent plus de voir leurs pays se modifier jour après jour, sous la pression des communautés et organisations musulmanes, sombrer dans la violence et le chaos ?

Ces incendiaires au pouvoir, amateurs de grands discours lénifiants, refusant de nommer la source du mal qui déferle sur la planète, à savoir l’idéologie islamique, soufflent de plus en plus fort sur les braises d’une future guerre civile, de par leur haine de la civilisation occidentale et leur mépris de nos peuples européens, considérés comme ringards, moisis, à remplacer au plus vite par des gens venus d’ailleurs, parés, à leurs yeux, de toutes les vertus …

Pour information. Au cri de « nous sommes le peuple », plus de 25. 000 personnes selon la police (de 30 000 à 40 000 manifestants selon les organisateurs) se sont promenés lundi soir 12 janvier dans les rues de Dresde, (Abendspaziergang) en Allemagne, à l’appel du mouvement Pegida.

En réaction, des contre-manifestations pour la tolérance et l’accueil des immigrés se sont déroulées dans plusieurs villes du pays, rassemblant près de 100. 000 personnes.

mardi soir, la chancelière Angela Merkel participait à une manifestation des organisations musulmanes allemandes à Berlin, car “l’islam appartient à l’Allemagne”, a-t-elle répété…

Madame la Chancelière a-t-elle été illuminée par la « grâce » d’Allah ? Certains membres de son parti s’inquiètent…

Angela, les yeux fermés, dans les bras du grand charmeur François : quelle image attendrissante.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex