Publié par Christian Larnet le 22 janvier 2015

décapitation-Arabie-saoudite

Un témoin discret a filmé cette scène impossible à regarder : la décapitation publique d’une femme, début janvier 2015, à la Mecque en Arabie saoudite. Il a été arrêté pour l’avoir filmé car l’Arabie saoudite exige la pénalisation de l’islamophobie, elle désinforme sur la réalité de l’islam, la présente comme une religion d’amour et de tolérance, et ne veut pas que des preuves de la barbarie trainent sur internet.

Pourquoi j’ai choisi de montrer cette vidéo : parce que les dirigeants européens mentent sur l’islam, soutiennent qu’il est compatible avec la démocratie, affirment que les terroristes n’ont rien à voir avec l’islam. Personne ne pourra dire que la scène de cette vidéo n’a rien à voir avec l’islam. Si les élites et les politiques déforment la réalité, c’est notre rôle de la montrer. Les gens doivent savoir de quoi il en retourne vraiment.

Personne ne dira que cette scène de barbarie n’est pas l’islam, car elle se passe en Arabie saoudite, pays de statu quo apparent, « partenaire » de la France et des Etats Unis, et qui pratique un islam strictement conforme au coran.  L’Arabie saoudite est l’islam, son berceau, son guide, et l’islam est l’Arabie saoudite. La Mecque est le premier lieu saint de l’islam.

Laila Bent Abdel Mouttalib Bassim, citoyenne birmane a été reconnue coupable d’avoir sexuellement abusé de sa belle-fille de sept ans et de l’avoir tuée.

Les policiers maintiennent Bassim à terre sur le terre plein d’un parking. Le bourreau lui tranche la tête.

Elle clame son innocence, hurle à l’injustice jusqu’à la fin.

« Je n’ai pas tué, je n’ai pas tué, haram », hurle-t-elle.

« C’est une injustice, je n’ai pas tué », répète-t-elle à plusieurs reprises.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le bourreau, habillé en blanc, la frappe deux fois au cou avec son sabre. On entend un cri strident et les hurlements de la femme cessent dès le premier coup.

Puis le bourreau se retourne et lui donne le dernier coup de grâce.

On entend le fracassement du sabre sur le sol. La tête est sectionnée.

Il nettoie son sabre, et tous reprennent ses activités normales.

Vous venez de voir l’islam, le vrai. On ne peut pas classer cela dans la rubrique terrorisme, car ce n’est pas du terrorisme. C’est une scène de la vie en terre d’islam.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Source : http://www.demainonline.com/?p=37690 (site web marocain)

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

198
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz