Quantcast
Publié par Christian Larnet le 22 février 2015

aa-3104244-jpg_2731995

Au Nigéria, une petite fille de 7 ans affiliée – si l’on peut dire – à Boko Haram, s’est fait exploser et a tué avec elle cinq personnes dans son attentat suicide, aujourd’hui dimanche.

L’attaque s’est produite dans un marché d’une ville chrétienne située au nord est du pays, Potiskum, et représente la dernière attaque où Boko Haram utilise des enfants, car ils n’éveillent pas les soupçons, et boum.

Tic tac tic tac comme le bruit d’un bombe, 13 000 personnes ont été tuées avec la régularité d’une horloge, au Nigéria, déchiquetées depuis 2009 par la religion qu’il convient de protéger de l’islamophobie.

19 personnes ont été blessées par l’explosion. “Pour l’instant, on sait que 5 personnes ont été tuées, y compris la petite fille, et 19 autres ont été transportées à l’hôpital pour traiter leurs blessures,” a déclaré Buba Lawan, un témoin direct.

Boko Haram, que Goodluck Jonathan, le président sortant, a avoué avoir sous estimé, a déclaré qu’il ne laissera pas les élections se dérouler.

“Probablement qu’au début, nous, et j’entends par là moi-même et mon équipe, avons sous estimé les capacité de Boko Haram,” a déclaré Jonathan après ce dernier attentat.

A l’occasion d’une visite au Tchad, au Cameroun et au Niger, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, a encouragé le Nigéria à anéantir Boko Haram.

“Il est nécessaire que le Nigéria s’engage totalement dans sa lutte contre Boko Haram,” a déclaré Fabius aux journalistes durant une conférence de presse à Niamey.

Jonathan, au pouvoir depuis 2011, est au milieu d’une campagne difficile contre son concurrent, l’ancien chef militaire Muhammadu Buhari.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’élection, prévue le 14 février, a été repoussée de 6 semaines pour des questions de sécurité, que le président s’est engagé à faire respecter, bien qu’il ait échoué, depuis 6 ans, à éradiquer Boko Haram.

Avant l’attaque, la sécurité du marché a refusé à la fillette, qui semblait avoir dans les 7 ans, d’entrer au marché.

“Nous l’avons renvoyée quatre fois, parce qu’en raison de son âge, elle n’avait rien à faire au marché,” a déclaré la police.

“Pendant que nous contrôlions les gens, elle a tenté de passer sous les cordes, pas très loin de nous. C’est à ce moment que ses explosifs ont été déclenchés.”

Plus de 13 000 personnes ont été tuées, et plus d’un million sont sans abris depuis 2009, depuis que Boko Haram tente de créer un état islamique au Nigéria et d’exterminer les chrétiens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz