Publié par Alain Leger le 15 février 2015

Food Cart War

Un vendeur juif ambulant de sandwich cashères ne peut plus s’installer dans les rues principales de New York à cause de la « mafia halal. »

Yisroel Mordowitz voudrait juste pouvoir continuer à vendre ses sandwiches au pastrami « pacifiquement » avec son kiosque Holy Rollers installé dans le quartier Rockefeller de New York…

Mais un groupe de musulmans égyptiens en ont décidé autrement, et ils « occupent » le trottoir avec des parasols et des cartons pour l’empêcher de s’installer.

Mohamed Mossad hurle :

“Ce type à faim, il a faim d’argent”… “Moi aussi j’ai une famille!”, “pourquoi il va pas dans la 47e rue ?” ajoute Mossad en référence à ce quartier juif des diamantaires de New York.

“Il vient ici, et il veut me voler mon emplacement, et il veut me tuer, tuer mon commerce.”

Après deux tentatives, Mordowitz a « émigré » vers le carrefour entre la 35e rue et la 9e avenue où se trouve B&H Photo, la grande surface électronique qui appartient à des ultra-religieux juifs.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

“J’ai pensé que je pourrais au moins apporter la paix à New York », se lamente Mordowitz, 30 ans, avec un peu d’auto-dérision. “Je ne suis pas un ennemi, je suis un ami.”

Lundi dernier, le kiosque casher Holy Rollers s’est installé dans la 48e rue sans incident, et il a fait environ 2 000 dollars de recette avec les touristes et les travailleurs du quartier. Mais mercredi, il subissait un nouveau blocus.

Quand il est arrivé, Mohamed Mossad a crié à Yisroel Mordowitz: “Ici c’est pas la Palestine!”

Mordowitz : “ils essayent de faire croire que les Juifs en Israël chassent les gens, et qu’on veut faire la même chose ici. Un jour, ils ont suivi mon associé Yosef Salzbank dans une Jeep Cherokee, pour s’assurer qu’il s’installait assez loin d’eux. »

“Une fois, je leur ai dit, ‘pourquoi vous me terrorisez comme ça?’ ” se souvient Mordowitz.

“Se sauver de coins de rue en coins de rue comme ça, c’est de la folie » ajoute Salzbank.

Pour l’instant, le calme règne en Israël entre les terroristes palestiniens, mais à New York, il semble qu’un cessez le feu soit difficile à négocier.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous