Publié par Alain Leger le 30 mars 2015
Jean-Paul Carayon, suspecté de pédophilie. (photo Copains d'avant)
Jean-Paul Carayon, suspecté de pédophilie. (photo Copains d’avant)

Jean-Paul Carayon, l’instituteur suspecté du viol d’une fillette de 10 ans de l’école élémentaire Louis-Pasteur d’Orgeval, a reconnu une partie des faits lors de sa garde à vue.

Lors de la perquisition de son domicile de Morainvilliers, mardi dernier, des fichiers à caractères pédopornographiques ont été découverts sur son ordinateur, selon le parquet de Versailles cité par Le courrier des Yvelines.

Des familles ont depuis déclaré que l’instituteur a eu des comportements ambigus, pas plus tard que cette année, vis-à-vis de petites filles scolarisées dans l’école.

Il sera condamné.

Mais à quoi ?

A Villefontaine, dans l’Isère, un cas de pédophilie médiatisé commence par la même histoire.

Le directeur du groupe scolaire du Mas de la Raz a avoué, lors de sa garde à vue, avoir violé au moins neuf enfants, 2 garçons et 7 fillettes âgés de 6 à 7 ans et scolarisés dans sa classe, selon le procureur de la République, Matthieu Bourrette.

Depuis que le scandale a été rendu public, quatorze autres familles ont déposé plainte, dont les enfants étaient scolarisés dans d’autres établissements de la région par lesquels était passé le directeur.

Ce directeur, comme les fortes chances pour Carayon, avait été pénalement condamné en 2008 pour recel d’images à caractère pédopornographique à six mois de prison avec sursis. Puis il avait été laissé libre de continuer à exercer, libre, ses atrocités auprès de jeunes enfants…

[quote]Il a imposé «par surprise» des fellations à plusieurs de ses élèves[/quote]

Des juges qui ne seront jamais sanctionnés, jamais critiqués et jamais tenus pour responsables de leur coupable légèreté ont permis à ce directeur de se retrouver en position d’imposer «par surprise» des fellations à plusieurs de ses élèves.

Toute personne responsable et saine d’esprit lui aurait interdit d’exercer un métier qui le mette en contact avec des enfants, et aurait inscrit son nom sur un fichier consultable par les entreprises et organismes qui ont rapport à l’enfance.

Les juges rouges en ont décidé autrement. Cela aurait risqué de l’empêcher de récidiver.

Ainsi, selon Le Dauphiné Libéré, il a donné des cours aux Avenières alors qu’il était en congé maladie entre 2008 et 2011,

En 2011/2012, il était en poste à Saint-Clair-de-la-Tour, à une trentaine de kilomètres,

Et à la rentrée 2012, il était au groupe scolaire Le Ruisseau.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La ministre Najat Vallaud-Belkacem a déclaré avoir « eu connaissance de faits extrêmement graves, abominables même ».

Ce pédophile, récidiviste, était libre comme l’air.

Les enfants victimes de ces monstres dont les vies ne sont pas brisées mettront des années à s’en remettre. Certains se suicideront, d’autres ne vivront jamais une vie normale.

C’est ce que veulent la justice française, le syndicat de la magistrature, qui apportent chaque jour leur lot de destruction des valeurs judéo-chrétiennes.

La vie y est sacrée ? Il leur faut détruire le sacré et punir le plus légèrement possible les criminels, ou même, pourquoi pas, les rendre à la liberté.

On doit payer pour ses fautes ? Il leur faut d’urgence ne pas faire payer le coupable, ou si légèrement que la faute n’est plus que symbolique, et rendre coupable la société, c’est à dire l’ordre bourgeois qu’il faut détruire.

La morale judéo chrétienne a clairement définit les limites entre le bien et le mal ? Il leur faut décider que le mal n’existe que dans l’esprit petit bourgeois réactionnaire, que tout est relatif et doit être excusé, compris, expliqué, à la lumière d’un environnement forcément cruel puisqu’il est capitaliste et matérialiste.

La morale réprouve les violences sexuelles faites sur des enfants ? Il leur faut dire que les enfants ne sont peut-être pas totalement innocents, dire qu’ils ont provoqué, et pourquoi pas, comme l’expliquait Cohn Bendit, qu’ils tirent plaisir à leur « découverte » sexuelle.

La prison est faite pour protéger les innocents des prédateurs? Il leur faut vider les prisons et interdire au peuple le confort bourgeois qui découle de la sécurité. La révolution ne vient que dans la violence.

Et puisqu’il faut imposer l’égalité déviante et les droits de l’homme, même pervers, il faut s’empresser de ne pas pénaliser et discriminer professionnellement l’enseignant, le directeur, et leur garantir au dessus de tout leur emploi.

Voilà pourquoi ces deux hommes seront dans quelques mois, dans quelques années, probablement remis en situation de recommencer leurs monstruosités.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz