Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 mars 2015

50.si

Asim Qureshi, le directeur de l’ONG humanitaire CAGE, interviewé par la BBC, a refusé à plusieurs reprises de condamner la mise à mort des femmes par lapidation.

Asim Qureshi était l’invité de l’émission « This Week program » de la BBC. Le présentateur, Andrew Neil, lui a posé une série de questions pour connaitre l’opinion d’un musulman défenseur des Droits de l’homme sur le traitement réservé aux femmes dans l’islam, notamment la mutilation des organes génitaux et la mise à mort par jets de pierre des femmes adultères.

Neil a clairement demandé à Qureshi de condamner ceux qui, dans l’islam, « interprêtent » la Sharia pour justifier ce genre de comportements barbares.

Mais surprise, alors qu’il se présente comme un musulman modéré, intégré, Qureshi a dévié, évité de répondre, prétextant qu’il “n’est pas un théologien,” ajoutant “je n’ai absolument aucune idée de quoi vous parlez.”

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Lorsque Andrew Neil, en homme de métier, l’a accusé de parler dans le sens du djihad et de la loi de la sharia, Qureshi lui a répondu: “A mon avis, la sharia n’est appliquée correctement nulle part au monde… le djihad fait partie de la religion de l’Islam.”

Neil a alors reproché à Qureshi d’éluder les questions par des réponses “équivoques.”

Le directeur de l’ONG humanitaire expliqua ensuite que les services de renseignement sont responsables de la radicalisation des jeunes musulmans parce qu’ils les maltraitent.

Qureshi a récemment essuyé les attaques en règle du maire de Londres Boris Johnson après que l’humanitaire accusa, lors d’une conférence de presse, le MI5 d’avoir radicalisé Mohammed Emwazi dit Jihad John, le jeune britannique qui a été reconnu comme l’un des terroristes de l’Etat islamique qui décapite les otages.

Lors d’une interview pour la radio LBC, le maire de Londres a ajouté que Qureshi devrait “arrêter de pleurnicher contre l’islamophobie” s’il ne peut pas condamner les “atrocités à vomir” commises par Emwazi.

“Je pense vraiment que votre indignation devrait être dirigée contre les gens qui vont rejoindre les groupes qui jettent les gays des toits des immeubles, qui décapitent les gens qui n’adhèrent pas à leur version de l’Islam, qui glorifient les exécutions d’innocents journalistes et de travailleurs sociaux,” a ajouté Johnson.

“C’est eux qui devraient être l’objet de vos attaques, et pas les services de sécurité qui tentent de nous garder en vie, Asim.”

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

10
0
Merci de nous apporter votre commentairex