Publié par Magali Marc le 1 mars 2015

le-marocain-adil-charkaoui-remporte-une-victoire-contre-letat-canadienHier, Adil Charkaoui* a donné une conférence de presse pour dénoncer deux collèges montréalais qui ont osé mettre fin à un contrat de location de salles qui lui servaient de lieu d’enseignement de l’Islam qu’il appelle l’Ecole des compagnons.

Crachant son mépris des Québécois «islamophobes», Charkaoui a dénoncé les médias (dont Radio Canada) qui selon lui se livrent à une véritable chasse aux sorciers islamiques et à une démonisation de son «école». Il menace de traîner en cour les deux collèges pour bris de contrat de location…

[quote]Six de leurs élèves sont partis en Syrie pour faire le djihad[/quote]

Pour une fois, la société d’État, au lieu de se coucher comme à son habitude devant les islamistes à grands coups de «pas d’amalgame», a fait une petite enquête et découvert que les deux collèges montréalais sont inquiets du fait que six de leurs élèves sont partis en Syrie pour faire le djihad, et qu’une bibliothèque islamique virtuelle citée par Charkaoui dans ses «cours» contient des questions réponses sur l’Islam qui encouragent le djihad, la lutte contre les mécréants et leur massacre, et, bien-entendu, le rapt et le viol des femmes non-musulmanes considérées comme un butin de guerre qu’on ne doit pas tuer mais utiliser comme esclaves…

[quote]La journaliste a essayé, en vain, d’obtenir de lui qu’il condamne les actes de l’État Islamique[/quote]

Visiblement colérique, l’imam Charkaoui, un marocain qui vit depuis vingt ans au Canada, a eu droit à une interview exclusive, toujours à Radio Canada, lors de laquelle la journaliste a essayé, en vain, d’obtenir de lui qu’il condamne les actes de l’État Islamique.

Non seulement il a refusé de le faire, mais il s’est lancé dans une diatribe, prétendant que l’EI est une création des Américains et manipulée par eux…

Si les journalistes de la Société Radio Canada s’étaient donné la peine de vérifier sur Poste de Veille, ils auraient vu que l’un de ses étudiants partis faire le djihad, n’est autre que Mohamed Rifaat#.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Mohamed Rifaat
Mohamed Rifaat

Au risque de faire un «amalgame», je dois signaler que ledit Mohamed Rifaat fait partie de l’Association des Jeunes Musulmans de Montréal.

Charkaoui ne peut donc pas prétendre qu’il prêche une religion de paix et d’amour et qu’il n’encourage au grand jamais ses élèves à faire le djihad!

Pendant ce temps, une juge de la Cour du Québec a refusé d’entendre la cause de Mme Rania El-Alloul parce que celle-ci refusait d’enlever son hijab. La juge Marnego a estimé que son vêtement était inapproprié dans son tribunal et a suspendu la cause indéfiniment.

Contrairement à Stephen Harper, les deux chefs de l’opposition au niveau fédéral, Thomas Mulcair du NPD et Justin Trudeau du Parti Libéral du Canada ont estimé que le port du niqab lors de l’assermentation à la citoyenneté canadienne est parfaitement acceptable.

Ces deux-là veulent gagner des votes dans les circonscriptions où les musulmans sont nombreux, mais je suis loin d’être sûre que l’ensemble des Québécois vont voter pour deux rigolos qui s’opposent à la loi anti-terroriste de Stephen Harper…

Quand les jeunes djihadistes que l’imam Charkaoui a «éduqués» voudront enlever et violer des Québécoises, ces messieurs seront-ils là pour nous protéger ?

Un sondage SOM Cogeco publié le 26 février dernier, montre que les deux tiers des Québécois ne veulent pas d’une mosquée dans leur voisinage.

Décidément, Charkaoui a raison de passer à la télé, grâce à la frousse qu’il nous inspire, la loi de Harper va passer comme du beurre dans la poêle.

Le crétin qui a accordé la citoyenneté canadienne à Charkaoui devrait être parachuté à Mossoul pour tenir compagnie aux statues détruites par les copains de l’imam montréalais.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc pour Dreuz.info.

* Adil Charkaoui est né en 1974 au Maroc, et est résident permanent du Canada. Il a été arrêté par le gouvernement canadien en 2003 pour risque sécuritaire, car il avait été prouvé qu’il avait reçu un entrainement au djihad dans un camp anti-soviétique en Afghanistan. Le tribunal avait également émis de gros doutes sur les raisons de sa visite au Pakistan pour une durée de 6 mois en 1990 et avait suspecté qu’il s’était livré au djihad.

# Mohamed Rifaat, avant de partir en Syrie, faisait l’éloge d’Oussama Ben Laden, le considérait comme «un grand homme», et souhaitait «qu’Allah lui accorde le martyr».

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex