Publié par Magali Marc le 8 mars 2015

o-MOSQUEE-MONTREAL-facebook

Depuis les attentats d’octobre 2014 au Canada et ceux de janvier 2015 en France, les sondages indiquent que les Québécois craignent d’autres attaques terroristes, s’inquiètent de la menace islamique et pour tout dire, ne souhaitent pas voir une mosquée s’installer dans leur voisinage.

Le récent départ pour le jihad de six jeunes étudiants du Collège De Maisonneuve probablement endoctrinés par Adil Charkaoui ne fait qu’attiser la méfiance des Québécois envers les immigrants musulmans.

Certains dans les médias cherchent à stigmatiser les Québécois qui selon eux, seraient islamophobes, xénophobes, intolérants, voire racistes.

Mais le problème ne viendrait-il pas plutôt de ce que les pays dont sont issus les immigrants musulmans n’acceptent pas les mêmes valeurs que nous ?

Le 8 mars 2012, la présidente de la Fédération internationale des ligue des droits de l’homme (FIDH), Souhayr Belhassen, écrivait dans L’Appel des femmes arabes pour la dignité et l’égalité :

«…Les codes de la famille ne sont dans la plupart des pays arabes que des textes instituant l’exclusion et la discrimination….Ces lois violent les droits les plus élémentaires et les libertés des femmes et des fillettes par l’usage de la polygamie, le mariage des mineures, les inégalités en matière de mariage, de divorce, de tutelle sur les enfants ou encore l’accès à la propriété et à l’héritage.»

L’Égyptien Naguib Mahfouz, prix Nobel de littérature en 1988 a dit un jour : «Le jour où le musulman deviendra individu, l’islam s’écroulera»

Ces paroles ne viennent pas de Québécois xénophobes ou racistes, mais d’arabes musulmans qui parlent en connaissance de cause.

Pourquoi les Québécois devraient-ils se montrer tolérants envers une idéologie qui sous couvert de religion obtient des mosquées, des centres «culturels» et se sert de la liberté de religion et d’expression pour prêcher la charia?

Pourquoi ne serions-nous pas offensés par le port ostentatoire de hijab, niqab ou tchador quand des musulmans nous disent qu’il n’y a réellement aucune obligation religieuse à cet effet?

[quote]Comment croire que la religion musulmane n’a rien à voir avec ces attaques et qu’elle n’est que paix[/quote]

Quand des musulmans commencent à demander des salles de prière sur les lieux de travail, de la nourriture hallal dans les cafétérias des écoles, et même qu’une tour universitaire (l’Université Duke en Caroline du Nord, USA) serve de minaret pour l’appel à la prière du vendredi ; quand ils poussent pour obtenir des accommodements, plus qu’aucune autre minorité religieuse au Québec, et qu’en même temps on voit tous les jours les massacres et viols perpétrés par Boko Haram et l’ÉI, comment croire que la religion musulmane n’a rien à voir avec ces attaques et qu’elle n’est que paix, amour et tolérance comme le prétendent les idiots utiles et les «représentants» des diverses associations musulmanes de Montréal?

Si, comme tente de nous l’expliquer le premier ministre Couillard et d’autres, l’intégrisme musulman est affaire de «choix personnel» et différent du radicalisme, où voit-on la différence?

Quand une femme musulmane poursuit la juge Marengo pour avoir le droit de porter le hijab au tribunal ; quand une autre poursuit le gouvernement canadien pour avoir le droit de porter le niqab lorsqu’elle prête le serment de citoyenneté ; quand l’imam Charkaoui menace de poursuite deux collèges qui refusent de lui louer des locaux ; quand une mosquée illégale dans l’arrondissement de Saint-Laurent à Montréal veut contester en cour un avis d’expulsion ; ne voit-on pas là des musulmans qui se servent de nos tribunaux, protecteurs de nos droits démocratiques, pour faire valoir leur idéologie islamo-fasciste déguisée en religion ?

Le plus enrageant, c’est que les Québécois ne peuvent pas compter sur leurs élites pour donner l’heure, juste aux musulmans de bonne foi et aux radicaux fanatiques qui prêchent la charia.

Les élites médiatiques se sont distinguées par des reportages complaisants comme celui de Radio Canada qui cherchait et ne trouvait pas d’islamiste radical à Montréal. On se demande comment ils ont fait pour rater l’imam Charkaoui…

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les élites universitaires, loin de constituer un rempart, ont été les premières à se coucher devant les demandes d’accommodements des associations étudiantes islamistes, comme en Ontario où leurs sont fournis salles de prière et nourritures halal sur les campus. Même l’Université Laval à Québec a sa mosquée !

Fin février, l’Université Concordia à Montréal a «découvert» qu’une bibliothèque virtuelle islamique renvoie à des sites qui expliquent comment un musulman peut battre sa femme sans laisser de trace !

Les élites politiques au Québec réagissent mollement.

Le premier ministre Couillard s’interroge tout haut sur l’adoption pour le Québec du modèle danois ! Quel modèle danois ? Celui qui parlait de reprendre en douceur les djihadistes de retour au pays ? Celui qui a tout cédé aux immigrants musulmans sans être capable d’arrêter l’attentat de Copenhague ?

Les élites syndicales critiquent les mesures d’austérité du gouvernement libéral et cherchent à mobiliser contre elles. Mais lorsqu’il s’agit de réagir aux demandes de plus en plus insistantes des musulmans pour avoir des salles de prière sur les lieux de travail, les syndicats sont comme des vaches qui regardent passer les trains. Nos ex-trotskystes athées n’ont rien à dire sur la «religion» et préfèrent laisser Stephen Harper, l’ «homme de droite» s’inquiéter de la radicalisation des jeunes qui mène aux actions terroristes.

Nos concitoyens musulmans qui manifestaient, en fort petit nombre il est vrai, en faveur des Palestiniens l’été dernier, n’ont pas jugé bon de sortir le museau pour protester contre les horreurs perpétrés par Boko Haram ou par l’ÉI. Silence radio aussi quand il s’agit du pauvre Raïf Badawi qui apparemment n’en a pas fini avec le fouet et pourrait être rejugé et cette fois condamné à mort pour apostasie.

Est-ce anomie? Habitude de soumission dans leurs pays d’origine? Sympathie pour les djihadistes? On se perd en conjectures.

Étant donné que la plupart sont arrivés au Canada en étant parfaitement au courant de l’intolérance et l’autoritarisme qui règnent dans leurs pays d’origine, on serait en droit de se demander pourquoi ils n’ont pas été vigilants et prompts à tirer la sonnette d’alarme quand ils ont vu des imams radicaux débarquer au pays et prêcher dans les mosquées qu’ils fréquentent…

Ils demandent à pratiquer leur religion comme notre Charte des droits le leur accorde et à être respectés, mais quel respect ont-ils pour la société qui les accueille et leur fournit des conditions de vie bien supérieures à celles qu’ils ont quittées?

Les rares femmes musulmanes telles que Fatima Houda Pépin ou Djemila Benhabib qui ont dénoncé sans relâche le mépris des femmes des islamistes se sont présentées et ont été élues dans des circonscriptions où les musulmans sont peu nombreux.

M’est avis que nos concitoyens musulmans se conduisent comme des spectateurs à un match de boxe : ils attendent de voir qui sera KO pour être sûrs de se retrouver du côté du vainqueur.

La population québécoise attend autre chose de la part du premier ministre Couillard et du chef libéral fédéral Justin Trudeau que du bla bla et des paroles lénifiantes. Les Québécois en ont assez de se faire taxer d’islamophobie.

Les Libéraux épris de multiculturalisme tant aux niveaux fédéral que provincial sont en train de perdre du terrain. On commence à regretter d’avoir élu Couillard et on se jure bien de ne pas voter pour Justin Trudeau.

Hors du champ politique, la question reste posée : qui doit changer ? Qui doit faire preuve d’ouverture vers l’autre ? Le Québec ou l’Islam ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

4
0
Merci de nous apporter votre commentairex