Publié par Manuel Gomez le 22 mai 2015

migrants1

Les pays de l’Union Européenne viennent de se réunir et ont démontré leur incapacité à résoudre ce grave problème de centaines de milliers de migrants qui envahissent quotidiennement les pays riverains de la Méditerranée, et poursuivront leur invasion (ceux tout au moins qui auront la chance de ne pas périr en mer).

Impossibilité de les maintenir sur les côtes africaines, impossibilité de les accueillir en Europe, les décisions prises ne résolvent rien mais permettent de « s’en laver les mains », comme cela est très souvent le cas.

Comme ce fut le cas notamment en 1938, et c’est ce que rappelle le prochain livre de Raphael Delpard «La conférence de la honte*», aux éditions Michalon et en librairie et sur Amazon depuis le 15 mai.

Du 6 au 15 juillet 1938 à Evian-les-Bains (qui nous rappelle de tristes et révoltants souvenirs) vingt-neuf représentants de pays se réunissent afin d’offrir aux juifs, qui essaient de quitter l’enfer germanique et ne trouvent que portes closes, la possibilité de les recevoir.

C’est à l’initiative du président américain Franklin Delano Roosevelt, poussé par les associations chrétiennes et juives, que cette conférence a lieu, dans l’objectif de demander à ces pays d’accueillir un nombre substantiel d’émigrants soumis à un grand et grave danger par l’Allemagne hithlérienne.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Comme en 2015, en 1938 les 29 délégués de ces pays trouveront des prétextes pour refuser de s’intéresser au sort funeste de cette population en errance.

Les juifs américains tenteront, mais un peu tard et en ordre dispersé, d’en sauver quelques milliers et cela malgré l’insistance prémonitoire d’un Jan Karski.

Il est intéressant de signaler que, contrairement à d’autres pays européens, l’Espagne de Franco a su protéger « ses » juifs malgré l’insistance des nazis.

Les conséquences de cette lâcheté seront les six millions de juifs exterminés dans des fours crématoires que découvriront en 1944 et 45 les armées alliées après la victoire.

« Si le crime nazi envers les Juifs et les Tziganes est imprescriptible, ce qui l’a rendu possible, c’est bien le silence des nations. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Cinéaste et romancier, Raphaël Delpard est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Les Enfants cachés* (1998) et Les Convois de la honte* (2010) qu’il a adaptés en documentaires pour la télévision. Ses travaux, notamment sur l’Algérie et l’Indochine, sont marqués par la volonté d’apporter des vérités souvent tues.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie suivant la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz