Publié par Christian Larnet le 27 mai 2015
Sepp Blatter, président de la FIFA
Sepp Blatter, président de la FIFA

Zurich, en Suisse : ce matin tôt, des agents de l’Office fédéral de la justice (OFJ) ont fait une descente à l’hôtel Baur au Lac où se réunissaient des délégués de la Fédération internationale de football (FIFA). Ils ont été arrêtés pour une affaire de corruption.

zurich

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les agents, habillés en civils, se sont dirigés vers la réception et ont demandé – et obtenu – les clefs des chambres des délégués, puis sont montés dans les chambres procéder aux arrestations.

Selon un témoin clients de l’hôtel, les interpellations se sont déroulées dans le calme, bien que les responsables de la FIFA ont été presque tous menottés.

Eduardo Li responsable pour le Costa Rica, a été emmené par les autorités helvétiques par une porte dérobée, et a été autorisé à emporter ses baggages, au logo de la FIFA.

Le président de la FIFA, Sepp Blatter, ne serait pas parmi les personnes arrêtées.

Au moins dix responsables risquent une extradition vers les États-Unis.

Jeffrey Webb, des iles Cayman, et vice président du comité exécutif, Eugenio Figueredo d’Uruguay, également vice président du comité exécutif et ex président de l’association sud africaine de Football, Jack Warner de Trinidad et Tobago, figurent aussi parmi les personnes interpelées.

Les charges dont sont accusés les responsables de la FIFA remontent à plus de 20 ans de corruption de grande envergure, magouilles publicitaires, pots de vin pour choisir les pays organisateurs de la Coupe du monde et pour accorder les droits de retransmission télévisés, blanchiment, évasion fiscale, fraude bancaire, racket et menace, selon une personne proche du dossier au bureau.

En 2012, le Qatar a été formellement accusé d’avoir payé des dessous de table à des membres du comité exécutif de la FIFA pour pouvoir accueillir la Coupe du Monde en 2022. L’enquête interne dirigée par le juge du comité éthique, l’allemand Joachim Eckert, conclut que « des violations du code de l’éthique ont été relevées mais elles n’ont pas entaché l’intégrité du vote. »

Dans les heures qui suivirent, le procureur américain Michael J. Garcia, qui avait passé deux ans sur le dossier, contesta les conclusion d’Eckert comme « incorrectes et incomplètes avec des erreur flagrantes qui ne représentent pas les faits.” La FIFA ne tint pas compte des réserves de Garcia et endossa les conclusions de Eckert qui absolvaient la FIFA.

Mahmoud Abbas, qui réclame l’exclusion d’Israël de la fédération international doit être dans ses petits souliers…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Source : New York Times

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex