Publié par Magali Marc le 31 mai 2015

slide_410188_5157794_compressed

Les attentats à Ottawa et à Saint-Jean-sur-Richelieu par des terroristes djihadistes en octobre 2014 ont mené le gouvernement Harper à mettre au point une loi anti-terrorisme qui devrait permettre de les prévenir et d’empêcher l’endoctrinement des jeunes par des sites internet radicaux.

À peine Stephen Harper avait-il annoncé qu’il préparait un tel projet de loi que tous les gauchistes, militants droit-de-l’hommistes comme Amnesty International et leurs relais dans les médias se sont mis à jouer les vierges effarouchées.

En mars 2015, Thomas Mulcair, le chef du NPD, a participé à des manifestations contre C51. Cette posture de Mulcair est dictée par sa stratégie électorale car, étant donné que Justin Trudeau, le chef du PLC, s’est rangé de mauvaise grâce dans le camp des pros-C51 (quitte à amender la loi s’il est élu), il n’avait pas le choix que de s’y opposer pour tenter de récolter les votes des gauchistes que Trudeau perdra.

Une association de juristes environnementalistes a parlé de «dérive autoritaire» du gouvernement conservateur. D’autres ont dit qu’ils ne voulaient pas troquer leur liberté pour plus de sécurité. Harper se fait traiter de dictateur en puissance.

Malgré ces critiques acerbes, les Canadiens continuent d’être majoritairement en faveur du projet de loi C51 adoptée par la Chambre des Communes et à l’étude devant le Sénat.

Mais de quoi parle t-on exactement?

Voici un résumé des actions visées par le projet de loi C-51:

[ordered_list style= »decimal »]

  1. Faciliter le transfert de l’information entre les organismes fédéraux, y compris les données confidentielles détenues par Passeport Canada et l’Agence du revenu du Canada, de façon à «mieux détecter et contrer les menaces.» Cette mesure sera applicable à des activités qui «portent atteinte à la sécurité du Canada», tout en accordant une dérogation spécifique pour la défense légale, la protestation et la dissidence.
  2. Édicter une Loi sur la sûreté des déplacements aériens de manière à faciliter le refus d’embarquement sur un avion par les autorités pour, par exemple, empêcher le départ d’un voyageur vers la Syrie qui souhaiterait rejoindre les militants de l’Etat islamique.
  3. Modifier le Code criminel, en facilitant les arrestations préventives par la police et en criminalisant la promotion du terrorisme.
  4. Donner de nouveaux pouvoirs au Service canadien du renseignement de sécurité qui lui permettent de « perturber » les menaces terroristes, telles que la fourniture de plus amples informations à la famille et aux amis d’un terroriste; d’interférer avec les plans de voyage d’un présumé terroriste ou d’intercepter les armes destinées à une utilisation terroriste. Les nouveaux pouvoirs seraient soumis à un mandat judiciaire, avec l’approbation du ministre, dans les cas les plus extrêmes.
  5. Modifier la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés en facilitant la protection d’informations tenues secrètes dans les cas où les autorités estimeraient que des raisons de sécurité nationale sont en jeu.

[/ordered_list]

Des sondages effectués en février, en mars et au mois de mai ont montré que malgré les cris d’orfraie de certains politiciens, les Canadiens ont maintenu leur appui à la Loi C 51.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

En février, 82% des répondants à un sondage Angus Reid se disaient en faveur de la loi et 36% la jugeaient même insuffisante.

Un autre coup de sonde, cette fois de Forum Research, effectué en mars, c’est à dire au plus fort des manifs contre la «Loi de la terreur» («Terror Bill»), voyait l’appui des Canadiens chuter à 45%.

Maintenant, un sondage effectué en mai par Angus Reid confirme une légère baisse des appuis mais pas un effondrement.

Après deux mois de manifestations hystériques, 72% des Canadiens estiment que tout compte fait, ils maintiennent leur soutien à la Loi contre le terrorisme. Tandis que 36% estiment qu’elle va trop loin et ne protège pas la vie privée, la proportion de ceux qui trouvaient qu’elle n’allait pas assez loin en février (36%) est tombée à 13%.

Ce sondage plus récent montre que plusieurs mesures spécifiques dans le projet de loi jouissent encore d’un taux d’approbation élevé :

[unordered_list style= »green-dot »]

  • les mesures qui rendent illégal le fait de promouvoir le terrorisme (87% en faveur),
  • le blocage de sites Web qui favorisent le terrorisme (85% en faveur),
  • l’extension à sept jours du temps pendant lequel un suspect de terrorisme peut être détenu sans inculpation (73% en faveur), et
  • le fait de donner aux ministères le pouvoir de partager des informations privées – telles que les demandes de passeport ou de données commerciales – avec les services policiers (72% en faveur contre 81% en février)

[/unordered_list]

Les opposants à la Loi C51 ne peuvent donc pas prétendre que les Canadiens l’appuient parce qu’ils n’en connaissent pas le contenu!

Mais on peut compter sur les médias pour parler de «psychose» canadienne envers le terrorisme ou de prétendre qu’avec cette loi, «la lutte au terrorisme permettra de voir en tout canadien un criminel potentiel» (dixit le site Centpapiers), comme si l’inquiétude des Canadiens à l’égard des djihadistes était l’effet d’une maladie mentale.

Les Québécois (qui appuient aussi majoritairement la loi) ont des motifs d’être plus inquiets depuis janvier alors qu’une vingtaine de jeunes Québécois endoctrinés sont partis faire le djihad ou ont essayé de partir.

À cet égard, le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, a laissé entendre que les jeunes aspirants djihadistes auraient pu être détenus en vertu de la Loi C51 qui n’entrera en vigueur que lorsqu’elle aura été adoptée par le Sénat canadien.

Une fois son adoption définitive entérinée au Parlement, la Loi C51 permettra d’inculper formellement des individus soupçonnés de vouloir rejoindre des mouvements armés à l’étranger.

Les gauchistes vont se sentir surveillés et Adil Charkaoui va encore se sentir victime d’islamophobie.

Sniff!

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz