Publié par Jean Vercors le 4 juin 2015

l-operation-sangaris-a-ete-lancee-en-decembre-2013-2-000_2705010_800x400

« Nous, militaires Francais, appelons la France à stopper sa stratégie d’occupation »

« Mon service militaire en tant que combattant au sein des forces armées francaises en Centrafrique a pris fin le mois dernier. J’ai discuté depuis avec des centaines de soldats, qui m’ont raconté leur service militaire dans les territoires occupés par la France en Centrafrique » rapporte un témoin sous couvert d’anonymat parce qu’il n’est pas autorisé à s’exprimer publiquement.

« Jamais auparavant des règles d’engagement aussi permissives que celles que décrivent des dizaines de soldats et d’officiers ayant pris part à l’opération « Sangaris » n’avaient été portées à ma connaissance. »

Les témoignages révèlent comment l’armée francaise a agi, et permettent d’expliquer dans une large mesure pourquoi les combats ont été aussi meurtriers.

Mais les témoignages sur l’opération « Sangaris» ne racontent qu’une partie de l’histoire.

Ils ne disent pas que l’opération de l’été dernier était la dernière d’une série d’opérations périodiquement lancées par l’armée francaise en Centrafrique ces dernières années. Ils n’expliquent pas non plus pourquoi il est évident pour tout le monde que le déclenchement de la prochaine opération n’est qu’une question de temps.

Ils ne disent pas qu’il y a des violeurs pédophiles dans l’armée française, pourtant cette grave accusation provient d’un rapport de l’ONU établi à partir de témoignages de jeunes garçons centrafricains recueillis entre décembre 2013 et juin 2014 lors de l’opération Sangaris.

Le parquet de Paris a confirmé le mois dernier qu’il enquêtait depuis l’été dernier sur ces accusations d’abus sexuels. Et une source judiciaire a révélé que 14 militaires français seraient mis en cause par les enfants et que certains auraient été identifiés.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz