Publié par Gaia - Dreuz le 18 juin 2015

Aujourd’hui il y a 650 procédures judiciaires enclenchées pour des activités liées au terrorisme, dont 130 environ ont quitté la France avant de revenir au terme d’un séjour plus ou moins en Syrie notamment.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Trois ex-jihadistes de retour de Syrie qui avaient fait appel de leur placement en détention, en attente d’un procès pour leurs liens avec des activités terroristes, ont obtenu gain de cause auprès du tribunal de grande instance de Paris, rapporte Le Monde jeudi. Le quotidien explique que la situation crée un certain malaise.

En effet, le ministère public s’était opposé à leur remise en liberté mais les arguments des ex-jihadistes, notamment des enfants à charge ou un emploi, ont fait penché la balance en leur faveur. L’une des motivations de la décision judiciaire est que le « principe de précaution » et l’évaluation de la « dangerosité » d’un individu reste sujets à caution.

Casier judiciaire vierge

Le cas de deux jeunes originaires d’Albertville, qui avaient séjourné en Syrie avant de tenter d’y retourner avec leurs familles, est raconté par Le Monde. Mais ces éléments dans leurs parcours n’ont pas été jugés suffisant pour les laisser en détention. « Les magistrats ont attaché de l’importance au casier judiciaire vierge des deux hommes, le jeune âge de leurs enfants et le fait qu’ils semblaient ‘avoir pris du recul par rapport à [leur] engagement djihadiste' » écrit notamment le journal qui pointe deux autres cas.
Aujourd’hui il y a 650 procédures judiciaires enclenchées pour des activités liées au terrorisme, dont 130 environ ont quitté la France avant de revenir au terme d’un séjour plus ou moins en Syrie notamment.

Un plan du gouvernement pour ceux qui ne sont pas poursuivis

Globalement, la question des jihadistes qui reviennent sur le territoire est un problème pour l’exécutif et les forces de sécurité. « Une structure sera créée d’ici la fin de l’année afin de prendre en charge, sur la base du volontariat, des jeunes de retour de zones de conflit et ne faisant pas, bien sûr, l’objet de poursuites judiciaires », avait déclaré Manuel Valls en avril dernier.

Par ailleurs, le gouvernement a lancé un plan de lutte contre la radicalisation, composé d’une plateforme téléphonique et d’un site internet dédié. En un an, il y a eu près de 1.900 signalements, dont un quart concernait des mineurs.

Au total, 1.432 Français ont quitté la France à destination des zones de jihad en Syrie et en Irak, selon un rapport sénatorial publié ce mercredi 8 avril.

http://www.bfmtv.com//societe/des-ex-jihadistes-ont-obtenu-une-remise-en-liberte-895604.html

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz