Publié par Gaia - Dreuz le 12 juin 2015

Tous les vendredis, depuis un peu plus d’un mois, environ 500 à 600 musulmans prient dehors, sur un terrain mitoyen au gymnase Champy, à Noisy-le-Grand. Auparavant, ils se réunissaient dans un foyer de migrants insalubre qui a été détruit en avril dernier. Les fidèles assurent que le député-maire (PS) Michel Pajon, leur a fait des promesses qu’il n’a pas tenues.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

De son côté, l’élu affirme le contraire

En ce vendredi, sous le soleil, la prière se déroule sur un site un peu encaissé, à l’abri des regards. Pour autant, les fidèles sont furieux de se retrouver à la rue. « C’est vrai que le foyer de migrants, ce n’était pas terrible mais au moins on avait un toit, lâche Yahya. Le maire nous a fait plein de promesses avant les élections et voila le résultat. » « Il nous avait dit qu’il nous trouverait un local et on attend toujours », renchérit Idrissa.

L’imam Younes Bouaoud s’inquiète de cette situation. « Nous savons que prier dans la rue est illégal et que cela ne donne pas forcément une bonne image de l’islam mais c’est justement pour cette raison que nous voulons trouver un site, insiste-t-il. D’autant que quand l’hiver viendra, cela sera pénible pour tous les fidèles de rester dehors. Il faut que nous puissions rencontrer le maire et discuter. »

Des négociations compliquées avec la mairie

L’association des musulmans de Noisy-le-Grand a été plusieurs fois en contact avec la municipalité mais les négociations sont compliquées. La ville a bien proposé un terrain, rue de l’Université, mais elle veut que la salle de prière soit en sous-sol, ce qui, selon l’association, coûterait beaucoup plus cher — environ 200 000 € de plus. Un pavillon a aussi été loué à l’association aux Bas-Heurts mais il se situe dans le quartier qui doit être prochainement rasé. « Nous avons trouvé une salle au Pavé-Neuf et un pavillon au Champy, assure Enis Chabchoub, le président de l’association. Nous demandons au maire de nous accorder la possibilité de faire des aménagements pour que l’on puisse enfin organiser nos prières dans des conditions décentes. »

Dans un communiqué de presse, Michel Pajon estime avoir « un dialogue constructif et de confiance avec les musulmans ». Pour le prouver, il évoque le pavillon des Bas-Heurts, la mise à disposition « d’un gymnase deux fois par an pour les fêtes de l’Aïd-el-Kébir et de l’Aïd-el-Fitr » et rappelle la proposition du terrain pour la mosquée. Le maire reconnaît cependant « qu’il ne dispose pas, à ce jour, de locaux disponibles et adaptés dans le quartier du Champy ». Quant à la fermeture du foyer des migrants, il refuse d’être tenu « responsable d’un site détourné abusivement et illégalement de sa fonction pour servir de lieu de culte ».

http://www.leparisien.fr/noisy-le-grand-93160/noisy-le-grand-prive-de-locaux-les-musulmans-prient-dehors-04-06-2015-4832169.php

© Gaïa pour www.Dreuz.info

3
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz