Publié par Jean-Patrick Grumberg le 6 juin 2015

Jean-Louis Caccomo, docteur en économie et finance internationales, maître de conférences en sciences économiques à l’IAE de Perpignan – UPVD : « après les 30 glorieuses, après le choc prétrolier, la France est entrée dans 40 années calamiteuses et s’enfonce dans une dépression structurelle, un mot justement emprunté par la psychiatrie à l’économie… »

« Par défaut, un libéral sera donc amené à voter blanc, surtout à un deuxième tour de présidentielle qui oppose un social-démocrate de gauche à un social-démocrate de droite – Hollande/Sarkozy. Il n’y a aucune différence de fond entre les deux hommes, qui se veulent providentiels, ni avant l’élection, ni après » affirme justement le blogueur Parisien Libéral dans Contrepoints.

Parisien Libéral: « Sarkozy avait gommé ses mesures intéressantes avant 2012, telles que la loi TEPA, quand il ne renie pas ses quelques mesures libérales (l’auto-entrepreneur), inspiré qu’il est, hier comme aujourd’hui, par l’idée que décidément, c’est à l’État de s’occuper de tout. Hollande, n’en parlons pas. Lui au moins assume son dirigisme. Et les deux hommes ont les mêmes déficits, la même liberté prise avec les règles européennes (qu’ils ont pourtant tous les deux voté), etc. »

Alternativement, conclut Parisien Libéral, « plutôt que de s’abstenir, le jeu démocratique implique de tenter de constituer des majorités de bon sens, projet par projet …et de permettre l’émergence d’une jeune classe politique, déterminée car indépendante. Ça prendra du temps ! Mais après tout, il a aussi fallu du temps pour que Margaret Thatcher arrive au pouvoir, que le Parti Conservateur devienne libéral et surtout que les britanniques acceptent et soutiennent des réformes ! »

Et le FN ? La question demande des précisions

• En 1986, dans « Pour La France », l’antisémite Jean-Marie Le Pen écrit « il faut ramener l’État à son rôle, désétatiser l’économie et supprimer les carcans bureaucratiques ; et pour la réussir, il faut valoriser l’initiative individuelle, l’entreprise et le profit… l’État n’est pas une institution destinée à faire le bonheur des hommes mais à assurer la survie de la nation. Il doit intervenir dans ce qui relève de la sphère publique (sécurité, défense, diplomatie) et rendre à l’initiative individuelle ce qui relève de la sphère privée. » C’était un propos assurément libéral.

• Mais sa fille a tourné le dos à tout cela. Elle n’est pas antisémite comme son père, et elle et se situe à la pointe extrême de l’économie dirigiste contrairement à son père, une sorte d’accélération du déclin en cours, qui se traduira par beaucoup plus de chômeurs, beaucoup plus de dettes, et votre appauvrissement, ne vous y trompez-vous.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Marine Le Pen attaque pêle-mêle les « ultra-libéraux » (terme qu’elle ne comprend pas), la mondialisation (terme qu’elle ne comprend pas mieux) et la finance mondiale (terme qui ne veut rien dire). Son programme économique est étatiste (si vous êtes en mesure de comprendre que jamais un fonctionnaire de l’Etat ne sera capable de créer Apple, Amazon, Google, Dell ou Microsoft, c’est à dire l’économie de demain, vous êtes capable de comprendre que le terme veut dire catastrophe programmée), protectionniste (qui implique que la France agravera son retard) et se situe donc, sur le plan économique, à gauche du socialisme.

Sur le libéralisme, j’ai eu plusieurs échanges surprenants avec Michel Onfray, dont l’intelligence, la culture et la vivacité d’esprit ne l’ont pas abrité des pires amalgames et contre vérités. En un mot, il n’a tout simplement pas la moindre idée de ce qu’est le libéralisme, qu’il confond avec « le marché ».

Et pourtant… le libéralisme et la liberté qui lui est attaché, est la seule et unique recette qui marche. Aucune autre idée n’a fait fonctionner l’économie, laissé à sa population le fruit de son travail, créé de l’emploi, offert le confort matériel, et une tranquilité financière.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz