Publié par Hildegard von Hessen am Rhein le 14 juillet 2015

unnamed

Ce lundi, Angela Merkel a exposé son « programme » sur le sauvetage de l’euro en Grèce. Au lieu de présenter une vision politique, la chancelière a balbutié des propositions, auxquelles visiblement elle ne comprenait rien.

L’on pourrait soupçonner que tout ce marathon n’aura servi qu’à faire exploser la zone euro. Même si vous ne comprenez pas l’allemand, même sans grandes connaissances en morpho-psychophysiologie, il suffit de la regarder pour comprendre :

 

Suite à 17 heures de négociations, Angela Merkel présente le document de l’échec. Elle ne comprend pas ce qu’elle lit. Elle n’est plus maîtresse de la situation.

La faute politique majeure de Merkel est sa totale confiance dans les technocrates. Elle ne se rend pas compte que sa politique devient un théâtre d’absurdités. Toujours de nouvelles créations de fonds, toujours plus de promesses de succès, et cela, devant le fait que 340 milliards de contributions fiscales européennes se sont évaporées.

Cette concentration d’incompétences, de manque de sincérité et de centralisme est mortelle pour l’Europe. C’est ce que ressent le peuple grec en première ligne, auquel un énième plan d’austérité stupide est infligé.

Merkel ignore que depuis cinq ans et demi, on injecte de l’argent dans le système financier, afin de contenir cette orgie de crédits. La dette grecque augmente depuis cinq ans et demi. Et, depuis cinq ans et demi, les performances économiques déclinent.

L’intervention de Merkel démontre comment après 17 heures de marathon de négociations, une femme politique se délabre en actrice de seconde zone. Ce n’est pas l’œuvre d’un grand metteur en scène, mais de ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre, les technocrates de la Troïka, désarmés, désemparés et un Ministre des finances fédéral, dont la fureur de destruction sera considérée comme historique.

Merkel n’agit pas selon un scénario. Elle lit des chiffres, bafouille, raconte des histoires issues de cette fausse religion du monde de McKinsey. Angela Merkel a un seul principe auquel elle est restée fidèle durant toute sa carrière : garder le pouvoir. Il est bien possible qu’elle poursuive maintenant son plan B personnel. Il est de plus en plus clair que la débâcle de l’euro est en train de devenir le plus grand désastre financier et politique de l’histoire de l’Europe. Merkel refuse d’en endosser la responsabilité.

79890425-854x480-1-jun-30-2015-15-52-56-poster

 

La haine à laquelle ses collègues ont dû faire face au sein du Parlement européen, le cynisme avec lequel Wolfgang Schäuble a humilié les Grecs, le conflit ouvert avec la banque centrale européenne (BCE) sont des indices que Merkel ne voit aucun avenir dans l’euro. Elle tient des propos pathétiques, mais on observe qu’elle n’y croit pas elle-même. Il est possible que ses conseillers l’incitent à préparer la sortie de l’Allemagne de l’euro. Elle pourrait même être arrivée à la conclusion que la campagne de haine de la BILD Zeitung (laquelle titrait lundi contre toute vérité « 86 milliards pour les grecs ») est vraie, et qu’elle pourrait se garder aux manettes si les Grecs, les Italiens et les Français transgressaient les accords.

[box type= »info » icon= »none »]

Promotion été 2015 :
Abonnez-vous pour 3 € par mois au lieu de 7 €
et participez aux commentaires




[/box]

Pourquoi ne pas essayer un concept nationaliste ? Le socialisme a échoué. La République Fédérale a échoué. Vive la « Wende » éternelle ! (Wende signifie la transformation de l’Allemagne de l’Est en RDA) doit penser Merkel qui a vu passer des dizaines de chefs d’états et de gouvernements, qui est la seule, à la même fonction, qui a participé à tous les sommets de la crise de l’euro depuis 2008. Elle est le facteur qui assure la stabilité du naufrage. L’euro peut être éphémère. Angela Merkel reste fidèle à elle-même.

Les sauveurs de l’euro, apparus fatigués devant les caméras, ne m’inspirent ni pitié, ni respect. Oseraient-ils couiner que leur métier est difficile ? Ils l’exercent avec médiocrité, cela doit être souligné et critiqué.

Tous des tocards !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hildegard von Hessen am Rhein pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex