Publié par Mireille Vallette le 23 août 2015

Russian-civil-emergency-builds-camp-for-illegal-migrants5

« Selon la vulgate morale en vigueur, il existerait un consensus éthique pour admettre le droit inconditionnel d’un immigré à rejoindre un pays développé. Ne pas reconnaître ce droit serait un crime de non-assistance à personne en danger. »
Jean-Philipe Vincent, directeur d’études d’économie à Sciences Po Paris.

Face aux vagues de réfugiés qui déferlent sur l’Europe, il est impératif de paralyser l’intelligence et le bon sens. C’est exclusivement à l’aune de la compassion que le sujet mérite d’être traité.

[quote]L’ère du «nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde» est close[/quote]

L’ère du «nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde» est close. Nous devons accueillir toute la misère du monde ! Et nous sentir en permanence culpabilisés de ne pouvoir atteindre l’objectif.

Des réfugiés se noient en Méditerranée ? Sentez-vous coupables jusqu’à l’os, vous qui alimentez ainsi un vaste cimetière marin ! A Calais, comment accepter toutes ces violences policières ? En Macédoine, comment l’armée ose-t-elle utiliser des grenades assourdissantes face à des victimes de guerre ?

L’asphyxie de la libre parole interdit aux citoyens la critique de cette délirante immigration. Cette critique n’est qu’un discours inhumain, xénophobe, voire de haine. Aucun citoyen soucieux de son image n’oserait avouer que ces centaines milliers de réfugiés lui font peur.

Le débat asphyxié

Il n’ose dire non plus qu’il craint ces réfugiés parce qu’ils comprennent une écrasante majorité de musulmans, une population qui en petit nombre déjà cause d’incessants problèmes à leurs sociétés. Il a peur de clamer haut et fort que l’Etat islamique glisse ses assassins parmi eux afin qu’ils rejoignent ses ennemis-djihadistes de l’intérieur. Peur de dire qu’il refuse l’importation sur son sol de séculaires conflits ethniques, religieux, tribaux.

Cette asphyxie du débat pousse des citoyens exaspérés à regarder en boucle les reportages qui montrent des victimes tout justes sorties de leur cauchemardesque voyage exiger, protester, renvoyer des vêtements récoltés pour eux, jeter une nourriture qui ne leur convient pas, réclamer des conditions de logement « dignes », se battre entre eux.

Pour interdire l’expression de la dissidence, les médias -la RTS est championne en la matière- reçoivent un défilé de défenseurs du « droit humanitaire » et nous montrent un défilé incessant d’interviews de victimes. Leurs saintes paroles coulent sans filtre dans les micros. Victime et Vérité sont devenues synonymes.

[quote style= »boxed » float= »left »]L’Union européenne a pétri l’idée d’une immigration de conte de fée[/quote]

L’Union européenne et ses ONG ont depuis des années pétri l’idée d’une immigration de conte de fée. Ce discours, chaque gouvernement a été tenu de le répéter… et l’a fait. Sauf qu’aujourd’hui, ce mensonge se délite. Les pays qui subissent cet incroyable exode vivent les mêmes difficultés : pas de centres, pas de logements, pas de travail, pas de milliards par dizaines que coûtera la prise en charge d’un million de nouveaux venus à la fin de l’année.

Et quoi de mieux pour ceux de l’année prochaine et des suivantes ?

[box type= »info » icon= »none »]

Promotion été 2015 :
Abonnez-vous pour 3 € par mois au lieu de 7 €
et participez aux commentaires




[/box]

Le coup des passeurs

Chacun fait semblant de croire à une solution :

[unordered_list style= »green-dot »]

  • se répartir chrétiennement (!) les réfugiés (on est arrivé à 40’000 répartis sur trois ans !),
  • respecter les accords de Schengen (pour les « bénéficiaires »),
  • les abroger (pour les autres, la Grèce et l’Italie qui de toute manière ne les respectent plus depuis longtemps),
  • aider les Etats de la misère à en sortir,
  • créer « des filières d’immigration légale »,
  • ouvrir tout grand les frontières…

[/unordered_list]

On nous a joué l’air du « l’Europe va prendre des mesures : les passeurs, nous allons les passer à la moulinette ». Encore un mensonge délibéré dont personne n’a jamais vu le moindre résultat. Il s’agissait seulement de diriger le regard des citoyens vers ces coupables et leurs victimes, et de le détourner des foules qui se préparaient au voyage.

De mauvais élèves, submergés, construisent des fortifications. Et s’entendent dire, comme à leurs citoyens : croyez-vous que vous allez empêcher les désespérés de passer ? Pauvres imbéciles ! Les désespérés démoliront vos murs, cisailleront vos clôtures, reprendront des rafiots, se lanceront toujours et encore à l’assaut de vos sociétés qui ont commis l’indicible faute d’avoir réussi à créer la justice et le bien-être.

Grave schizophrénie

Pris à leurs mensonges, devenus schizophrènes, les gouvernements doivent répéter un discours empli d’humanité tout en tentant désespérément d’empêcher une part d’humanité de franchir leurs frontières.

L’aveu que le roi est nu tarde encore. Cette prosaïque réalité ne s’impose qu’à la majeure partie des peuples : l’Europe ne peut plus, l’Europe ne gère plus, l’Europe ne veut plus. Et elle n’a pas le début d’un commencement de solution vu qu’elle ne l’a jamais cherchée hors de ses idylliques visions.

Pendant ce temps-là, devant tant de dénis, des citoyens européens en nombre croissant se tournent vers des partis « populistes ».

Comme c’est étrange… Comme c’est … scandaleux !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex