Publié par Manuel Gomez le 12 août 2015

_77341634_kurdistan

Avec l’armée légale syrienne les Kurdes ont été, jusqu’à présent, le seul rempart sur le terrain contre l’avancée des forces de l’Etat Islamique.

Nous les avons soutenus et armés dans ce combat afin qu’ils nous représentent.

Or, que se passe-t-il depuis deux semaines ? La Turquie, soi-disant notre alliée dans cette guerre contre le terrorisme djihadiste, prend prétexte de frappes aériennes contre l’EI pour, à la place, massacrer l’armée kurde.

En deux semaines 390 « rebelles » (selon elle) kurdes ont été tués.

En deux semaines 390 « combattants » qui risquaient leur vie pour nous défendre contre l’EI ont été assassinés par des raids de l’aviation turque.

C’est l’AFP qui le confirme, citant l’agence gouvernementale turque « Anatolie », qui précise avec une certaine « gloriole » qu’environ 30 « rebelles » femmes et quatre dirigeants ont été éliminés par ces bombardements.

Ankara a, soi-disant, lancé le 24 juillet une attaque contre les terroristes du groupe Etat Islamique mais nous ne pouvons que constater que les principales victimes ne sont pas des djihadistes mais des combattants kurdes.

[box type= »info » icon= »none »]

Promotion été 2015 :
Abonnez-vous pour 3 € par mois au lieu de 7 €
et participez aux commentaires




[/box]

La Turquie, membre de l’OTAN, a refusé de participer activement à la lutte contre l’EI associée à l’Europe et, sous prétexte d’avoir ouvert ses bases aériennes aux chasseurs F16 des Etats-Unis, elle n’hésite pas à massacrer des Kurdes qui, eux, participent activement, sur le terrain, à cette guerre contre les djihadistes de l’EI et en paient chaque jour le prix comptant.

Un cessez-le-feu avait été engagé il y a trois ans entre les Turcs et les Kurdes, il vient de voler en éclat par la faute d’Erdogan et la naïveté d’Obama.

Une fois de plus la Turquie mise sur les djihadistes pour éradiquer les Kurdes.

Pour notre « allié» turc, l’ennemi n’est pas en priorité l’EI mais le peuple kurde.

Malgré le génocide entrepris depuis des décennies par la Syrie et la Turquie, le Kurdistan est une réalité géographique et, aujourd’hui, géostratégique.

Que cela plaise ou non à la Turquie, à la Syrie et à l’Europe, il existe !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz