Publié par Magali Marc le 23 août 2015

415147101553427981635635452901218062055n

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, se fait le complice des islamo-fascistes qui veulent museler tous ceux qui critiquent l’Islam.

Son Projet de Loi 59, discuté la semaine passée à l’Assemblée Nationale, concerne «la prévention et la lutte contre le discours haineux et les discours incitant à la violence», mais en vérité, il vise à censurer les «islamophobes».

Me Jacques Frémont, le président de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ) qui sera responsable de l’application de la loi, prétend que les Québécois ne comprennent rien à l’islam.

Me Frémont est engagé dans une croisade contre l’islamophobie au Québec. Pour lancer l’idée de ce projet de loi, il s’est inspiré, selon la chroniqueuse du Journal de Montréal Lise Ravary, de résolutions pro-censure présentées à l’ONU par l’OCI, l’organisation de la coopération islamique, qui regroupe 57 pays musulmans.

Et les membres du gouvernement Couillard, comme des moutons de Panurge, suivent les avis de ce débile.

Je croyais que le premier ministre Couillard, un brillant médecin spécialisé dans la chirurgie du cerveau, était simplement un peu mou et maladroit, et que lui et les membres de son gouvernement étaient aveuglés par leur fervent multiculturalisme tolérant. Mais trop c’est trop.

Je ne peux que constater à quel point nous sommes gouvernés par des imbéciles. Et encore, je suis gentille, car certains commentateurs soupçonnent Philippe Couillard d’être vendu à l’Arabie Saoudite où il a fait un long séjour.

La ministre de la justice, Stéphanie Vallée, était bien embêtée quand on lui a demandé de définir un «discours haineux», et c’est elle qui défend le projet de loi au parlement de Québec!

«Le but (du projet de loi) est de sanctionner un discours qui n’est pas acceptable … » a susurré la ministre de la Justice en commission parlementaire.

« Mais acceptable pour qui ? Selon quels critères ? » demande Lise Ravary qui estime que ce «projet de loi liberticide donnerait à la Commission des droits de la personne d’immenses pouvoirs pour enquêter sur des propos haineux, à partir de dénonciations ouvertes ou anonymes, faites par des individus ou au nom d’une communauté et de décider si un crime a été ou sera commis. Le cas échéant, la Commission poursuivrait et en plus d’écoper d’amendes salées, les coupables verraient leurs noms affichés sur internet. Cela s’appelle du shaming.

[box type= »info » icon= »none »]

Promotion été 2015 :
Abonnez-vous pour 3 € par mois au lieu de 7 €
et participez aux commentaires




[/box]

La Commission pourrait aussi initier ses propres enquêtes et faire interdire des propos avant leur diffusion ou publication.»

D’après Lise Ravary, Me Jacques Frémont envisage même de poursuivre des sites internet et des pages Facebook qu’il juge anti-musulmans, où l’on critique l’islam un peu trop fort à son goût.

Les sites Poste de Veille, Point de Bascule et Djihad Watch vont se sentir visé !

Bien entendu, l’Association des musulmans et des arabes pour la laïcité (AMAL) au Québec appuie ce projet de loi et demande des sanctions plus sévères contre les discours anti-religieux !

Selon Poste de Veille, Haroun Bouazzi et Mohamed Hachem, les porte-paroles de l’AMAL, ont prétendu en commission parlementaire que :

« l’islamophobie et la discrimination systémique envers les musulmans, créent l’environnement expliquant que des jeunes musulmans nés au Québec deviennent sensibles au discours d’extrémistes qui les envoient dans des zones où sévit le jihad. »

Autrement dit, les Imams Charkaoui et Chaoui qui font la promotion de l’islam, de la charia et du djihad islamique ne sont en rien responsables de la radicalisation des jeunes. C’est l’islamophobie qui crée la radicalisation !

Ce que M. Bouazzi oublie de mentionner, c’est que ce sont les crimes perpétrés par des musulmans motivés par la haine envers les non-musulmans qui sont en hausse, et non pas les crimes haineux perpétrés contre des musulmans, d’après un rapport de Statistique Canada.

Pendant ce temps, le Conseil musulman de Montréal (CCM), présidé par Salam Elmenyawi (lequel a justifié le djihad-combat lorsque l’islam est attaqué), demande que la définition de «discours haineux» soit élargie pour inclure «le dénigrement et la dérision de toute religion et de ses personnalités.»

Étant donné qu’il existe déjà une loi fédérale contre les discours haineux et l’incitation à la haine, Lise Ravary se demande ce que souhaite faire le gouvernement Couillard avec un tel arsenal de contrôle de la pensée ? Donner l’impression qu’on s’active au Québec ? Modérer les ardeurs du lobby musulman autoproclamé qui se roule dans la victimisation à chaque occasion ? Celui-là même qui a convaincu le premier ministre que c’est l’islamophobie qui engendre le djihad…

De son côté, Matthieu Bock Côté se demande d’où vient cette idée singulière selon laquelle on devrait automatiquement et obligatoirement du respect aux religions ?

Il écrit dans Le Journal de Montréal du 20 août :

« … On devrait avoir le droit de dire tout le mal qu’on veut de l’Église sans tomber sous la botte d’un croyant zélé ne tolérant pas qu’on ne croit pas la même chose que lui et voulant assurer la protection de ses dogmes par la loi. ( … )
On devrait même avoir le droit de critiquer l’Islam. Les croyances des uns ne doivent pas borner la liberté d’expression des autres. Chacun a le droit à ses croyances, mais personne n’est en droit d’obliger son prochain à les respecter.

Il n’y a pas de droit fondamental à faire respecter ses croyances, sauf à vivre dans une société qui veut écraser une fois pour toutes le jugement critique.

Le génie de la modernité occidentale, c’est de désacraliser politiquement les croyances métaphysiques et de forcer ceux qui les professent à endurer ceux qui n’en croient rien. Ainsi, l’esprit critique progresse et la liberté étend son empire. »

Je souscris à ces paroles sensées. Comme disent les parlementaires britanniques: « Hear! Hear !»

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz