Publié par Hildegard von Hessen am Rhein le 7 août 2015

635744927074914501-AFP-543162886

 

Evidemment, ce matin, à entendre les commentaires de cet hurluberlu soi-disant historien, « spécialiste des Etats Unis », celui aux cheveux finement tressés, François Durpaire, il a fallu que j’aille chercher son nom, tant il est insignifiant.

D’ailleurs, ce ne sont que des insignifiants qui peuplent les plateaux pour débiter leurs certitudes.

Ce matin donc, sur un ton amusé et irrespectueux, il commente les prestations de Donald Trump et des autres candidats aux primaires républicaines qui avaient lieu cette nuit.

Pour cette précieuse ridicule, Trump est grossier, outrancier, vulgaire, milliardaire, mais il avoue dans la foulée, ne pouvant faire autrement, qu’il est leader dans les sondages, et lance sans rire le nom d’un autre candidat qui serait le favori, selon lui. Durpaire est un vrai cauchemar comme commentateur.

Trump au plus haut dans les sondages, mais « c’est un autre qui est favori ». Que l’on m’explique la logique de l’homme ! Sans commentaire. Je suppose que les autres commentateurs français, malades du politiquement correct vont y aller de leurs moqueries médiocres, contre un homme d’affaire, milliardaire, qui n’a nul besoin d’aller en politique pour gagner de l’argent. Contrairement à la plupart des politiques américains, quand c’est la totalité des politiques français.

Trump était contre la guerre en Irak, dont il avait prévu la déstabilisation au Moyen Orient. Les faits lui donnent raison.

Il s’oppose à l’immigration de masse, là encore il est frappé du bon sens.

Sans aucun doute, Donald Trump est doté d’un charisme époustouflant. A ses côtés, les autres candidats font pâle figure. Tous des « good guys », lesquels, comme le dit si bien Trump, ne font que débattre, mais ne sont jamais dans l’action. Là aussi, il faut lui donner raison.

En fait, Donald Trump est un patriote qui n’a finalement aucun parti, que celui du bon sens. Ce bon sens qu’il a dû acquérir durant toute sa carrière, étant de l’autre côté de la barrière en tant qu’homme d’affaire, qui dû composé avec tous les politiques, de gauche comme de droite.

Il connait la musique.

A la question qui s’occupera de son empire s’il est élu, il répond que ses enfants sont formés et qu’il a des cadres hautement compétents qui pourront prendre les manettes. « Je serais le meilleur président que Dieu n’aura jamais créé » lance-t-il sans douter une seconde de lui-même.

C’est bien ce qui me le rend sympathique. J’aime les gens audacieux, Trump est de ceux-là !

Je ne veux pas être naïve. En politique c’est l’erreur fatale à ne pas commettre. Mais il est permi, à mon niveau, de rêver un peu dans un monde de brutes.

Trump me fera aimer à nouveau l’Amérique, dont il est l’incarnation du rêve.

L’homme est sincèrement concerné par l’avenir de son pays tombé en décrépitude par les turpitudes, les scandales, les mensonges de l’administration démocrate.

J’évoquerai seulement deux dossiers : Obama n’aurait jamais dû être président car né hors sol américain. Il est prouvé qu’il a menti en fournissant ses papiers. Mes amis américains me disaient les raisons pour lesquelles il a pu se garder au pouvoir malgré cela. Parce qu’il est noir.

Et, c’est un ami afro-américain qui me le dit. On ne le suspectera pas de racisme. C’est franchement désopilant, lorsqu’on doit gérer la première puissance mondiale.

Le second dossier tout aussi grave, est celui de Benghazi, qui aurait dû forcer Obama à démissionner. Rien de tel. Il est là jusqu’au bout.

Trump me plait d’autant plus qu’il déclare être certain de bien s’entendre avec le Président Poutine. C’est ce que j’appelle du bon sens. Certes, il promet de mauvais jour à Snowden, hébergé par Poutine, pour la seule raison qu’il hait Obama. Mais, Trump au pouvoir, une bonne relation rétablie avec la Russie, Snowden a en effet du souci à se faire. Du point de vue d’un patriote comme Trump, considérer Snowden comme un traitre est compréhensible.

[box type= »info » icon= »none »]

Promotion été 2015 :
Abonnez-vous pour 3 € par mois au lieu de 7 €
et participez aux commentaires




[/box]

Encore une fois, Trump n’est d’aucun parti, sauf celui du bon sens. Et, si par je ne sais quelle malchance ou magouille, il n’est pas élu candidat des Républicains, il ira seul. Il en a les moyens financiers. Tout le monde le sait. C’est un fait acquis.

C’est ce qui fait frémir les Christie, Bush, Carson, Cruz, Huckabee et consorts.

En fait, Trump est le cauchemar de tous les politiciens, des siens et surtout de Hilary Clinton, si elle devait être investie par les démocrates.

[quote style= »boxed » float= »left »]Je me mets à rêver qu’un tel personnage apparaisse sur la scène de ce pays meurtri et gravement malade qu’est la France[/quote]

Le Tsunami Trump risque de tout balayer sur son passage. Et moi, je me mets à rêver qu’un tel personnage apparaisse sur la scène de ce pays meurtri et gravement malade qu’est la France. Un homme qui n’a pas besoin d’aller en politique pour gagner de l’argent. Un homme qui sera au service du pays et du peuple. C’est comme chercher une aiguille dans une meule de foin.

En tout cas, ce premier débat des primaires républicaines fut comme un bain de jouvence et de pureté, grâce à Donald Trump. N’en déplaise à tous les commentateurs franchouillards malades du politiquement correct !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hildegard von Hessen am Rhein pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex