Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 septembre 2015

Voici un manuel en 25 volumes pour comprendre les femmes.

Ceci est le premier tome :

12004943_163625837308142_7223974743929021004_n

 

Ma femme a beaucoup ri, j’ai éclaté de rire.

Cela me rappelle une jolie petite histoire.

[box type= »info » icon= »none »]

Promotion été 2015 :
Abonnez-vous pour 3 € par mois au lieu de 7 €
et participez aux commentaires




[/box]

Un homme fait du roller skate le long de la plage de Santa Monica (pour ceux qui ne connaissent pas, nous avons le long de la plage un très long serpent cimenté réservé aux vélos, aux skate boards et aux roller skates, qui part du bout de Venice et s’étire jusqu’au Santa Monica Pier).

Soudain, il se cogne sur une pierre et tombe. Se relevant, il la prend pour l’enlever du chemin.

Et là, un génie apparait qui lui dit :

« ah merci de m’avoir libéré, j’étais emprisonné sous ce caillou. Bon, je suppose que tu connais la légende : tu peux me demander un vœu et il sera exaussé ».

L’homme écarquille les yeux, et reprenant ses esprits lui dit : « écoute, j’adore faire du skate sur la plage, mais mon rêve serait que la piste continue au dessus de la mer et permette d’aller jusqu’à Hawaii. »

Le génie lui dit :

« là je crois que tu exagères. Tu me demandes trop. Tu te rends compte ce que ça représente ? Apporter des milliards de tonnes de béton, les couler avec de l’acier pour ne pas que ça s’abîme ou que ça rouille, planter des piliers de plusieurs centaines de mètres de profondeur pour atteindre le fond, faire des barrières pour éviter que les gens soient emportés par les vagues, prévoir des ponts levis pour laisser passer les bateaux …. »

« OK OK ! J’ai compris répond l’homme, tu as raison, ce n’est pas raisonnable je vais changer de vœu. Voilà. Explique-moi pourquoi les femmes, quand elles pensent oui elles disent non. Pourquoi elles sont d’un seul coup de mauvaise humeur. Pourquoi elles se vexent pour un mot de travers. Pourquoi il faut toujours s’expliquer, décortiquer, justifier le moindre de nos gestes, pourquoi…. »

Le génie l’interrompt et lui dit : « arrête-toi. Ta piste au dessus de la mer, tu la veux à deux voies ou quatre voies ? »

Shana Tova dans la joie !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex