Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 octobre 2015

jewoon3-1

Une « class action », (action de groupe ou action collective), a été déposée à Brooklyn par un groupe de 20 000 Israéliens qui poursuivent en justice Facebook pour qu’il supprime tous les posts « qui contiennent des incitations à assassiner les juifs ».

N’est-ce pas un comble ! Mark Zuckerberg est juif, sa sœur Randi est membre de plusieurs organisations pro-israéliennes, et elle fait des dons à Israël, et ce sont les incitations à tuer des juifs que Facebook refuse de retirer, alors que les propos jugés hostiles à l’islam où aux musulmans font l’objet d’une censure rigoureuse, comme le montre le retrait par Facebook hier de l’article de Dreuz, pour ne pas que le public apprenne qu’une musulmane voulait envoyer les juifs dans les fours :

suppression article FB1

La Class action accuse Facebook d’ignorer les posts des palestiniens qui appellent à la violence contre les juifs, et dans la plainte déposée lundi auprès de la Cour Suprême de l’Etat de New York à Brooklyn, 20 000 Israéliens affirment que des publications sur Facebook ont inspiré de nombreuses attaques terroristes récemment. « L’algorithme de Facebook connecte entre eux des gens qui incitent les terroristes, et les encouragent à perpétrer des attaques au couteau et d’autres violences contre des Israéliens.”

Selon la plainte, de nombreux assaillants “ont été motivés à commettre des crimes haineux suite à des incitations à tuer lues sur Facebook — où des démagogues et des responsables [musulmans] ont explicitement exhorté leurs fans à ‘massacrer les juifs,’ et donné des instructions précises sur la façon d’opérer, proposant même des dessins d’anatomie montrant les meilleurs endroits pour poignarder un être humain.”

La plainte précise que Facebook a “une obligation légale et morale” de bloquer la plupart de ces contenus, « mais il a choisi de ne pas le faire ».

Les plaignants demande que le réseau social “supprimer immédiatement toutes les pages, groupes, posts d’incitation à tuer des juifs ; qu’il surveille son site pour faire en sorte que toute incitation soit immédiatement supprimée avant qu’elle soit disséminé aux masses de terroristes et candidats au terrorisme ; et de cesser de servir d’intermédiare entre les terroristes, les organisations terroristes, et ceux qui incitent les autres à commettre des actes terroristes.”

La plainte ne demande aucune réparation financière contre Facebook.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le chef de file de la class action, Richard Lakin, 76 ans, est décédé de ses blessures mardi, après avoir qu’un palestinien l’a poignardé et lui a tiré dessus alors qu’il était dans un bus à Jérusalem le 13 octobre. Deux autres israéliens avaient été tués, et plus de 20 autres ont été blessés lors de l’attaque – pendant que sur Facebook les islamistes expliquaient comment faire.

L’un des avocats, Darshan-Leitner a déclaré dans un communiqué : “Facebook dispose d’un pouvoir gigantesque, et cette société cotée en bourse doit utiliser sa puissance d’une façon que les extrémistes palestiniens qui appellent à poignarder des Israéliens et glorifient le terrorisme, ne soient pas autorisés à le faire sur sa plate forme.

La plainte collective n’est pas un fantasme de l’extrême droite sioniste, comme l’aiment les nommer leurs opposants pour leur retirer toute légitimité, y compris celle de se défendre des coups de couteau. Samedi dernier, Associated Press a rapporté que Facebook et Twitter sont “la première source d’information des jeunes palestiniens.” Environ 3.7 millions de palestiniens suivent la page Quds News Network, affiliée au mouvement terroriste Jihad islamic, et 4.2 millions suivent la page Shehab News Network, affiliée au mouvement terroriste Hamas, selon Associated Press.

La semaine dernière, les pages Facebook de Quds News Network, Shehab News Agency et Urgent from Gaza étaient remplies d’images gore de palestiniens tués (en réalité souvent des images de syriens, et de dessins et caricatures encourageant à commettre des attentats, souvent avec le titre « poignarde ! » ou “Attention ! al-Aqsa est en danger !” une rumeur lancée par Mahmoud Abbas pour déclencher la vague de violence de ces dernières semaines.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous