FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 20 octobre 2015

1

Qui, en France, en dehors de la communauté juive, sait encore ce qu’est l’affaire al Dura? Quasiment personne. Et c’est regrettable.

On tient là, en effet, l’une des plus grandes impostures médiatiques de ces dernières décennies, l’un des éléments qui ont contribué à accroître la haine islamique dans le monde, un dossier qui montre à quel point l’information en France relève, très souvent, de la propagande la plus vile, et une preuve de l’omerta fonctionnant dans notre pays.

On tient là aussi un ensemble de faits qui mettent en pleine lumière comment la désinformation permet de diaboliser un pays entier.

Et comment cette désinformation a servi, par la même occasion, la cause du djihad, tueur de Juifs jusque sur le sol français, tueur aussi de soldats, à Montauban (où un homme, qui savait ce qu’était l’affaire al Dura, a assassiné des militaires français), tueur de dessinateurs et de policiers, en janvier dernier (car les frères Kouachi et Amedy Coulibaly savaient, eux aussi, sans aucun doute ce qu’était l’affaire al Dura) : tous les djihadistes un tant soit peu abreuvés d’images abjectes censées leur donner la poussée d’adrénaline requise pour faire couler le sang savent.

Au cœur de l’affaire, un « journaliste » qui vient de prendre sa retraite, correspondant d’une grande chaîne de télévision française au Proche-Orient, le caméraman attitré de ce « journaliste », un homme qui a ses entrées dans les mi­lieux les plus frelatés de la région.

Le caméraman tourne des images, une scène de ce qu’on appelle au Proche-Orient, Pallywood, le Hollywood du pauvre mis en place par l’Autorité Palestinienne.

L’image transmise au journaliste montre la « mort en direct » d’un petit garçon, « criblé de balles ».

Le « journaliste » fait diffuser aussitôt les images par la chaîne pour laquelle il travaille. Elles n’ont cessé, depuis, de faire le tour de la terre.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Quelques enquêteurs discernent que les images dégagent un émétique fumet, et procèdent à des investigations, probantes.

Le « journaliste » pourrait reculer. Non, il s’obstine. La chaîne de télévision pour laquelle il travaille fait bloc derrière lui.

Un journaliste israélien à l’origine des investigations, Stéphane Juffa, écrit, allume un projecteur qui apporte la lumière. Celle-ci s’arrête aux portes de la France.

Une journaliste allemande, Esther Shapira, réalise un film qui sera diffusé partout, mais pas en France.

Un Français courageux, Philippe Karsenty, dit que la lumière est nécessaire, et apporte des preuves supplémentaires. Il est écouté et entendu partout, mais pas en France.

Il y est, même, attaqué en justice. Par le « journaliste », et par la chaîne de télévision pour laquelle il travaille.

La justice française, qui, comme nul ne l’ignore, est très indépendante et au-dessus de tout soupçon, se bande les yeux, et donne raison au « journaliste » et à la chaîne de télévision.

Soulevant un peu le bandeau qui couvre ses yeux, elle finit par donner raison au Français courageux.

Aussitôt, tout ce que la France compte de « journalistes » adeptes du conformisme le plus conformiste, de pigistes, de lampistes, d’« intellectuels » en papier mâché, de demi-soldes de la politique, signe une pétition en soutien au « journaliste », soulignant son sens de « l’honneur », son « intégrité », et son aptitude remarquable à voir un corps criblé de balles sans qu’une goutte de sang ne sorte du corps.

Un livre (rédigé par Esther Shapira et Georg Haffner) vient de sortir qui donne tous les détails.

Il est aussi passionnant qu’un roman policier, bien que ce ne soit pas un roman policier, mais le récit d’une affaire criminelle bien réelle. Et, bien que le jour où un corps a été criblé de balles, pas une goutte de sang n’a été versée, cette affaire n’en finit pas faire couler le sang.

Le « journaliste » a pris sa retraite. Il aura du temps pour lire le livre, auquel je souhaite le succès qu’il mérite !

Je ne doute pas que le « journaliste » ne se sent aucune responsabilité dans les morts, nombreuses, qu’il a causées : chez ces gens là, on n’a pas un milligramme d’éthique, et moins encore de scrupules.

© Guy Millière. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Adapté d’un article publié sur les4verites.com

Le livre « L’enfant, la mort et la vérité » est disponible exclusivement sur internet, sur le site de l’éditeur La Maison d’Edition.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz