Publié par Philippe Chansay Wilmotte le 22 octobre 2015

unnamed

par Philippe Chansay Wilmotte,

Avocat au Barreau de Bruxelles,

Président de Valeurs Libérales Citoyennes

Anne-Marie LIZIN a passé sa carrière à ruer dans les brancards ; notamment en Algérie pour y défendre des mères européennes victimes de rapts d’enfants.

Les fonctions qu’elle a exercées sont le reflet de sa stature : entre autres, la présidence du Sénat de Belgique et le mayorat de Huy avec constance durant vingt-six ans.

À Paris, elle enseignait à Sciences-Po. S’y ajoutaient divers postes et actions en Belgique, en France et à l’international. Le 17 octobre 2015, Anne-Marie LIZIN a posé un dernier regard sur Huy, puis s’en est allée.

Telle a été sa vie jusqu’au basculement provoquê par le concours, voire l’initiative, d’intrigants qui se morfondaient de n’être que son ombre. Ils ont conjugué indignité et trahison, en vain. Elle leur a rendu coup pour coup, et mieux encore, car elle a lancé une action citoyenne exemplaire.

UN SUCCÈS CITOYEN

Peu après avoir créé un parti local (POURHUY) en vue du scrutin communal, elle a remporté un indéniable succès électoral. Au nombre de suffrages, POURHUY est immédiatement devenu le deuxième parti de la ville. Près d’un Hutois sur cinq a voté pour eux. Deux des partis traditionnels ont été dépassés en nombre de sièges.  Une raclée magistrale !  Quant au PS, son parti originaire devenu son pire ennemi, il s’est retrouvé réduit à la portion congrue ; contraint à se coaliser avec les deux autres pour constituer une majorité sans elle. Ainsi, les trois frères siamois se sont retrouvés ensemble, copains comme cochons, s’entendant entre perdants au mépris du citoyen.

Pour l’électeur, c’était clair : d’un côté, les partis traditionnels acculés à la défensive ; en face, une opposition citoyenne. Anne-Marie LIZIN ne leur a rien cédé. Elle est restée combative avec une équipe exempte de professionnels de la politique, distinction fondamentale.

Or, il se trouve que le microcosme politique en place tolère mal de perdre progressivement tout crédit auprès de l’opinion publique. Ce petit monde s’écroule dans toute l’Europe. D’ailleurs, ce n’est plus qu’une question de temps. Le déclin des partis traditionnels est inéluctable, car ils sont sclérosés ; fin de régime. Dans ce contexte, ils ont été d’autant plus précarisés par ce résultat. Anne-Marie LIZIN a prouvé à tous qu’il était possible de les contrer rapidement. Alors, le microcosme s’est acharné ; prétendant pis que pendre à son encontre.en montant en épingle des faits sans commune mesure avec les compromissions ayant cours en son sein. Sempiternelle complicité de la Presse mainstream et de ce microcosme qui l’alimente en subsides substantiels.

DES COMBATS QUI RASSEMBLENT

À l’instar de François MITTERRAND s’indignant du lynchage médiatique de BÉRÉGOVOY, affirmons que toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’une femme et finalement sa vie. Son décès est un choc. Pour les Hutois, elle était tout simplement Anne-Marie. L’émotion populaire est le clair désaveu collectif de l’abjection de ceux qui se sont acharnés de la sorte.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Anne-Marie LIZIN avait une autre envergure, contrebalançant largement leurs griefs à son égard. Certes, toute politique menée peut donner lieu à critique. Mais, au-delà des clivages partisans, il y a des combats qui rassemblent ceux qui partagent les valeurs fondamentales de notre société démocratique. Elle était vraiment féministe ; n’ayant pas été de celles qui se laissaient intimider par le politiquement correct. Elle s’est opposée notamment à l’excision, aux mariages forcés et aux crimes dits d’honneur de même qu’au blasphème de religion lors de Durban 2. Elle était également très active pour la ville qui l’avait élue. Son exemple incite à poursuivre son combat en cela comme en d’autres domaines. Et cela implique de l’ambition en faveur des citoyens ! “C’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source.” ; disait Jean JAURÈS.  Requiescat In Pace,  Anne-Marie !

_________

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Philippe Chansay Wilmotte pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz