Publié par Hildegard von Hessen am Rhein le 22 octobre 2015
Lutz Bachmann et Akif Perinçci à Dresden lundi
Lutz Bachmann et Akif Perinçci à Dresden lundi

Les tweets font rage, les pages Facebook débordent de haine, les tribunaux sont réquisitionnés pour abattre « la bête immonde », le germano-turc, Akim Periçci.

Et, oh infamie ! Lutz Bachmann en personne, leader charismatique de PEGIDA, s’excuse publiquement, comme annoncé dans l’hebdomadaire de référence DIE ZEIT, dont les commentaires des lecteurs sont divers et variés, mais souvent dans le sens du « camp du Bien ».

Bachmann déclare sur sa page Facebook, selon DIE ZEIT, que le discours de Periçci est « une faute lourde de conséquence » et il s’excuse pour les propos tenus, tandis que l’éditeur retire de la vente les ouvrages de l’écrivain.

Ce Lutz Bachmann au passé controversé, trop heureux de recevoir des invités comme Pirinçci comme caution intellectuelle, reste finalement ce qu’il a toujours été, un homme qui veut transformer son blason d’ancien casseur en « conscience de la résistance ». La vanité fait tomber les masques. C’est la même chose ici, ou, dans les milieux dissidents, les égos sont surdimensionnés au point qu’une union n’est pas envisageable. Le contraire se saurait.

Voici le texte intégral de Pirinçci et la vidéo de sa déclaration, dont je vous livre la traduction intégrale.

« En date du 14.10.2015, se tient dans une commune du nord du Land de Hesse, Lohfelden, env. 16.000 habitants, une soirée d’information, concernant l’installation, dans un premier temps, de 400 envahisseurs, à laquelle participait le Dr. Walter Lübcke, CDU, Président du gouvernement de la ville de Kassel.

Une personne l’interrompit pour exprimer sa mauvaise humeur sur l’établissement d’un camp avec ces mots : « Mais nous ne voulons pas ça ! »

Ce à quoi répondit froidement Lübcke :

« Celui qui ne défend pas ces valeurs, peut quitter ce pays à tous instants. »

Par valeurs, il est entendu que n’importe qui mettant les pieds illégalement sur le sol allemand aura le droit de contraindre à se faire nourrir toute sa vie, lui et son clan, partis d’un niveau de merde de culture de patates à un niveau de luxe.

Il est donc exclu que cet homme ait exprimé sa mauvaise humeur dans une telle phrase, pour désigner quelqu’un qui a besoin de protection. Il est évident que dans les cercles du pouvoir, l’on a totalement perdu la peur et le respect de son propre peuple, au point même, sans sourciller, de lui recommander de quitter le pays s’il n’est pas content.

(Le public : RÉSISTANCE, RÉSISTANCE, RÉSISTANCE ! )

Il y aurait évidemment d’autres alternatives. Mais les camps de concentration sont en ce moment hors service. »

Cette mise en pièce fédérale d’un seul homme, même en France on ne l’a pas osée avec Richard Millet, qui a toujours deux courageux éditeur en Pierre-Henri de Roux et Léo Scheer.

La mort économique de Periçci est organisée spontanément, sans discernement, par une « puissance » médiatique toute germanique.

Les divisions de l’armée du « camp du bien » sont mobilisées pour écraser violemment un seul homme et sa liberté d’expression.

Même le Dr. Udo Ulfkotte, à qui Causeur avait consacré un article, s’est désolidarisé de Periçci et fendu d’un communiqué de presse honteux dans ce sens, hier, à partir de Wetzlar, petite ville du Land de Hesse.

Ulfkotte hurle avec les loups !

C’est le plus choquant, lorsqu’on connaît son passé de corrompu – ce qu’il confesse dans un livre – lorsqu’il était à la tête du quotidien « de référence » Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Voici une de ses interventions de grand donneur de leçons, à Cologne, (sous-titres en anglais)

Communiqué du Dr. Udo Ulfkotte sur le site dissident le plus visité en Allemagne, Politically Incorrect, qui critique vertement le communiqué Ulfkotte, dont voici la traduction :

« C’est avec stupéfaction et colère intérieure que j’ai pris connaissance des déclarations de l’auteur, Akif Pirinçci, le 19 octobre 2015, durant un rassemblement à Dresden. Ces déclarations sont contraires à mes valeurs et principes, auxquels appartient la protection fondamentale de l’ordre démocratique.

Etant donné que les déclarations de Akif Pirinçci ne correspondent en aucune manière à ma vision du monde, qu’il a décrédibilisé la critique du droit d’asile, il n’y aura plus de collaboration.

En tant qu’auteur de la maison d’édition Kopp, j’ai appris de Jochen Kopp, épouvanté également, qu’aucun ouvrage de Akif Pirinçci ne sera édité. » Wetzlar, le 20 octobre 2015.

Le quotidien DIE WELT est beaucoup plus nuancé. Critique certes, mais plus nuancé, car il imprime la totalité du propos de Akif Periçci, comme je l’ai fait hier sur Dreuz, estimant que cela serait du ressort d’une maladresse, mais que, l’emploi du terme « camp de concentration » dans le contexte de cette crise migratoire était mal venu et pouvait porter à confusion.

DIE WELT, équitable, rapporte les propos de l’islamo-collabo, le président de l’administration centrale de la ville de Kassel : « que si les Allemands ne sont pas contents avec la politique d’immigration, ils n’ont qu’à quitter l’Allemagne. » (Voir Dreuz d’hier)

Pour ma part, je ne peux être qu’épouvantée de cette mise en pièce d’un auteur à un autre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hildegard von Hessen am Rhein pour Dreuz.info.

Ulfkotte est la « Annie Ernaud allemande », laquelle, hystérique, lançait en 2012 que Richard Millet avait tenu les armes de Breivik !

Tout cela est très inquiétant et démontre que la liberté d’expression est morte, ou alors qu’elle est un cadavre qui bouge encore un peu.

En Allemagne, comme en France et partout en Europe, l’armée remplaciste impitoyable est à l’œuvre pour museler ceux qui ne pensent pas conforme, qui risqueraient de contaminer les peuples, lesquels pourraient devenir indociles.

Pour l’instant, c’est une guerre médiatique sans merci, partout, qui mènera forcément à une vraie guerre, avec des vrais morts.

Encore une fois, la question est, quand ?

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex