Publié par Magali Marc le 22 octobre 2015

justin-trudeau

Comme il parle en anglais et en novlangue droit-de-l’hommiste, j’ai décidé de traduire, pour les lecteurs de Dreuz, quelques fleurons de cette importante intervention couverte par les médias du monde entier, ainsi que les bribes d’un autre discours distillées le même jour devant des partisans enthousiastes.

Justin Trudeau:

« About an hour ago, I spoke to president Obama and we talked about Canada’s continued engagement as a strong member of the coalition against ISIL and I committed that we would continue to engage in a responsible way. … [Obama] understands that Canada has a role to play in the fight against ISIL but he understands the commitments I made around ending the combat mission. We want to ensure that the transition is done in an orderly fashion.»

Traduction :

« Je viens de parler au grand Muzz – heu à Obama! Ouah! Attendez que je me pince!

Je l’ai remercié pour ses conseillers de campagne qui m’ont bien expliqué comment on doit s’adresser au peuple, embrasser des bébés et susciter de l’espoir en promettant du vague changement, des dépenses et rien de concret.

Obama est d’accord que le Canada n’a rien à foutre dans la lutte contre l’État Islamique que lui ne combat pas vraiment de toute façon.

J’ai promis aux Canadiens de cesser les bombardements des avions de combat CF-18 car les attentats l’an dernier m’ont flanqué une sainte frousse. De toute façon, je ne vois pas ce que le Canada allait faire dans cette galère.

Par contre, on va continuer d’entraîner les Kurdes, si l’on peut dire, car ils savent mieux se battre que nous. Disons qu’on va les aider à garder le moral et on va envoyer de la bouffe aux réfugiés dans le coin. Enfin ceux qui sont encore vivants ! »

Justin Trudeau :

« I indicated to Mr Obama that I felt that it was important that Canada demonstrates a level of positive engagement on the environment file on the international stage. I look forward to demonstrating that we have a canadian government now that understands that the way to build a strong economy is to protect and defend our environment at the same time. That was the general tone of the conversation we had.»

Traduction :

« Je lui ai expliqué que les Libéraux sont comme lui à l’écoute des lobbys scientifiques, gauchistes et écolos que Harper ignorait superbement.

Ceux-là tiennent mordicus à ce que le Canada reprenne son rôle de leader dans la lutte aux gaz à effet de serre.

Si ça peut leur faire plaisir. Ça me donnera l’occasion d’emmener ma femme à Paris, elle meurt d’envie d’aller faire du shopping chez les grands couturiers. »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Justin Trudeau:

«One of the things that has been a challenge in our relationship, has been focused on a single point of disagreement – a single pipeline. Canada could have taken a different tack towards issues of energy and the environment in the past ten years. »

Traduction:

« Harper a passé dix ans à faire chier les Américains en défendant les intérêts du Canada (pipeline transcontinental pour l’exportation du pétrole albertain) mais avec les Libéraux tout cela va finir par des chansons car on s’en tape du pétrole polluant des Albertains qui n’ont même pas voté pour moi!

Donc y’a pas le feu.

Si Obama ou Hillary subissent les pressions des écolos américains et ne peuvent pas accepter le Keystone pipeline, on va être patient. On va attendre que les Républicains prennent le pouvoir. »

Justin Trudeau:

« J’ai eu des entretiens avec le premier ministre de la Grande-Bretagne, David Cameron, le président français, François Hollande, ainsi que le premier ministre de l’Italie, Matteo Renzi et le président du Mexique, Enrique Peña Nieto. »

Traduction:

« J’ai du me farcir les félicitations d’un tas de tarés que je ne connais même pas pour les convaincre de ma gentillesse et de ma bonne volonté. Ce sont les aléas du métier. »

(Pour faire bonne mesure, je rajoute les remarques du nouveau premier ministre lors d’un rassemblement de partisans pendant lequel M. Trudeau a voulu expliquer que le Canada est de retour sur la scène internationale.)

Justin Trudeau :

«I want to say this to this country’s friends all around the world: Many of you have worried that Canada has lost its compassionate and constructive voice in the world over the past 10 years. Well, I have a simple message for you on behalf of 35 million Canadians. We’re back.»

Traduction:

« Les Libéraux sont de retour! Et nous sommes là pour longtemps !

Contrairement au va-t-en-guerre Harper, je tiens à préciser que nous allons rester peinards au Canada car il n’est plus question d’envoyer nos troupes dans des pays que mon fils aîné serait incapable de situer sur une carte. De toute façon, j’ai raté mon examen de géographie à l’école. Vous savez où c’est vous Mossoul? Kiev? Ramallah ?

Nous allons à l’occasion faire preuve de compassion – quand ce sera sans danger – comme au Rwanda quand les Libéraux de Jean Chrétien étaient au pouvoir et que nos casques bleus étaient présents pour observer le génocide rwandais.

En cas de génocide, nos casques bleus se pointeront le sourire aux lèvres et la fleur au chapeau et me feront un rapport cir-cons-tan-cié.

Nous sommes pour LA PAIX. Qu’on se le dise et qu’on nous foute la paix ! »

Justin Trudeau:

«Our hard work is just beginning. Our goal all along was not just to give Canadians a different government but a better one. One that insvests in commnunities and gives folks a fair shot at better jobs and makes it easier for them to make ends meet….»

Traduction:

« Je vais essayer de me reposer et de faire faire tout le boulot aux fonctionnaires fédéraux. Après tout, ils seront plus nombreux et mieux payés. Ce n’est que l’argent des contribuables que diable! Il faudra bien trouver des moyens de le dépenser! »

Justin Trudeau:

« We want to give them a government that creates policy by looking at the evidence and listening to scientists … »

Traduction:

« Les lobbys scientifiques, gauchistes et écolos vont enfin pouvoir déblatérer sur le gouvernement Harper qui les a muselés. Non mais sans blague! Tous ces gens là ont voté pour nous, ça mérite récompense. Après, qu’ils se la ferment. »

Justin Trudeau:

« … A government that listens to, works with, and respects the public service.»

Traduction:

« La fonction publique a toujours travaillé avec les Libéraux, c’est même là que nous recrutons la plupart de nos membres. Pas de souci, on sait ce qu’elle veut. »

Justin Trudeau:

«Obama said to me « enjoy the moment because it’s all downhill from here ».»

Traduction:

« Obama m’a dit de bien profiter de la Trudeaumania. Quand les Canadiens vont déchanter, je vais me faire jeter comme une vieille chaussette. C’est un pessimiste! J’ai des réserves de poudre de perlimpinpin pour leur faire miroiter un avenir meilleur pendant au moins une dizaine d’année. La légalisation de la marijuana me sera utile. Les Canadiens se réveilleront avec la gueule de bois, mais ce sera trop tard! »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous