Publié par Hervé Roubaix le 25 décembre 2015

Francois-Hollande-en-train-de-courir-pour-eviter-la-pluie-le-31-janvier-2014-a-Brize-Norton_exact1024x768_l

Mise à jour 25 décembre :

La ministre de la Justice Christiane Taubira a fanfaronné mardi que la déchéance de nationalité était supprimée de la réforme constitutionnelle.

Mais coup de théâtre, retournement qui montre l’autorité d’un président constamment balloté, l’extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et reconnus coupables de terrorisme est bien dans le projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation, et il a bien été présenté en conseil des ministres mercredi 23 décembre.

« C’est une sanction lourde que la nation a légitimement le droit d’infliger à des gens qui commettent des actes terroristes, qui ont trahi et renié la nation. Celle-ci a le droit de se défendre », a expliqué une source au bureau du Premier ministre, et nous ne pouvons qu’approuver ces propos normaux et pleins de bons sens – ça change du délire socialiste habituel.

o=o=o=o=o

En réponse aux attentats du 13 novembre, François Hollande roi du scooter avait tapé son petit poing sur la table et décidé la déchéance de la nationalité pour les binationaux nés Français reconnus coupables d’actes terroristes.

Et le champion du monde de la rue du Cirque François Hollande a renoncé car son projet divise la gauche, sans garantir le vote de la droite.

Refilé comme une patate chaude

La mesure avait été annoncée en grande pompe le 16 novembre devant le Parlement réuni en Congrès. Mais tout le monde se l’est refilée comme une patate chaude, sans oser dire qui en a eu la paternité.

• La semaine dernière, l’Élysée laissait entendre que l’idée avait été soumise au président par le premier ministre Manuel Valls et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

• Cette semaine, la présidence change de ton et affirme que la décision a été prise «de concert». «Hollande, Valls et Cazeneuve ont passé tout le week-end ensemble, ils ont décidé ensemble, ils en sont responsables ensemble», dit un conseiller.

• Couac du gouvernement en réponse : «Valls n’a jamais été convaincu», affirme un membre du gouvernement.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

• Mardi, lors d’un point presse, Manuel Valls refilait la patate à Hollande : «La déchéance de nationalité n’est pas une arme contre le terrorisme. On l’a prise parce que c’était une proposition de la droite. C’est un débat compliqué sur qu’est-ce qu’être Français?… Je ne suis pas gêné par cette proposition même si j’en vois les limites. C’est le président de la République qui a mis cela dans son discours.»

• Bernard Cazeneuve renvoyait aussi la patate brulante à Hollande : «Cazeneuve n’était pas demandeur, assure un élu proche du ministre de l’Intérieur. Il pense que cela ne sert pas à grand-chose et que c’est très lourd sur le plan symbolique,» ajoutant, «Il faudrait faire la démonstration d’utilité d’une extension de la déchéance».

Donc grosjean, François Hollande se retrouve avec la patate entre les mains.

Courageux mais pas téméraire, il va la laisser tomber et après avoir bombé le torse. Il se déballonne et enterre la déchéance de natalité : les terroristes resteront à la charge et sous la responsabilité de la France, qui se fera fort de les remettre en liberté très très vite c’est promis.

(Une chose est sûre: la décision ne venait pas de chez Christiane Taubira, la ministre d’extrême gauche y était très hostile, elle chouchoute ses djihadistes comme la prunelle de ses yeux)

© Hervé Roubaix pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous