Publié par Jean-Patrick Grumberg le 18 décembre 2015

Screen Shot 2015-12-18 at 09.05.05

Vladimir Poutine : « Donald trump est une personne brillante et talentueuse, ça ne fait aucun doute, mais ce n’est pas notre rôle de parler de ses qualités, c’est aux électeurs américains de le faire. Il est le leader absolu du débat présidentiel ».

Poutine a fait cette rare déclaration en faveur du candidat américain, alors qu’il ne fait généralement aucun commentaire sur les élections étrangères, hier jeudi lors d’une conférence annuelle avec la presse.

Ses sentiments sont partagés, car il y a trois mois, Donald Trump déclarait qu’il « s’entendra très bien avec Poutine ».

En réaction au compliment de Poutine, le directeur de campagne de Trump, Hope Hicks, a transmis ce communiqué du milliardaire américain largement favori la campagne électorale :

« C’est toujours un grand honneur d’être si gentiment complimenté par un homme si hautement respecté dans son pays et au delà. J’ai toujours pensé que la Russie et les Etats Unis devraient être en mesure de mieux collaborer l’un avec l’autre pour décimer le terrorisme et restaurer la paix dans le monde, sans parler des échanges économiques et tous les autres avantages qui résultent d’un respect mutuel. »

En septembre dernier, Trump expliquait : « La Russie veut se débarrasser de l’Etat islamique. Nous voulons nous débarrasser de l’Etat islamique, Peut-être qu’on doit laisser faire la Russie. En quoi ça nous dérange ? »

A propos des réfugiés syriens, la position de Donald Trump est qu’il est irresponsable de laisser entrer le moindre réfugié, car personne n’est en mesure de savoir qui ils sont vraiment, et il est très étrange que ces réfugiés soient majoritairement des hommes jeunes en âge de combattre. Trump pense qu’il est possible que ce soit le plus grand cheval de Troie de l’histoire et qu’une majorité soit des terroristes.

Trump : « Nous prenons un risque immense, si ces réfugiés sont de l’Etat islamique ou affiliés à un autre groupe, nous ne devons pas laisser cela se produire »

Trump affirme qu’il faut créer des camps de réfugiés sûrs en Syrie même, parce qu’une fois le conflit réglé, ces personnes auront certainement le souhait de retourner chez eux, et pas de s’installer en Occident, et qu’en tous cas c’est là qu’ils doivent aller.

Et il ajoute que ces camps de réfugiés organisés et sécurisés par la communauté internationale devront être financés par les Etats du Golfe, car ils sont richissimes.

Il me semble important de rappeler que le parti républicain, qui pour moi s’apparente à un navire à la dérive qui n’a pas été capable de résister à Obama malgré une majorité dans les deux chambres depuis 2012, a diabolisé le président russe, le traitant de gangster et de voyou, et a poussé à isoler la Russie de la scène mondiale, tandis que Trump a répété avec insistance qu’il est capable d’améliorer les rapports entre Washington et Moscou en travaillant avec Poutine. Il vient de prouver, alors qu’il n’a pas gagné la primaire républicaine, qu’il ne se vantait pas de façon hasardeuse, qu’il sait ce qu’il dit, et fait ce qu’il promet.

Pour soutenir Dreuz financièrement, cliquez sur Paypal.Dreuz et choisissez le montant de votre don.

Trump a précisé, en octobre dernier, que lui et Poutine « sont très différents », mais qu’il est capable, lui Trump, d’aller au delà des relations frigides entre les deux pays, largement en raison du fait que Poutine déteste Obama, dont il n’aime pas la personnalité faible.

Trump : « Je pense que je m’entendrais très bien avec lui [Poutine]. Il n’aime pas du tout Obama. Il n’a pas le moindre respect pour lui. Et je suis sûr que Obama ne l’aime pas beaucoup non plus, mais je pense que je m’entendrais bien avec lui, et je ne pense pas que nous aurons [avec la Russie] le genre de problèmes que nous avons aujourd’hui. »

En réponse, Poutine avait déclaré : « Que pouvons-nous faire d’autre que d’en être ravis ? Certainement, nous en sommes ravis ».

Ma conclusion :

Plusieurs commentateurs, y compris Charles Krauthammer, prédisent que si Donald Trump est nominé, le Parti républicain explosera. Je me réjouis d’avance, car ce Parti est à reconstruire de fond en comble. Il est gangréné par la corruption et la rigidité de ses dirigeants et principaux donateurs, plus intéressés à servir leurs intérêts privés que l’intérêt général et les valeurs conservatrices qui ont fondé l’Amérique.

Donald Trump fait justement la distinction entre Poutine et lui. Il ne dit pas, comme les médias de gauche l’affirment, qu’il est « comme » Poutine, mais qu’il saura s’entendre avec lui.

Et je vous souhaite quelques leaders qui parlent vrai comme Donald Trump, ça vous changera de vos mollassons professionnels.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

37
0
Merci de nous apporter votre commentairex